Le 29 janvier 2020 | Mis à jour le 31 janvier 2020

TOP 20 des œuvres les plus chères vendues en 2019 sur Interencheres

par Diane Zorzi

Onze enchères millionnaires, des acquisitions de la part d’institutions prestigieuses, des records mondiaux, dont la plus haute enchère de l’année en France enregistrée à Senlis avec un panneau de Cimabue : les plus beaux coups de marteau réalisés en 2019 par les commissaires-priseurs annonceurs sur Interencheres rappellent avec force que le marché de l’art français doit son dynamisme au maillage territorial densifié des maisons de ventes qui, par leur travail de proximité, révèlent au monde des chefs-d’oeuvre perdus depuis des siècles.

 

1. Record mondial pour un panneau de Cimabue adjugé à 24,18 millions d’euros

Le 27 octobre à Senlis, le groupe Actéon enregistrait la plus haute enchère de l’année en France avec ce panneau de Cimabue (connu de 1272 à 1302) adjugé à 24,18 millions d’euros.  Ce tableau avait refait surface dans une collection privée près de Compiègne, échappant de peu à la déchetterie. Il devient le tableau primitif le plus cher vendu aux enchères.

En savoir plus | Un panneau de Cimabue s’envole à 24,18 millions d’€ à Senlis

 

Cenno di Pepo dit Cimabue (connu de 1272 à 1302), Le Christ moqué. Élément d’un panneau de dévotion, peinture à l’œuf et fond d’or sur panneau de peuplier. 25,8 x 20,3 cm. Adjugé à 24,18 millions d’euros par Actéon Compiègne le 27 octobre 2019 à Senlis. Expert : Cabinet Turquin.

 

 

2. Un panneau du Maître de Vissy Brod adjugé à 6,2 millions d’euros au Metropolitan Museum

Découverte dans une maison dijonnaise, cette peinture primitive exceptionnelle s’est envolée à 6,2 millions d’euros le 30 novembre sous le marteau d’Hugues Cortot. Attribuée au Maître de Vissy Brod, un peintre anonyme de la Bohème médiévale actif autour de 1350, elle était estimée autour de 400 000 euros et a été acquise par le Metropolitan Museum de New York.

En savoir plus | Un tableau découvert à Dijon adjugé à plus de 6 millions d’€ au Met

 

Maître de Vissy Brod (Bohême, vers 1350), La Vierge et l’Enfant en trône. Panneau de dévotion, peinture à l’œuf sur panneau de bois fruitier. 22 x 20 cm. Adjugé à 6,2 millions d’euros par Cortot & associés le 30 novembre 2019 à Dijon. Expert : Cabinet Turquin.

 

 

3. Une toile de Chu Teh-Chun adjugée à 5,655 millions d’euros

Le 4 juin à Toulouse, cette toile du maître chinois Chu Teh-Chun (1920-2014), dont la cote ne cesse de progresser ces dernières années, s’est envolée à 5,655 millions d’euros, sous le marteau de Valérie et Jean-Louis Vedovato. Datée de 1989 et dévoilant une Synthèse hivernale, elle avait été achetée en 1989 par un collectionneur d’art contemporain directement auprès de l’artiste pour 50 000 francs (soit environ 12 000 euros).

 

Chu Teh-Chun (1920-2014), Synthèse Hivernale C, 1988. Huile sur toile signée et datée en bas à droite, contresignée et titrée au dos. 130 x 195 cm. Adjugé à 5,655 millions d’euros par Artcurial Toulouse le 4 juin 2019 à Toulouse.

 

 

4. Un buste attribué à Bordoni adjugé à 3,048 millions d’euros

Mis à prix à 500 000 euros, ce buste attribué à Francesco Bordini (1580-1654) s’est envolé à plus de 3 millions d’euros, lors d’une vente organisée par la maison De Baecque & Associés le 20 novembre à Paris. Réalisé autour de 1630-1640, ce bronze représentait le seigneur Pontchartrain Paul Phélypeaux, un ministre d’Henri IV, et aurait été commandé par la veuve de Phélypeaux après son décès en 1621 pour orner son monument funéraire à Saint-Germain-l’Auxerrois.

