Le 16 juillet 2021 | Mis à jour le 16 juillet 2021

Une Ford Mustang signée par Carroll Shelby vendue dans le cadre du Rallye d’Aumale

par Interencheres

Dans le cadre du Rallye d’Aumale, la maison Millon présentera aux enchères le 18 juillet dans l’Oise une vingtaine d’automobiles classiques. Des divas italiennes et britanniques seront vendues aux côtés d’une Ford Mustang dont la restauration a été authentifiée par le célèbre pilote américain Carroll Shelby.

 

Dans la longue généalogie des Mustang, les versions Fastback revues et corrigées par le célèbre pilote et préparateur américain Carroll Shelby à partir de 1965 figurent parmi les plus recherchées. Un modèle de compétition de 1965 a ainsi atteint 3,85 millions de dollars en juillet 2020. Ce n’est pas l’une d’entre elles mais un modèle réalisé en 2005 selon l’exact procédé de préparation du sorcier qui sera proposé aux enchères par la maison Millon le 18 juillet dans le cadre du Rallye Aumale, qui rassemble chaque année des voitures anciennes au Polo Club d’Apremont dans l’Oise. Réalisée à partir d’une Ford Mustang Fastback mise à nue, cette Ford est équipée d’un authentique moteur « Shelby » 4,7 l de 310 ch. Témoin de la qualité et la fidélité de cette reconstruction, Caroll Shelby a signé de son nom la voiture sur sa boîte à gant (estimée entre 90 000 et 110 000 euros). Il s’agit de l’unique américaine de cette vente qui compte avant tout des classiques européennes dont trois Porsche 911 de générations différentes : une SC de 1978 en bel état dotée d’un rare coloris Jaune Talbot (38 000 — 44 000 euros), une 3.2 de 1986 première main de 175 000 km (35 000 — 45 000 euros) et enfin une 993 Carrera 2 Tiptronic de 1994, comptant seulement 111 000 km au compteur (55 000 — 65 000 euros).

 

 

Des divas italiennes et britanniques

Les amateurs de sportives italiennes pourront quant à eux s’offrir une rare Maserati Merak de 1977 dans sa version recherchée SS, la plus puissante dotée du V6 3.0 de 208 ch et pourvue du deuxième tableau de bord 100 % Maserati (60 000 — 70 000 euros). Elle accompagne une autre diva italienne à moteur central, une 328 GTS de 1986, parfaite incarnation de la Ferrari des années 1980 avec son toit targa et son V8 de 270 ch (65 000 — 70 000 euros). Pour un tarif plus abordable, on pourra dans un tout autre genre s’offrir le sommet du luxe britannique grâce à la Bentley Eight de 1985 (8 000 — 12 000 euros) ou la T2 de 1974 profitant d’une belle combinaison de couleurs (25 000 — 30 000 euros). Une vente luxueuse à la hauteur du club de Polo qui lui sert de cadre…

 

 

Haut de page

Vous aimerez aussi

Claude Viallat de retour à Nîmes

Le 2 août 2021 | Mis à jour le 2 août 2021

Le 4 août à Nîmes, la vacation estivale de Pierre Champion et Françoise Kusel sera l’occasion de retrouver l’enfant du pays, Claude Viallat, dont deux œuvres seront proposées de 1 […]

Jean Dufy, de Paris à Stockholm

Le 2 août 2021 | Mis à jour le 2 août 2021

Alors que le Musée de Montmartre expose dans la capitale « Le Paris de Raoul Dufy », une vue du bois de Boulogne signée de son frère cadet, Jean, sera […]

Takanori Oguiss, un peintre japonais à Paris

Le 21 juillet 2021 | Mis à jour le 2 août 2021

Sensible au charme pittoresque parisien, Takanori Oguiss s’est illustré à travers ses vues de la capitale où il s’établit durant l’entre-deux-guerres. Le 24 juillet à Vannes, Jack-Philippe Ruellan présentera aux […]