Le 22 octobre 2021 | Mis à jour le 22 octobre 2021

FIAC hors les murs : les ventes aux enchères d’art contemporain

par Diane Zorzi

Alors qu’au Grand Palais éphémère se tient, jusqu’au 24 octobre, la Foire internationale d’art contemporain (Fiac), les maisons de ventes aux enchères suivent la tendance et organisent des vacations dédiées à la création d’après-guerre. Tour d’horizon avec une sélection d’œuvres contemporaines proposées aux enchères jusqu’au 27 octobre.  

 

 

Les Bandeirinhas d’Alfredo Volpi

Les Bandeirinhas peuplent maintes œuvres du peintre brésilien, d’origine italienne, Alfredo Volpi (1896-1988). Ces guirlandes de drapeaux colorent chaque année la ville de Rio, à l’occasion de la « Festa Junina », célébrant la naissance de saint Jean-Baptiste. Alfredo Volpi a fait de ces banderoles son motif de prédilection qu’il répète inlassablement sur la toile, en alternant les couleurs. Ici, les Bandeirinhas recouvrent une toile monumentale de plus de deux mètres de hauteur, de la même manière qu’à Rio ces formes géométriques emplissent les façades. Cette tempera sur toile témoigne des recherches spatiales menées, sa vie durant, par cet artiste autodidacte, épris de Cézanne, Matisse, Morandi, ainsi que des maîtres de la Renaissance italienne. Datée autour de 1958, elle fut acquise directement auprès de l’artiste, dans son atelier, et conservée depuis dans la même famille.

Enchérir | Découvrez les oeuvres d’Alfredo Volpi en vente sur interencheres.com

Alfredo Volpi (1896 – 1988), Bandeirinhas, circa 1958. Tempera sur toile. 229 x 89 cm. Estimée entre 350 000 et 500 000 euros. Mise en vente par Aguttes le 25 octobre à Neuilly-sur-Seine. 

 

Mojé Assefjah en terre siennoise

Avec ses larges coups de pinceau, cette composition de l’artiste turque Mojé Assefjah (née en 1970) paraît au premier abord pleinement abstraite. Mais à mesure que l’on suit ces lignes courbes entrelacées apparaît ici un promontoire argileux, là une végétation verdoyante. Le tableau est flanqué de part et d’autre d’une marge grise et, telle une « fenêtre ouverte sur le monde », invite le regard à pénétrer au cœur d’un paysage siennois. Née à Téhéran, Mojé Assefjah travaille aujourd’hui à Munich à des œuvres mêlant les cultures orientales et occidentales. Ainsi, l’artiste emprunte à la Renaissance italienne l’usage de la tempera, tandis que son langage pictural est imprégné de la beauté mystique de la Perse antique autant que des toiles gestuelles et lyriques des expressionnistes abstraits.

Enchérir | Découvrez les oeuvres de Mojé Assefjah en vente sur interencheres.com

 

Mojé Assefjah (née en 1970), In Siena, 2018. Tempera et pigments sur toile, 180 x 140 cm. Estimée entre 12 000 et 15 000 euros. Mise en vente par Cornette de Saint-Cyr le 27 octobre à Paris et en live sur Interencheres. 

 

Le réalisme cynique de Yue Minjun

Ce personnage, à la peau lisse et rosée, arborant un sourire inquiétant, fait figure d’archétype dans l’œuvre du peintre chinois Yue Minjun (né en 1962). Installé à Pékin, il s’est illustré à travers ses toiles monumentales, dépeignant des personnages ambigus, dont le large sourire dénote la faiblesse et l’impuissance à s’extraire des codes et de l’uniformité dictés par la société chinoise. Représentant du « réalisme cynique », Yue Minjun compte aujourd’hui parmi les icônes de l’art contemporain. 

Enchérir | Découvrez les oeuvres de Yue Minjun en vente sur interencheres.com

Yue Minjun (né en 1962), Idol series, 1996. Huile sur toile, signée et datée au dos. 30 x 25 cm. Estimée entre 40 000 et 60 000 euros. Mise en vente par Aguttes le 25 octobre à Paris.

 

Sous le soleil d’Huguette Caland

Un soleil vert se détache sur un fond de ciel orangé, surplombé d’une tâche violette. Cette toile vibrante, fruit de l’association de trois complémentaires, évoque Red Sun, l’une des œuvres iconiques qu’Huguette Caland (1931-2019) réalisa en 1964, peu après la mort de son père, Bechara El Khoury, premier président du Liban après l’indépendance. Cette plasticienne libanaise a été récompensée et exposée à maintes reprises, de la Biennale de Venise à l’Institut du monde arabe à Paris. Proche d’André Masson, Pierre Schaefer ou encore Pierre Cardin, avec qui elle crée un ensemble de caftans, elle est connue pour son œuvre abstraite, lyrique et sensuelle, volontiers teintée d’érotisme. On lui doit notamment, en 1971, la série Brides de corps, dans laquelle elle représente des fragments de chairs, jouant de courbes sinueuses, sur fonds de couleurs vives.  

Enchérir | Découvrez les oeuvres de Huguette Caland en vente sur interencheres.com

 

Huguette Caland (1931-2019), Sans titre, 1964. Huile sur toile signée et datée 1964-70 au dos. 71 x 60 cm. Estimée entre 80 000 et 120 000 euros. Mise en vente par Cornette de Saint-Cyr le 27 octobre à Paris et en live sur Interencheres.

 

Sélection d’oeuvres contemporaines en vente sur Interencheres et estimées à partir de 1 000 euros

Haut de page

Vous aimerez aussi

Une Triumph TR3 de 1959 aux enchères à Toulouse

Le 7 décembre 2021 | Mis à jour le 7 décembre 2021

Archétype du roadster britannique, la Triumph TR3 est aussi l’une des automobiles les plus collectionnées et recherchées. Le 8 décembre à Toulouse, la maison Marambat de Malafosse présentera aux enchères […]