Le 17 juin 2021 | Mis à jour le 17 juin 2021

Une rare Bugatti Type 38 d’avant-guerre en vente à Fontainebleau

par Interencheres

Le 21 juin à Fontainebleau, la maison Osenat présentera aux enchères une Bugatti Type 38 exceptionnelle de 1926. Estimée à plus de 300 000 euros, elle sera vendue avec une sélection de véhicules de prestige, dont une Auburn 851, deux Delahaye 135 et une rare Citroën DS 19 de 1963.

 

La plus emblématique voiture de course des années 1920, la Bugatti Type 35, a fait l’objet de nombreuses répliques de grande qualité et mêmes les plus originales doivent parfois utiliser des pièces récentes pour continuer à rouler. La Bugatti Type 35 présentée aux enchères par la maison Osenat le 21 juin prochain à Fontainebleau et en live sur Interencheres est conforme au modèle Type 35 A, produit à 139 exemplaires de mai 1925 à septembre 1927. Réalisée dans les années 1990, elle offre néanmoins une très belle patine et surtout un titre de circulation français. Sa qualité de réalisation justifie son estimation comprise entre 300 000 et 400 000 euros, évidemment très inférieure à celle d’un modèle authentique. En revanche, le châssis de la Bugatti Type 38 de 1926 de la même vente est bien original, même si son histoire d’avant-guerre n’est pas documentée. Malheureusement, elle ne dispose plus de son moteur d’origine. Elle est dotée d’un bloc reconstruit par l’entreprise argentine Pur-Sang et d’une carrosserie en aluminium réalisée au début des années 2000. Néanmoins, il s’agit bien de l’un des 40 Type 38 survivants (300 000 — 400 000 euros).

 

 

Des Auburn 851, Delahaye 135 et Citroën DS 19

Les Bugatti ne sont pas les seules stars de la vente. Une spectaculaire Auburn 851 de 1935, l’une des Américaines les plus emblématiques des années 1930, les accompagne. Motorisée par un 8 cylindres à compresseur de 150 ch, elle est dotée de sa carrosserie la plus désirable, le Speedster Bobtail dessiné par Gordon Buehrig, également auteur de la Cord 812. Cette voiture de musée est estimée entre 350 000 et 400 000 euros. Deux Delahaye 135 sont également au programme, dont un beau cabriolet de 1937 carrossé par Dubos dans un style très équilibré (100 000 — 150 000 euros). Cette importante vacation compte bien d’autres véhicules remarquables, à l’instar d’une Citroën DS 19 réalisée par Bossaert en 1963 sur un dessin de Pietro Frua. Seul exemplaire survivant, connu des passionnés de la marque, ce véhicule est estimé entre 120 000 et 180 000 euros.

 

Haut de page

Vous aimerez aussi

Claude Viallat de retour à Nîmes

Le 2 août 2021 | Mis à jour le 2 août 2021

Le 4 août à Nîmes, la vacation estivale de Pierre Champion et Françoise Kusel sera l’occasion de retrouver l’enfant du pays, Claude Viallat, dont deux œuvres seront proposées de 1 […]

Jean Dufy, de Paris à Stockholm

Le 2 août 2021 | Mis à jour le 2 août 2021

Alors que le Musée de Montmartre expose dans la capitale « Le Paris de Raoul Dufy », une vue du bois de Boulogne signée de son frère cadet, Jean, sera […]

Takanori Oguiss, un peintre japonais à Paris

Le 21 juillet 2021 | Mis à jour le 2 août 2021

Sensible au charme pittoresque parisien, Takanori Oguiss s’est illustré à travers ses vues de la capitale où il s’établit durant l’entre-deux-guerres. Le 24 juillet à Vannes, Jack-Philippe Ruellan présentera aux […]