Le 22 juillet 2020 | Mis à jour le 22 juillet 2020

Jusqu’à 117 000 euros pour des toiles de Ramiro Arrue et Moïse Kisling

par Interencheres

Ramiro Arrue, Moïse Kisling, Louis Welden-Hawkins… Les artistes étrangers, installés en France à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, étaient à l’honneur la semaine dernière, avec une sélection d’œuvres adjugées jusqu’à 117 000 euros. Retour sur les résultats enregistrés dans les maisons de vente du 13 au 19 juillet.

 

Une toile de Ramiro Arrue adjugée à 93 536 euros

Parti étudier à Paris au début du XXe siècle, où il côtoie, à l’Académie de la Grande Chaumière, l’avant-garde artistique du quartier de Montparnasse, Ramiro Arrue (1892-1971) est un artiste espagnol phare de la peinture du Pays basque. Il n’a eu de cesse, tout au long de sa carrière, de dépeindre les paysages, habitants et événements populaires de sa région natale. Le 19 juillet dernier, Marie-Françoise Carayol présentait aux enchères une toile caractéristique de son travail. Figurant une fête de village, elle a été adjugée à 93 536 euros (frais compris), confirmant l’intérêt soutenu des collectionneurs pour son œuvre. Le rouge des costumes et boiseries, le blanc des maisons et le vert des collines, la composition invitant le spectateur au cœur de la scène et l’atmosphère empreinte de sérénité… la toile réunissait l’ensemble des ingrédients qui firent la renommée de ce peintre régional, médaillé lors de l’Exposition internationale des Arts décoratifs de 1925. 

 

Une technique mixte de Louis Welden-Hawkins adjugée à 20 800 euros

Le 17 juillet à Paris, c’est l’artiste d’origine autrichienne naturalisé français, Louis Welden-Hawkins (1849-1910), qui était à l’honneur lors d’une vente aux enchères organisée par Gros & Delettrez. Estimée entre 5 000 et 8 000 euros, sa Femme aux perroquets s’est envolée à 20 800 euros (frais compris). Cette technique mixte sur papier haute en couleurs, datée autour de 1890-1900, dévoilait l’un des thèmes chers au peintre symboliste, célèbre pour ses figures féminines songeuses, réalisées dans la tradition préraphaélite. A noter que quelques jours plus tôt, à Saint-Martin-de-Boulogne, un bouquet de fleurs peint par l’artiste français d’origine polonaise Moïse Kisling (1891-1953) a quant à lui trouvé preneur à 117 120 euros (frais compris), lors d’une vente organisée le 14 juillet par Julien Debacker et Anne Richmond.

 

Découvrez en images notre sélection de résultats du 13 au 19 juillet 2020 dans notre galerie en image ci-dessous. Tous les prix de la galerie sont indiqués hors frais de vente.

Haut de page

Vous aimerez aussi

A Cannes, une vente en hommage à Jean Marais

Le 23 juillet 2020 | Mis à jour le 23 juillet 2020

Le 15 août à Cannes, se tiendra une vente en l’honneur de Jean Marais, personnalité influente dans le monde de l’art et du cinéma. La vacation proposera bronzes, lithographies et […]