En savoir plus | Un buste de Bordoni adjugé à 3 millions d’€

 

Attribué à Francesco di Bartelomeo Bordoni (vers 1574-1654), Paul Phélypeaux, Seigneur de Pontchartrain (1569-1621). Buste en bronze à patine brune sur piédouche en marbre bleu turquin. H. totale : 87,7 cm. Dim. buste : 70,5 x 66 x 32 cm. H. piédouche : 17,2 cm. Adjugé à 3,048 millions d’euros par De Baecque et associés le 20 novembre 2019 à Paris. Expert : Cabinet Sculpture et Collection.

 

 

5. Un vase chinois d’époque Yongzheng adjugé à 2,34 millions d’euros

Estimé autour de 250 000 euros, ce rare vase chinois d’époque Yongzheng s’est envolé à plus de deux millions d’euros le 17 octobre sous le marteau de Gérard Dufrêche à Besançon. Daté du XVIIIe siècle, il a été acheté en salle par un enchérisseur chinois à l’issue d’une bataille acharnée de 28 minutes.

En savoir plus | Un vase chinois adjugé à plus de 2 millions d’€ à Besançon

 

Chine, époque Yongzheng (1723-1735), Vase de forme ruyi er ping, en porcelaine émaillée « oeuf de rougegorge ». Au revers, marque de Yongzheng à six caractères en zhuanshu, incise sous couverte, ancienne inscription en lettres latines à l’encre : « Qianlong 1736-1795 ». H. : 27,5 cm. Adjugé à 2,34 millions d’euros par Dufrêche le 17 octobre 2019 à Besançon.

 

 

6. Record mondial pour une Vierge à l’Enfant de Bernardino Luini adjugée à 2,3 millions d’euros

Alors qu’au musée du Louvre, l’exposition consacrée à Léonard de Vinci battait son plein, cette huile sur panneau de Bernardino Luini (vers 1481-1532), l’un de ses plus brillants élèves et assistants à qui plusieurs experts ont attribué le Salvator Mundi, a été adjugée à 2,3 millions d’euros le 14 novembre par la maison Aguttes à Paris. Acquise par un collectionneur non européen, elle constitue l’une des productions majeures du peintre de l’école lombarde du XVIe siècle.

En savoir plus | Un tableau de Bernardino Luini, disciple de Léonard de Vinci, adjugé à 2,3 millions d’€ à Paris

 

Bernardino Luini (vers 1481-1532), Vierge à l’Enfant avec Saint Georges et un ange musicien. Huile sur panneau. 103,5 x 79,5 cm. Adjugé à 2,3 millions d’euros par Aguttes le 14 novembre 2019 à Paris.

 

7. Une boîte chinoise du XVe siècle adjugée à 2,06 millions d’euros

Cette boîte en laque rouge de la Chine du début du XVe siècle a pulvérisé son estimation (150 000 – 200 000 euros) pour s’envoler à 2 060 800 euros lors d’une vente organisée par la maison Oger et Blanchet. Ornée de motifs végétaux sur son couvercle, elle dévoilait à l’intérieur un poème de Qianlong rapporté postérieurement.

 

Chine, début du XVe siècle. Boîte de forme ronde en laque rouge sculptée sur le couvercle. Au revers, la marque à l’aguille de Yongle à six caractères en kaishu. Intérieur du couvercle orné d’un poème de Qianlong rapporté postérieurement. H. : 7,5 cm. Diam. : 23,2 cm. Adjugé à 2,06 millions d’euros par Oger Blanchet le 9 décembre 2019 à Paris. Expert : Cabinet Portier – Alice Jossaume.

 

 

8. Une esquisse de Rubens adjugée à 1,625 million d’euros

Figurant sainte Marguerite, cette huile sur panneau inédite de Pierre Paul Rubens (1577-1640) s’est envolée à 1,625 million d’euros lors d’une vente organisée par la maison Mercier le 31 mars à Lille. Acquise par un collectionneur belge, elle serait une esquisse préparatoire à une peinture que le maître baroque flamand réalisa en 1620-1621 pour la prestigieuse église des Jésuites d’Anvers.

