Le 17 février 2023 | Mis à jour le 15 mars 2024

De l’horlogerie vintage, éclectique et abordable aux enchères à Fontainebleau

par Arthur Frydman

Le 19 février à Fontainebleau, la maison Osenat accueille une vacation horlogère de près de 200 lots, dont de nombreuses pièces de collection pour tous les budgets. Les estimations sont comprises entre 700 et 25 000 euros. Tour d’horizon.

 

L’hôtel des ventes Osenat à Fontainebleau, organise une nouvelle vacation de montres de collection ce dimanche 19 février à partir de 14 heures ainsi qu’en ligne via les plateformes de ventes aux enchères Interencheres et Auction.fr. Au catalogue, 192 lots sélectionnés avec précision sans être élitistes, balayant l’histoire de l’horlogerie et faisant la part belle à quelques prestigieuses manufactures et grandes complications. 

 

De la montre de poche aux pièces joaillières…

Le bal des enchères débute par un bel ensemble de montres à gousset et de poche, plébiscitées par les collectionneurs néo-dandys et généralement accessibles aux plus petits budgets. Ainsi de deux montres dites « Révolutionnaires », un genre créé en 1793 après la Révolution Française, laquelle avait décrété le système décimal. Celui-ci divisant chacun des 10 mois de l’année en 3 périodes de 10 jours, appelés Décades, et chacune des 10 heures du jour en 100 minutes. Chacune est estimée raisonnablement entre 700 et 1 000 euros et réalisée vers 1820. La première met en scène au centre de son cadran Napoléon tandis que la seconde affiche sur son cadran émaillé des symboles de la Révolution. 

À noter également, une originale montre « Boussole » mécanique de 1900, une pièce de navigation utilisée par la Marine Française dont le cadran avec division 360 degrés s’habille des points cardinaux (estimée 1 000-1 500 euros). Enfin, une rare référence à gousset en or jaune qui embarque une complication Répétition des Quarts imaginée vers 1822 par Abraham-Louis Breguet, considéré comme le père de l’horlogerie moderne, inventeur notamment de la montre automatique dite « perpétuelle », du ressort-timbre, du tourbillon, de la clé à cliquet ou du pare-chute, le premier dispositif antichoc. Une montre attendue entre 15 000 et 25 000 euros. 

Pour les poignets féminins, la vacation propose, en outre, une fine sélection de montres-bijoux, dont des montres « de cocktail » de 1920 signées Cartier ou Chaumet (entre 1 200 et 2 000 euros), ainsi qu’un modèle Rolex « Précision » en or jaune des années 1950 et estimé entre 1 000 et 1 500 euros. 

 

 

De Roger Tallon à Breitling : des signatures mythiques

Du côté de la montre-bracelet, Osenat mettra à l’encan un mythe horloger à l’estimation sage de 1 200-1 800 euros. Il s’agit du célèbre chronographe Mach 2000 inventé par le designer Roger Tallon – on lui doit le Corail, le TGV ou le premier poste de télévision – en 1975. Une pièce de collection et un best-seller exposé dans les hauts lieux du design que sont le MoMA ou le Centre Pompidou. 

Toujours très appréciée des amateurs, la maison Breitling sera à l’honneur à travers trois garde-temps dont une référence Cal12 Chrono-Matic qui fleure bon l’histoire de la course automobile. Typique des années 1970, la montre se présente sur son fameux boîtier de forme coussin avec fond vissé dont la couronne se situe à gauche tandis que les poussoirs « pompe » s’affichent à droite de la boîte. Le cadran bicolore à deux sous-compteurs se pare de la traditionnelle trotteuse centrale orange ainsi que des graduations tachymétriques et pulsométriques (estimée 2 000-3 000 euros). Suivront deux pièces des années 1960 dont une Navitimer au cadran co-signé Breitling Genève et Lip (est. 4 000-6 000 euros), ainsi qu’un élégant chronographe réf. 1191 au look très vintage accessible à partir de 800 euros. 

Parmi les lots phares de la vente, signalons une Compax Extra Large Pilote de chez Universal Genève et destinée dans les années 1940 aux aviateurs (estimée 25 000-35 000 euros) ainsi qu’une montre plus moderne avec Audemars Piguet et une Royal Oak Offshore « Bumblebee » de 2009. Une rareté puisqu’il s’agit de la première Offshore de série réalisée en carbone forgé et en céramique à entrer dans la catalogue de la maison du Brassus (estimée 20 000-30 000 euros). Notons enfin pour les grandes complications, une Master Ultra Thin à quantième perpétuel signée Jaeger-LeCoultre. Datée de 2014, cette référence en or gris et dont le fond de boîte laisse apparaître le calibre et sa masse oscillante en or jaune est attendue entre 20 000 et 30 000 euros. 

Enchérir |  Suivez la vente de montres de collection le 17 février en live sur interencheres.com et auction.fr

Haut de page

Vous aimerez aussi

Le flipper, du bistrot aux salles des ventes

Le 20 mai 2024 | Mis à jour le 20 mai 2024

Emblèmes de la culture populaire, les flippers se sont faits une place dans les ventes aux enchères, alimentant un marché dynamique, composé aussi bien de collectionneurs et joueurs, que d’amateurs […]