Le 18 novembre 2022 | Mis à jour le 18 novembre 2022

90 voitures de collection sorties de grange en vente dans l’Oise

par Interencheres

La maison Osenat disperse la collection de sorties de grange d’un ancien garagiste Citroën qui a accumulé durant son existence près d’une centaine de voitures de collection, dont de nombreuses avant-guerre et une authentique Citroën SM de la Gendarmerie.

 

Elles dorment sous une épaisse couche de poussière et attendent d’être réveillées par des collectionneurs passionnés : 90 voitures de collection sorties de grange seront vendues aux enchères le 20 novembre par la maison Osenat à Breteuil, dans l’Oise. Certaines, en état avancé, serviront sans doute de banque de pièces pour faire revivre des classiques. D’autres constituent de réels trésors à remettre en route. Datant de 1906 aux années 2000, ces véhicules témoignent de la passion de Jean Minard, un garagiste Citroën qui a préféré conserver ses autos tout au long de sa carrière plutôt que de les envoyer à la casse.  Agé désormais de 96 ans, il a choisi de s’en séparer.

 

Des Citroën endormies dont une SM de la Gendarmerie

Fort logiquement pour un ancien représentant de la marque, le gros de la collection est constitué de Citroën. La plus remarquable d’entre elles est sans aucun doute l’une des cinq SM commandées par la Gendarmerie en 1972 et 1973. Elle porte encore les traces de ses marquages officiels. Complet et doté d’un intérieur en bon état apparent, cet exemplaire rarissime nécessite une grosse restauration de carrosserie (15 000 – 20 000 euros). Les Citroënistes s’attarderont également sur la 15/6 H, premier modèle Citroën équipé de la suspension hydraulique à l’arrière, qui a fait l’objet d’un début de restauration et parait complète (8 000 – 10 000 euros).

 

Citroën SM Gendarmerie de 1973 estimée entre 15 000 et 20 000 euros.

 

Delahaye, Panhard : des centenaires en bonne forme

La collection de Jean Minard comprenait également des modèles particulièrement anciens, à commencer par une Type 704 de 1906 produite par Grégoire, une marque assez réputée, disparue en 1924 (5 000 – 10 000 euros). Citons également la De Dion Bouton de 1921 complète et en bel état de présentation (3 000 – 5 000 euros), ainsi que le camion de pompiers Delahaye Type 87 de 1926 dans son jus d’origine (3 000 – 4 000 euros).

Enfin, difficile de ne pas évoquer la formidable Panhard Dynamic de la fin des années 1930, un véritable monument Art déco, très novateur pour l’époque avec sa carrosserie monocoque. Remarquablement préservée sur le plan de la carrosserie comme de son habitacle, elle devrait retrouver son éclat après un solide nettoyage et une remise en route soignée de son moteur sans soupapes (10 000 – 15 000 euros). Hormis ces exemples, l’examen des nombreux lots de cette vente traduit la poésie de ces collections de pionniers de la préservation du patrimoine automobile, probablement l’une des dernières du genre à être proposées aux enchères.

Enchérir | Suivez la vente des 90 voitures de collection sorties de grange le 20 novembre en live sur interencheres.com

 

Haut de page

Vous aimerez aussi