En savoir plus | Un Rubens vendu 1,6 million d’euros aux enchères à Lille

 

Peter Paul Rubens (1577-1640), Sainte Marguerite. Esquisse préparatoire. Huile sur panneau de chêne, deux planches, non parqueté. 33 x 45,7 cm. Adjugé à 1,625 million d’euros par Mercier et Cie le 31 mars 2019 à Lille. Expert : Cabinet Turquin.

 

9. Une pendule chinoise du XIXe siècle adjugée à 1,561 million d’euros

A l’occasion de la semaine dédiée aux ventes d’arts d’Asie, la maison Gros & Delettrez a enregistré une enchère millionnaire pour cette pendule musicale du XIXe siècle. Adjugée à 1,5 million d’euros, elle témoigne de la mode des horloges introduite dès le XVIIe siècle en Chine par des missionnaires européens.

En savoir plus | Une pendule chinoise adjugée à 1,5 million d’€ à Paris

 

Chine, XIXe siècle Pendule en forme de vase fleuri constitué à partir d’un cache-pot évasé en bronze entièrement ciselé, guilloché et doré à décor feuillagé, orné de cabochons en verre de couleurs et d’une plaque en émail de Canton polychrome dans une réserve chantournée représentant une scène animée de trois personnages dans un paysage lacustre. A mi-corps, le cadran émaillé à chiffres romains noirs. Du cache-pot jallissent des fleurs et des feuilles de lotus au naturel. Socle en bois sculpté. H. totale : 172 cm. Adjugé à 1,561 million d’euros par Gros & Delettrez le 5 juin 2019 à Paris. Expert : Antoine Lescop de Moÿ.

 

 

10. Un bronze de Rembrandt Bugatti adjugé à 1,364 million d’euros

Lors de leur 31e vente annuelle organisée au Château d’Artigny à Montbazon, Aymeric et Philippe Rouillac ont enregistré une enchère millionnaire pour ce rare bronze de Rembrandt Bugatti (1884-1905). Datée de 1905, elle correspond à l’époque durant laquelle le sculpteur vint observer les mammifères à la Ménagerie du Jardin des Plantes. Achetée en 1905 par le collectionneur André Bernheim (1879-1966) auprès du célèbre fondeur Hébrard, elle n’était jusqu’alors jamais sortie de la collection familiale. 

En savoir plus | Gauguin, Bugatti, Le Sidaner… : les chefs-d’œuvre de la 31e vente Rouillac au Château d’Artigny

 

Rembrandt Bugatti (1884-1905), Deux panthères marchant. Sculpture en bronze à patine polychrome. Tirage numéroté « 1 », 1905. Signée et datée « 905 ». Fonte à la cire perdue avec le cachet du fondeur « A.A. HEBRARD ». 23 x 101,5 x 25,5 cm. Socle en marbre « vert de mer ». 7,5 x 97,5 x 29,5 cm. Adjugé à 1,364 million d’euros par Rouillac le 16 juin 2019 à Montbazon.

 

11. Un dessin d’Ingres adjugé à 1,089 million d’euros

Retrouvé dans le sous-sol d’une maison en Seine-Maritime, ce dessin, signé Jean-Auguste-Dominique Ingres (1780-1867) et estimé entre 200 000 et 300 000 euros, s’est envolé à plus d’un million d’euros sous le marteau de Maître Bruno Roquigny le 1er janvier à Saint-Valery-en-Caux. Il est le deuxième portrait dessiné de l’artiste le plus cher vendu aux enchères.

En savoir plus | Un dessin d’Ingres vendu à plus d’un million d’€ aux enchères à Saint-Valery-en-Caux

 

Jean-Auguste-Dominique Ingres (1780-1867), Portrait aux trois-quarts de Monsieur le Comte Molé, 1833. Fusain, estompe et rehauts de craie blanche sur papier beige, signé en bas à gauche et daté de 1833 en bas à droite. 47 x 35 cm. Adjugé à 1,089 million d’euros par Bruno Roquigny le 1er janvier 2019 à Paris. Expert : Cabinet de Bayser.

 

 

12. Un cabinet attribué à Pierre Gole adjugé à 995 400 euros

Daté autour de 1675-1680, ce cabinet en marqueterie d’écaille attribué à Pierre Gole (1620-1684) a été adjugé à près d’un million d’euros par la maison Pescheteau-Badin le 27 mars à Paris. Ce maître menuisier et ébéniste fournit de riches particuliers et reçut le titre d’ébéniste du Roi Louis XIV en 1651.

