Le 28 mai 2014 | Mis à jour le 28 mai 2014

Bessie Davidson, une star australienne à Alençon

par Interencheres

[Le lot du jour] Depuis que la photo de ce tableau a été publiée sur Interencheres, le téléphone de la maison de ventes d’Alençon n’arrête pas de sonner. « Nous recevons plusieurs appels par jour en provenance d’Australie ! », précise Maître Patrice Biget, le commissaire-priseur. Si le pays des kangourous s’intéresse à cette toile c’est parce qu’elle est l’œuvre d’une de ses ressortissantes : Bessie Davidson (1879-1965). Quelques-unes de ses toiles sont exposées dans les musées de Rouen, Beaune, Belfort et à La Piscine de Roubaix, mais elles passent très rarement dans les ventes aux enchères françaises. Or Davidson s’avère être une véritable star sur le marché australien. Souvent mises aux enchères, ses œuvres atteignent d’importantes adjudications, et dépassent souvent les 50 000 euros.
.
Née à Adélaïde, en Australie du Sud, Bessie Davidson a 24 ans quand elle décide de s’installer en Europe pour poursuivre ses études artistiques. Elle élit vite domicile à Paris, où elle fréquente les peintres de Montparnasse et l’atelier de la Grande Chaumière, et côtoie les plus grands artistes de l’époque, tels Maurice Denis, Albert Besnard, George Desvallières et Jacques-Emile Blanche… Son atelier, qu’elle habitera jusqu’à la fin de ses jours, se situe rue Boissonade, dans le XIVe arrondissement de la capitale.
.
En 1914, Bessie Davidson s’embarque sur un paquebot en direction de l’Australie, pour rendre visite à sa famille. A bord, elle apprend le déclenchement de la Première Guerre mondiale et décide de retourner aussitôt « soutenir ses amis » en France. Elle s’engage alors dans la Croix-Rouge française et servira comme infirmière dans les hôpitaux militaires. Après la guerre, l’artiste opte pour une peinture aux teintes douces représentant des portraits ou des fleurs. Cette jeune femme dans un jardin fleuri pourrait donc dater de cette période.
.
Retrouvé dans une maison de campagne normande, « Lecture au jardin » sera proposé à la vente le samedi 31 mai 2014 par Maitres Patrice Biget et Frédéric Nowakowski avec une estimation de 6 000 à 8 000 euros. Si les Australiens connaissent déjà par cœur le numéro de téléphone de la maison de ventes, ils sauront bientôt prononcer sans accent le nom « d’Alençon ».

Lien vers l’annonce du lot

Haut de page

Vous aimerez aussi

A Cannes, une vente en hommage à Jean Marais

Le 23 juillet 2020 | Mis à jour le 23 juillet 2020

Le 15 août à Cannes, se tiendra une vente en l’honneur de Jean Marais, personnalité influente dans le monde de l’art et du cinéma. La vacation proposera bronzes, lithographies et […]