Le 5 avril 2022 | Mis à jour le 6 avril 2022

Cartier, la nouvelle obsession des collectionneurs de montres vintage

par Arthur Frydman

Fruit de l’élégance à la française et du savoir-faire horloger suisse, la maison Cartier est l’un des acteurs les plus célèbres du luxe. Elle occupe aujourd’hui une place de choix dans les ventes aux enchères pour devenir la nouvelle obsession des collectionneurs de montres vintage. Décryptage.

 

Tout le monde – ou presque – a déjà entendu parler de Cartier. Une maison parisienne de joaillerie fondée en 1847 à Paris par Louis-François Cartier, jamais suiveur, toujours créateur de tendances, qui implante l’entreprise familiale en 1899 au très célèbre 13, rue de la Paix à Paris. Que ça soit pour ses bijoux ou ses pièces horlogères, la griffe fait partie des marques les plus influentes du luxe et les plus avant-gardistes avec par exemple le lancement en 1904 de la Santos, la toute première-montre bracelet conçue pour répondre aux besoins des aviateurs. Alliant élégance à la française et savoir-faire helvète, elle possède une histoire et un patrimoine riches en innovations, accomplissements et anecdotes. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que le roi Édouard VII d’Angleterre dira à propos de Cartier, qu’elle était « le joaillier des rois et le roi des joailliers » en œuvrant également pour Napoléon III, le tsar Nicolas II de Russie et pour bon nombre de familles royales au sein des cours d’Espagne, de Belgique, de Roumanie ou encore d’Égypte.

 

Cartier, montre de dame modèle Santos en or et acier. Estimation : 800 – 1 200 euros.

 

Cartier, une marque de plus en plus plébiscitée par les collectionneurs

Outre ce constat, et dans sa continuité, Cartier occupe une place de choix dans les ventes aux enchères de montres de collection avec des maisons de ventes qui garnissent leur catalogue de nombreux garde-temps signés Cartier. Ce n’est plus une surprise pour les connaisseurs de voir passer sous le marteau des pièces du trio de tête aux enchères : Rolex, Patek Philippe et Audemars Piguet, avec des prix d’ailleurs astronomiques a contrario de Cartier, qui prend de plus en plus de place dans les mises à l’encan et à des estimations bien plus raisonnables. Et malgré la fièvre spéculative qui rode aux alentours, Cartier reste un rêve, en tout état de cause, accessible.

En effet, le joaillier est devenu, au fil du temps, un nouvel acteur très désiré par les collectionneurs mais aussi les collectionneuses de belles tocantes. « Paradoxalement, il y a eu un vrai retour de l’or et de l’acier ces dernières années. Bannis il y a encore trois ou quatre ans, ces matériaux reviennent aujourd’hui sur le devant de la scène. Produites massivement par Cartier dans les années 1980 et 1990, ces montres se retrouvent désormais sur le marché avec des cote qui grimpent mais qui restent encore attractives », note l’expert en joaillerie et horlogerie de collection Alexandre Léger.

Le spécialiste, en collaboration avec l’expert Jean-Christophe Guyon (Vintage Watch Story), a d’ailleurs monté de nombreuses vacations à l’Hôtel des ventes de Bordeaux Quinconces au sein desquels les montres Cartier font la part belle des catalogues à l’instar récemment d’une référence Panthère pour femme en or jaune de 1987 adjugée 7 500 euros, d’une Pasha Classic Automatique de 1986 partie pour 5 658 euros, sans oublier la célèbre commande faite par le constructeur automobile Ettore Bugatti auprès de Cartier pour une rarissime « Calandre » qui s’est envolée à plus de 50 400 euros en novembre dernier.