 

Attribué à Pierre Gole (1620-1684), Cabinet en marqueterie d’écaille, laiton gravé et étain gravé, têtes de lion affrontées ouvrant à seize tiroirs à décor de rinceaux de feuillages flanqués de colonnes et colonnes jumelés en ivoire peint en faux marbre, avec un vantail découvrant un théâtre à colonnes peintes et plancher en marqueterie de bois teintés sur fond d’ivoire. Fronton à plaquettes d’ivoire et galerie de balustres en bronze doré interrompu par un caisson en décrochement à rosace, écoinçons et compartimenages encadrés de figures de satyre en atlante. Côtés en marqueterie d’ébène sur fond d’étain à décor d’un monogramme couronné. Piètement à termes masculins et féminins de bois peint et doré réunis sur une plateforme monogrammée, à plaquettes d’ivoire peint et pieds en griffe. Vers 1675-1680. 183 x 106,5 x 41 cm. Adjugé à 995 400 euros par Pescheteau-Badin le 27 mars 2019 à Paris. Expert : Pierre-François Dayot.

 

 

13. Une toile de Chu Teh-Chun adjugée à 829 400 euros

Le 21 juin à Paris, sous le marteau de Patricia Casini-Vitalis, cette toile de Chu Teh-Chun (1920-2014) s’est envolée à 829 400 euros, soit huit fois son estimation basse, à l’issue d’une rude bataille d’enchères de dix minutes. 

 

Chu Teh-Chun (1920-2014), Le 15 mai 1985. Huile sur toile, signée et datée. 100 x 81 cm. Adjugé à 829 400 euros par Copages Auction le 21 juin 2019 à Paris.

 

 

14. Un manuscrit autographe de Charlotte Brontë adjugé à 780 000 euros

Lors de la vente des collections Aristophil organisée le 18 novembre à Paris, ce rare manuscrit autographe de Charlotte Brontë (1816-1855) a été acquis pour 780 000 euros par le musée Brontë. Cet ouvrage miniature de vingt pages avait été écrit par l’auteur de Jane Eyre alors qu’elle n’était âgée que de quatorze ans. 

 

Charlotte Brontë (1816-1855), Manuscrit miniature autographe signé « Charlotte Brontë ». Août 1830. Petit cahier (35 x 61 cm) de 20 pages. Couverture de papier marron, sous chemise de cuir rouge et étui maroquin brun. Dim. étui : 50 x 70 cm. Adjugé à 780 000 euros par Aguttes le 18 novembre 2019 à Paris. Expert : Thierry Bodin.

 

15. Une toile de Foujita adjugée à 765 600 euros

Le 21 novembre à Paris, cette Jeune fille au chat de Léonard Foujita (1886-1968) a trouvé preneur à plus de 760 000 euros lors d’une vente organisée par la maison Rossini. Datée de 1956, elle fut exposée à la Galerie Pétridès. 

 

Léonard Tsuguharu Foujita (1886-1968), Jeune fille au chat, 1956. Huile sur toile signée. 46 x 38 cm. Adjugé à 765 600 euros par Rossini le 21 novembre 2019 à Paris. Expert : Michel et Raphaël Maket.

 

16. Une toile de Michael Sweerts adjugée à 663 520 euros

Le 15 novembre à Paris, Fabien Mirabaud et Claudia Mercier ont adjugé à plus de 660 000 euros cette toile du peintre flamand Michael Sweerts (1618-1664), estimée entre 400 000 et 600 000 euros. Figurant Le Toucher, elle avait disparu depuis un demi-siècle et complétait une série de toiles illustrant les cinq sens. 

En savoir plus | Des peintures flamandes du XVIIe siècle pulvérisent leurs estimations

 

Michael Sweerts (1618-1664), Le Toucher Huile sur toile, 75 x 60 cm. Adjugé à 663 520 euros par Mirabaud Mercier le 15 novembre 2019 à Paris. Expert : Cabinet Turquin.

