Le 18 avril 2024 | Mis à jour le 30 avril 2024

Une vingtaine d’œuvres de Lucien Simon aux enchères à Brest

par Magazine des enchères

Parisien d’origine mais conquis par la Bretagne, Lucien Simon a su créer un univers à mi-chemin, fait de portraits comme de scènes de genre. La maison de vente Thierry-Lannon et Associés a rassemblé une vingtaine de ses œuvres, proposées à la vente les 26 et 27 avril à Brest. 

 

[Mise à jour, 30 avril 2024] « Bain en Bretagne » de Lucien Simon a trouvé preneur à 100 000 euros (frais inclus). 

 

« Cet ensemble, qui nous vient de deux collections différentes, met en lumière le côté spectaculaire que Lucien Simon (1861-1945) est capable de transmettre, se réjouit le commissaire-priseur Philippe Lannon. Il est toujours très complet dans sa manière d’exprimer une scène. » Les 26 et 27 avril prochain, la maison Thierry-Lannon et Associés proposera, dans sa vente de tableaux modernes et écoles bretonnes, une vingtaine d’œuvres signées de l’artiste Lucien Simon.  

Né en 1861 à Paris (et décédé en Bretagne en 1945), Lucien Simon débute au Salon des artistes de 1881 et acquiert rapidement une petite notoriété auprès de la société parisienne, notamment pour ses talents de portraitiste. Dans les années 1890, il découvre le pays Bigouden et achète un sémaphore désaffecté à Saint-Marine, qu’il va aménager en maison de vacances et en atelier de peinture. Les années 1900-1920 marquent l’apogée de sa carrière : il voyage beaucoup et participe à des expositions internationales à Londres, Venise ou Pittsburgh. L’État français lui achète des toiles, dont une Procession de 1901 conservée au musée d’Orsay. Pas vraiment impressionniste, plutôt naturaliste et parfois considéré comme post-impressionniste, ce peintre prolifique « a eu des périodes très différentes. Il est difficile à classer, avance Philippe Lannon, pour ses peintures bretonnes, ce n’est pas Pont-Aven, ce n’est pas non plus Mathurin Méheut, mais un peu des deux… »

 

Lucien Simon (1861-1945), « Bain en Bretagne » ou « Partie de Bain en Pays Bigouden » circa 1909. Aquarelle et gouache sur papier marouflé sur toile signée en bas à droite, 147 x 104 cm. Estimation : 70 000 – 80 000 euros.

 

Des Bigoudènes au bain

Le lot phare de cette sélection sera une immense aquarelle et gouache estimée entre 70 000 et 80 000 euros. Intitulée Partie de bain en Pays Bigouden, elle est décrite par l’historien de l’art André Cariou comme un « thème improbable, – des Bigoudènes se baignant nues sur les bords d’une crique de l’Odet » et portant encore leur coiffe ! La maison Thierry-Lannon détient le record de vente pour Lucien Simon avec d’autre baigneuses adjugées 155 000 euros en 2021 : « Nous avons compris à ce moment-là que ses grandes toiles suscitaient beaucoup d’intérêt », ajoute le commissaire-priseur. 

Ses toiles peuvent également être plus parisiennes et non dénuées d’humour : l’huile les Préparatifs du Bal figure encore un nu, mais observé à l’arrière par un jeune arlequin (20 000 à 30 000 euros), ou plus familiales à l’image du tableau Jeanne Simon peignant dans le jardin (5 000 à 8 000 euros).

La vente fait aussi une place au travail d’illustrateur de Lucien Simon avec, notamment, une aquarelle de Marins sur le pont du navire ayant servi à l’ouvrage Pêcheurs d’Islande de Pierre Loti (1 500 à 2 000 euros) ou un travail préparatoire à l’encre pour les planches illustrées de Poison d’Haraucourt (800 à 1 200 euros). Le commissaire-priseur se montre confiant sur la cote de l’artiste : « Tous les tableaux que nous mettons en vente trouvent preneur, la plupart des huiles entre 10 000 et 40 000 euros et les aquarelles pour 5 000 à 25 000 euros donc parfois plus cher que les huiles, ce qui n’est pas fréquent… »

Enchérir | Suivez la vente de tableaux modernes et écoles bretonnes les 26 et 27 avril en live sur interencheres.com

 

Haut de page

Vous aimerez aussi

Le flipper, du bistrot aux salles des ventes

Le 20 mai 2024 | Mis à jour le 20 mai 2024

Emblèmes de la culture populaire, les flippers se sont faits une place dans les ventes aux enchères, alimentant un marché dynamique, composé aussi bien de collectionneurs et joueurs, que d’amateurs […]