Le 31 janvier 2019 | Mis à jour le 13 février 2019

L’atelier du Grand Prix de Rome de sculpture Francis Pellerin aux enchères à Rennes

par Suzanne Lauriou

Lundi 4 février 2019 à Rennes, Maître Carole Jezequel présentera à la vente un ensemble de 41 sculptures et peintures provenant de l’atelier de Francis Pellerin. Réalisées entre 1950 et 1990, elles dévoilent l’oeuvre riche de cet artiste Grand Prix de Rome et figure de l’abstraction géométrique.

 

Breton d’origine, Francis Pellerin (1915-1998) est élève à l’Ecole des Beaux-Arts de Rennes, puis de Paris, avant d’obtenir le 1er Prix d’ébénisterie d’art et d’être nommé Grand Prix de Rome de sculpture en 1944. Bien qu’installé à Rennes en tant que professeur à l’école des Beaux-Arts, il conserve un atelier parisien qui lui permet d’entretenir des relations étroites avec les artistes de la mouvance abstraite. Présent dans les collections du Musée des Beaux-Arts de Rennes, une rétrospective lui est consacré en 2005.

 

Francis Pellerin (1915-1998), Série les vaisseaux, fond noir, 1988, acrylique sur toile, signée et datée en bas à droite, contresignée et datée au dos 73×60 cm. Estimation : 4 500 – 6 000 euros.

 

Une figure de l’abstraction géométrique des années 1950

Dans les années 1950, Francis Pellerin se tourne vers l’abstraction géométrique. Il appartient successivement au Groupe Espace et au Groupe Mesure. Pour ce sculpteur et peintre abstrait, la géométrie se présente alors comme un langage universel, propre à répondre aux aspirations à la fois esthétiques et sociales d’une époque. Rationnelle, elle crée un consensus entre les hommes. Mais dans cette recherche esthétique, basée sur la forme, la couleur joue elle aussi un rôle essentiel. La palette de Francis Pellerin est vive et lumineuse.

 

Francis Pellerin (1915-1998), Bas relief blanc géométrique, 1957, panneau et assemblage de bois (humidité et accidents), signé et daté au dos 117×78 cm. Estimation : 4 000 – 7 000 euros.

 

Des œuvres estimées entre 600 et 8 000 euros

Le 4 février à Rennes, Maître Carole Jézéquel dispersera 41 sculptures et peintures réalisées entre 1950 et 1990 est estimées de 600 à 8 000 euros. En 2014 et 2016, la commissaire-priseur avait déjà organisé deux ventes d’œuvres de Francis Pellerin. Elles avaient alors été l’occasion d’établir la cote de l’artiste sur le marché de l’art. Les œuvres les plus recherchées ne s’adressent pas aux mêmes types d’acheteurs, qui sont d’ailleurs principalement français. Certains recherchent davantage ses peintures géométriques des années 1950, quand d’autres préfèrent ses sculptures et notamment les formes déployées, tel son bas-relief blanc géométrique illustrant le passage du plan au volume. 

 

Francis Pellerin (1915-1998), Grand totem sculpture en chêne naturel et polychromé composée de trois éléments, non signée Ht. totale : 115 cm.

 

Haut de page

Vous aimerez aussi

Des cabriolets des années 1960 en vente à Saint-Etienne

Le 10 septembre 2021 | Mis à jour le 16 septembre 2021

Une sélection de grands classiques de l’automobile des années 1960 sera présentée aux enchères le 18 septembre à Saint-Etienne. Au programme : Chevrolet Corvette, Mercedes Pagode, Renault Floride…

Raymond Guidot, précurseur du design industriel

Le 10 septembre 2021 | Mis à jour le 20 septembre 2021

Des compositions monumentales, des tableaux et des pièces de mobilier imaginés par le précurseur de l’esthétique industrielle, Raymond Guidot, seront réunis sous le marteau de Valérie Régis le 27 septembre […]