 

17. Un rare exemplaire du Gargantua et du Pantagruel de Rabelais adjugé à 593 390 euros

Estimé entre 60 000 et 80 000 euros, ce rare ouvrage de François Rabelais (1483/94-1553) a été adjugé à près de 600 000 euros, lors de la 31e vente annuelle organisée par la maison Rouillac au Château d’Artigny à Montbazon. Mesurant seulement onze centimètres et daté de 1542, il dévoilait deux textes majeurs de l’écrivain humaniste de la Renaissance : Pantagruel et Gargantua. Ce petit livre de poche en lettres gothiques du XVIe siècle appartenait à la même famille depuis des générations et avait été découvert par Aymeric et Philippe Rouillac lors d’une banale demande d’estimation gratuite.

 

François Rabelais (1483/94-1553), Rare exemplaire à grandes marges de l’édition originale définitive du Gargantua et du Pantagruel, provenant de la bibliothèque de Lurde, par Rabelais en 1542. Plein maroquin citron. 10,7 x 7,1 cm. Adjugé à 593 390 euros par Rouillac le 16 juin 2019 à Montbazon. Expert : Jean-Paul Veyssière.

 

 

18. Une nature morte de Louyse Moillon adjugée à 588 800 euros

Lors d’une vente dédiée à la peinture ancienne le 24 juin à Paris, la maison Ader a adjugé à plus de 580 000 euros cette huile inédite de Louyse Moillon (1610-1696), estimée entre 200 000 et 300 000 euros. Peinte sur panneau de chêne parqueté, elle dévoilait une nature morte, sujet phare de cette rare artiste femme connue du XVIIe siècle. 

 

Louyse Moillon (1610-1696), Nature morte de quetsches. Huile sur panneau de chêne parqueté, signé. 31,5 x 48,5 cm. Adjugé à 588 800 euros par Ader le 24 juin 2019 à Paris. Expert : Cabinet Turquin.

 

19. Un Saint Sébastien de Mattia Preti adjugé à 559 360 euros à la Fondation Bemberg de Toulouse

Le 27 avril à Carcassonne, ce tableau de dévotion privée représentant Saint Sébastien a pulvérisé son estimation, fixée entre 80 000 et 120 000 euros, pour s’envoler à 559 360 euros, à l’issue d’une bataille acharnée entre sept enchérisseurs, originaires des Etats-Unis, de Belgique, d’Angleterre, d’Italie et de France. De qualité muséale, cette toile signée Mattia Preti (1613-1699), l’un des suiveurs du Caravage, provenait d’une collection particulière de la région du Languedoc. Elle a été achetée, en salle, par la Fondation Bemberg de Toulouse.

En savoir plus | Un Saint Sébastien de Mattia Preti acquis par la Fondation Bemberg à plus de 550 000 €

 

Mattia Preti (1613-1699), Saint Sébastien. Huile sur toile. 127 x 101 cm. Adjugé à 559 360 euros par Carcassonne Enchères le 27 avril 2019 à Carcassonne. Expert : Cabinet Turquin.

 

20. Record mondial pour une toile d’Ahmed Cherkaoui adjugée à 550 000 euros

Estimée autour de 20 000 euros, cette toile d’Ahmed Cherkaoui (1934-1967) s’est envolée à 550 000 euros lors d’une vente organisée par la maison Conan le 6 avril à Lyon, enregistrant un nouveau record pour l’artiste marocain.

 

Ahmed Cherkaoui (1934-1967), Al-Mulk, 1965. Huile sur toile, signée et datée. 60 x 73 cm. Adjugé à 550 000 euros par Conan Hôtel d’Ainay le 6 avril 2019 à Lyon. Expert : Olivier Houg.

Tous les prix sont indiqués frais compris.

 

Haut de page

Vous aimerez aussi

Expertise : un coffret rustique du XVIIe siècle

Le 17 septembre 2021 | Mis à jour le 17 septembre 2021

Doté d’un assemblage hétérogène d’essences et d’un placage de bois précieux, le coffret étudié par le maître ébéniste Jacques Dubarry de Lassale n’en demeure pas moins rustique dans sa conception. […]

Raymond Guidot, précurseur du design industriel

Le 10 septembre 2021 | Mis à jour le 20 septembre 2021

Des compositions monumentales, des tableaux et des pièces de mobilier imaginés par le précurseur de l’esthétique industrielle, Raymond Guidot, seront réunis sous le marteau de Valérie Régis le 27 septembre […]