Le 21 septembre 2020 | Mis à jour le 21 septembre 2020

Les premiers timbres d’Andorre : des pièces rares sur le marché

par Vincent Beghin

Tous les deux mois, la Chambre syndicale française des Négociants et Experts en Philatélie (C.N.E.P.), décrypte le résultat atteint par une pièce philatélique dans une vente aux enchères. Ce mois-ci, gros plan sur la toute première série de timbres émise par la petite principauté d’Andorre.

 

La principauté d’Andorre a longtemps cultivé son isolement vis-à-vis de l’extérieur. Jusqu’à la fin du XIXe siècle, c’est volontairement que les routes frontalières sont laissées en mauvais état, afin qu’elles ne puissent pas être utilisées par les troupes, en cas de guerre entre l’Espagne et la France. Dans ce contexte, le développement économique et démographique reste limité : en 1890, la majorité de la population andorrane se consacre à une agriculture vivrière, l’industrie est quasiment inexistante et la capitale, Andorre la Vieille, ne compte pas plus d’une quarantaine de maisons. Il n’est donc pas surprenant que les échanges de courrier avec l’étranger soient plus que restreints : en moyenne, ce sont deux lettres par jour qui partent pour la France, et cinq lettres et deux journaux qui arrivent en sens inverse.

Entre 1890 et les années 1920, la situation évolue quelque peu, notamment en raison de l’ouverture en 1911 d’une route carrossable entre le village de Soldeu et la France, qui permet l’arrivée en Andorre de la première automobile. En 1927, décision est prise de doter la principauté d’une véritable organisation postale. Mais rien n’est simple. Car, dans la mesure où la principauté d’Andorre est placée sous la co-suzeraineté de l’évêque d’Urgel et du président de la République Française, les postes espagnole et française insistent pour avoir chacune leurs propres bureaux de poste et leurs propres timbres. C’est ainsi qu’en 1928 sont émis les premiers timbres espagnols libellés en pesetas et à l’effigie du roi Alphonse XIII, suivis en 1931 des premiers timbres français libellés en francs et similaires à ceux employés en France à la même époque.

 

 

Andorre Français N°1/23 signés Brun TTB. Adjugé à 562 euros (frais compris) par Ivoire Nîmes le 17 septembre 2020 à Nîmes.

 

Etant donné le peu de courrier circulant en Andorre, les tirages sont très réduits : 3 750 exemplaires seulement pour les fortes valeurs de la série française (les 2 francs, 3 francs, 5 francs, 10 francs et 20 francs). Une rareté qui légitime largement les 562 euros (frais compris) atteints par une série complète lors de la vente de la maison Ivoire Nîmes du 17 septembre dernier. Quant à la principauté d’Andorre, elle est toujours aujourd’hui l’un des rares pays au monde à utiliser simultanément des timbres émis par deux administrations postales différentes.

 


En partenariat avec la C.N.E.P.

La C.N.E.P. est, en France, l’unique syndicat de dimension nationale regroupant les négociants en philatélie, les experts reconnus et les fabricants et détaillants de matériel. Pour plus d’informations : www.cnep.fr

Haut de page

Vous aimerez aussi

Un dessin inédit du Bernin découvert à Compiègne

Le 1 mars 2021 | Mis à jour le 1 mars 2021

Quelques mois après l’adjudication record à 24,2 millions d’euros d’un panneau du peintre primitif italien Cimabue, la maison Actéon présentera aux enchères le 20 mars une sanguine inédite du Bernin. […]

Expertise : un fauteuil Louis XV estampillé de Père Gourdin

Le 24 février 2021 | Mis à jour le 1 mars 2021

L’estampille de Jean Gourdin, dit Père Gourdin, est le signe d’un art menuisier français d’excellence. Jacques Dubarry de Lassale décrypte les particularités de ces sièges remarquables à travers l’expertise d’un […]