Le 22 décembre 2022 | Mis à jour le 22 décembre 2022

De la Champagne à la Bourgogne, des vins et spiritueux aux enchères à Cannes

par Arthur Frydman

Sur trois jours, la maison Besch Auction dispersera à Cannes et en live des bouteilles de champagnes, vins et spiritueux. Au total, 2 500 lots seront présents au catalogue, avec des estimations très larges. L’occasion pour tous de se faire plaisir et d’agrémenter sa cave pour la nouvelle année. 

 

Du 27 au 29 décembre prochains, au sein du prestigieux écrin de l’Hôtel Martinez à Cannes – ainsi qu’en live sur Interencheres – l’étude Besch Auction organisera sa traditionnelle vente de fin d’année dédiée aux vins rares et aux spiritueux anciens. L’occasion de renouveler ou d’agrémenter sa cave pour la nouvelle année à venir. En effet, au catalogue, toujours très bien fourni et qui fait la part belle à toutes les régions viticoles de l’Hexagone, 2 500 lots seront présentés aux collectionneurs et amateurs de bons nectars pour une estimation basse de 3 millions d’euros. « Une vacation référence toujours très attendue par nos clients tant français quinternationaux et qui clôture généralement lannée en beauté. Surtout, comme à chaque fois, la fourchette des estimations sera large afin que chacun puisse se faire plaisir en fonction de ses goûts et de son budget », confie l’expert Pascal Kuzniewski. Ainsi d’un flacon de vin jaune de 1985 de chez Voiteur, estimé entre 50 et 60 euros, d’un magnum de champagne brut « Flacon de Fête » millésimé 1987 signé Pommery (est. 60-80 euros) ou d’une bouteille de Château Figeac Saint-Émilion de 1962 à partir de 100 euros. Les pièces de vins et d’alcools mises à l’encan sont par ailleurs, et comme à l’accoutumée, de provenance sûre puisque toutes sont issues de caves saines privées françaises ou étrangères. Un critère qui rassure bien souvent les futurs enchérisseurs. « En tout état de cause, et malgré de grandes variations de prix observées dans le secteur des grands vins, cette vente est une bonne chose afin de prendre la température et le pouls dun marché qui a été bousculé », enchérit Pascal Kuzniewski.

 

 

Des grands crus de Bourgogne 

Brassant tous les styles et tous les vignobles, le catalogue est caractérisé cette année par un ensemble clairement bourguignon. « Le monde du vin reste dominé par la Bourgogne », affirme, en effet, Pascal Kuzniewski qui présentera notamment comme lot phare un assortiment de douze bouteilles 1989 du célèbre Domaine de la Romanée-Conti, estimé entre 72 000 et 80 000 euros. Ce dernier sera également à l’honneur en 2015 avec douze flacons en caisse bois d’origine (entre 58 000 et 64 000 euros), ainsi qu’en 1999 avec six bouteilles Vosne-Romanée « Cuvée Duvault-Blochet », estimées entre 12 000 et 14 000 euros. À noter également en Bourgogne, d’autres grandes signatures à l’instar de Jacky Truchot avec des bouteilles de Charmes-Chambertin Vieilles Vignes en 2002 (3 000-3 500 euros l’unité), trois flacons de Chambolle-Musigny « Les Amoureuses » 2005 signées Georges Roumier (12 600-13 800 euros), un Musigny 2001 du Domaine Leroy (25 000-30 000 euros) ainsi qu’un flacon de Chevalier-Montrachet 2005 du Domaine d’Auvenay pour les amateurs de blanc (entre 8 000 et 10 000 euros).

 

 

Des bouteilles de Champagne, vins bordelais et spiritueux

Le bal des enchères se poursuivra avec la Champagne, seconde région la plus en vue lors de cette vacation. On retrouvera quelques étiquettes de la très intime cuvée « S » de chez Salon dont un rare magnum Brut Blanc de Blanc de 1971 (8 000-10 000 euros), ainsi que six bouteilles millésimées en 2002 et estimées entre 5 400 et 6 000 euros. Également un Balthazar Champagne Brut Gold Ace of Spades d’Armand de Brignac attendu entre 7 000 et 8 000 euros ou six champagnes « Collection Lieux-Dits » de chez Jacques Selosse (3 500-4 000 euros). Moins représentés dans la vente, les vins de Bordeaux seront également de la fête. Les amateurs pourront se consoler avec une caisse de douze bouteilles du Château Mouton Rothschild de 1998 (5 000-5 500 euros), six Petrus 2012 (15 000-18 000 euros), douze Château Latour en 2000 (10 000-11 000 euros) ou une caisse de neuf Bordeaux en 2005 de la Collection Duclot, habituellement très recherchée de la part des collectionneurs (10 000-11 000 euros). Enfin, moins présents que les autres années mais toujours plébiscités par les connaisseurs, les spiritueux se taillent une petite place au sein du catalogue. Ainsi de quelques pépites dont de rares bouteilles de Chartreuse telles que les fameuses Tarragone élaborées en Espagne à l’image d’une chartreuse verte « La Seisenta » de la période 1960-1965 (entre 2 000 et 2 500 euros).

Enchérir | Suivez les ventes de prestige de vins et spiritueux les 27, 28 et 29 décembre en live sur interencheres.com

 

Haut de page

Vous aimerez aussi

De rares alguiers du XIXe siècle aux enchères à Brest

Le 3 février 2023 | Mis à jour le 3 février 2023

La phycologie sera à l’honneur lors de la vente aux enchères organisée par Yves Cosquéric, en collaboration avec Tiphaine Le Grignou, le 7 février à Brest. Trois ouvrages dédiés à […]