 

 

Cartier Panthère. Estimation : 800 – 1 000 euros

 

Tank, Santos, Pasha : les montres Cartier vintage, des valeurs sûres

« La force de Cartier est que la marque a produit des modèles précurseurs iconiques. Des pièces aujourd’hui toujours rééditées et qui n’ont pas bougé à l’image d’un tailleur Chanel d’il y a 15 ans », précise Alexandre Léger. Cela a totalement changé la physionomie et la perception des choses avec des collectionneurs qui souhaitent être rassurés. « Les acheteurs veulent des valeurs sûres. Et avec Cartier, c’est chose faite. Leur grand-mère, leur mère portaient des montres Cartier tout comme les stars et les artistes de l’époque tels que Alain Delon, Andy Warhol, Jackie Kennedy, Catherine Deneuve ou encore Yves Saint-Laurent », ajoute l’expert. Des facteurs clés qui entretiennent donc le mythe Cartier jusque dans les salles de ventes aux enchères et qui alimentent la cote de la marque, qui reste néanmoins « sous-cotée », souligne le spécialiste qui confie par ailleurs que « Cartier cultive un mystère sur ses montres, notamment sur les dates de production. Ceci alimente l’effet d’exclusivité et de rareté, ce qui accroit la désidérabilité des collectionneurs ».

Et malgré la forte présence de modèles modernes qui envahissent les catalogues des maisons de ventes, ce sont les modèles d’époque, emblématiques, que les enchérisseurs recherchent avant tout. Alexandre Léger est formel lorsque vient la question de savoir quels sont les montres qui marchent le mieux sous le marteau. « Trois références mythiques de Cartier sont particulièrement recherchées : la Tank, la Santos et la Pasha et dans une moindre mesure, on retrouve également la Tortue de 1912, le design audacieux de la montre Crash créée à la fin des années 1960, la Panthère, lancée en 1983  ou encore la montre Ballon Bleu des années 2000 ».

La Tank, elle, est le modèle phare de la marque. Nous sommes en 1917 et Louis Cartier, fasciné par les chars d’assaut Renault, décide d’oser l’inimaginable : concevoir, fabriquer et commercialiser une montre aux allures de char d’assaut avec une carrure carrée en acier, cernée de brancards latéraux imitant les chenilles des chars et une minuterie chemin de fer. Un ovni horloger élégant et robuste, qui sera commercialisé à partir de 1919 et décliné dans de nombreuses versions en platine, or ou vermeil à travers la Tank française ou américaine dont des déclinaisons passeront bientôt sous le marteau des maisons Gros & Delettrez et Biarritz Enchères les 15 et 21 avril prochains. Concernant la Pasha – quelques versions vintage et modernes seront dispersées le 18 avril à Cannes chez Besch Auction – elle naît au début des années 1930 alors que le Pacha de Marrakech passe commande auprès de Louis Cartier. Ce dernier confectionne une montre-bracelet étanche pour les baignades de son commanditaire avant de faire entrer le modèle dans la collection de la maison en 1943. Enfin, la Santos, créée en 1904 suite à la rencontre entre Louis Cartier et l’aviateur brésilien Alberto Santos-Dumont, celui-ci exprimant le regret que les montres de poche soient peu pratiques afin de lire l’heure en vol. Ainsi naîtra la Santos, la première-montre bracelet, reconnaissable à son boîtier carré et ses angles arrondis, commercialisée pour sa part, en 1911.

Enchérir | Consultez les prochaines ventes de montres et bijoux Cartier sur interencheres.com

 

Cartier, bracelet montre modèle Tank en vermeil. Estimation : 400 – 600 euros.

 

 

Haut de page

Vous aimerez aussi

Des œuvres de Street art en vente à Vannes

Le 22 juin 2022 | Mis à jour le 22 juin 2022

Berthet One, Pakone, Léo & Steph, Tito / Mulk… Une trentaine de Street artistes seront réunis le 25 juin à Vannes à l’occasion d’une vente aux enchères d’art urbain organisée […]

Les broderies royales espagnoles de la collection Fruman

Le 17 juin 2022 | Mis à jour le 17 juin 2022

A l’occasion de leur vente de prestige annuelle, la maison Rouillac dévoilera le 19 juin au Château d’Artigny à Montbazon un ensemble de broderies anciennes provenant de la collection Fruman, […]