Le 28 mai 2018 | Mis à jour le 30 mai 2018

5 raisons d’acheter du vin jaune de 1774 adjugé à 85 000 €

par Interencheres

La maison de ventes Jura Enchères dispersait le 26 mai 2018 à Lons-le-Saunier et en direct sur le Live d’Interencheres la célèbre cave d’Arbois héritée de l’inventeur du vin jaune. Parmi les 102 flacons issus de ce lieu mythique figuraient 3 vins jaune d’Arbois, millésime 1774, l’un des plus vieux vins encore conservés au monde et adjugés à 60 000, 62 500 et 85 000 euros. Présentation d’une vacation enivrante !

.

1. Un nectar à déguster jusqu’en 2094

Oseriez-vous goûter une bouteille du XVIIIe siècle ? « Un vin jaune d’Arbois assurément ! », s’exclame Maître Philippe Etiévant, commissaire-priseur à Lons-le-Saunier, qui a mis en vente 3 bouteilles de ce breuvage datant de 1774 et une quatrième également du XVIIIe siècle. « Une bouteille de ce même lot a fait l’objet d’une dégustation en 1994, à laquelle participèrent une vingtaine de connaisseurs, scientifiques et œnologues qui furent subjugués par l’expérience, et attribuèrent la note sans appel de 9,4/10. La profondeur de bouche était de 20 25 secondes, ce qui est exceptionnel », détaille Maître Etiévant avant d’ajouter que les participants affirmèrent que le nectar serait encore exceptionnel dans 100 ans et au-delà !

.

2. L’un des plus vieux vins encore conservés au monde

« La durée légale de conservation du vin jaune est de 6 ans et 3 mois minimum pour qu’il puisse bénéficier de cette appellation. Passé cette période, on peut considérer que ce vin est indestructible car, s’il avait dû tourner, cela se serait produit bien avant », précise le commissaire-priseur. Les 4 bouteilles du XVIIIe siècle mises aux enchères ont largement dépassé ce délais minimum puisqu’elles ont plus de 200 ans ! Ces flacons font ainsi partie des plus vieux vins conservés au monde.

.

3. Né de l’oubli d’un tonneau dans une cave

Le vin jaune d’Arbois connaît bien la petite musique des enchères. Deux bouteilles de 1774 provenant de la même cave que celles mises en vente le 26 mai prochain, et plus précisément du même lot, furent mises en vente en 2011 et 2012 et furent adjugées respectivement 57 000 et 38 000 euros. Si l’âge de ces Arbois influe largement sur leur valeur, la provenance participe également à l’enivrement des enchères. En effet, toutes ces bouteilles proviennent du créateur de vin jaune. C’est à la fin du XVIIIe siècle que ce vigneron arboisien s’aperçut qu’il avait oublié depuis des années un tonneau dans sa cave et, plutôt que de le jeter, se décida à le goûter : la légende du vin jaune est née.

.

4. Précieusement conservées dans le mythique « tabernacle »

De générations en générations, les descendants de l’initiateur du vin jaune veilleront sur sa cave. Le plus illustre de ses héritiers, ardent protecteur et promoteur de ce breuvage, se nomme Georges-Emile Grand (1886-1974). Plus connu sous son titre de Commandant Grand, il créa un endroit protégé à l’intérieur du lieu historique de stockage pour conserver au mieux ces bouteilles originelles de vin jaune. Les 4 vins jaunes du XVIIIe siècle mises aux enchères sont issues de cet endroit mythique stockage à 14 degrés constants appelé le « tabernacle ». Maîtres Brigitte Fenaux et Philippe Etiévant disperseront le 26 mai 2018 les 102 dernières bouteilles de la cave du Commandant Grand.

.

5. Invité à la table de Louis Pasteur

Pour ajouter aux vertus magiques de cette pépite du Jura, rappelons que la ville d’Arbois a vu grandir Louis Pasteur (1822-1895) qui a toujours été attaché à ses crus et notamment au vin jaune. Ami des petits-enfants du créateur de ce nectar, Pasteur célébra en 1882 sa réception à l’Académie Française avec une bouteille de vin jaune… 1774.

.

 

Haut de page

Vous aimerez aussi