Le 3 juin 2020 | Mis à jour le 9 juin 2020

Un transparent de Carmontelle adjugé à près de 115 000 €

par Interencheres

Un transparent de Louis Carrogis dit Carmontelle a été adjugé à près de 115 000 euros par la Galerie de Chartres le 6 juin dernier. Acquis par un collectionneur français, il l’un des derniers témoignages de ce procédé innovant, ancêtre du cinéma, que l’artiste inventa à la fin du XVIIIe siècle.

 

C’est aux côtés de tableaux, meubles et dessins anciens que ce transparent était mis en vente le 6 juin dernier à Chartres. Inédit sur le marché, cet ancêtre lointain du cinéma est l’une des inventions les plus marquantes de Louis Carrogis dit Carmontelle (1717-1806), un artiste célèbre tant pour ses portraits de profil que pour ses proverbes, petites comédies improvisées et fêtes fastueuses organisées par le duc d’Orléans au XVIIIe siècle. « Ce transparent se constitue d’un assemblage de quatorze mètres de long de papier fin, peint entièrement par l’artiste à l’aquarelle et à la gouache », explique Pascal Maiche, commissaire-priseur à la Galerie de Chartres. « Au travers de ces fines feuilles se projette la lumière naturelle ou la lueur d’une bougie, donnant ainsi vie à 128 personnages.»

 

 

Le transparent : l’ancêtre du cinéma

Inspiré du fonctionnement de la lanterne magique et réservé à l’aristocratie, le transparent fut créé autour de 1791 par Carmontelle dans le but de divertir ses riches mécènes, à travers des scènes bucoliques ou paysages en mouvement. Puisant son inspiration à l’occasion de balades en barque qu’il avait l’habitude d’effectuer avec un groupe de musiciens, le peintre parisien y dépeint des aristocrates ou paysans, tirés de ses connaissances et lectures. Mais si ses personnages offrent un témoignage réaliste de son époque, le paysage est quant à lui le fruit de son imagination. En effet, s’il évoque les sites des alentours de Chartres ou d’Orléans, aucun bâtiment n’y est reconnaissable et précisément identifiable.

 

 

Un objet rare adjugé à 114 000 euros

Conservé précieusement dans une malle par la même famille depuis 1807, ce transparent, dans un état remarquable, fait partie d’un ensemble de cinq rouleaux, dont l’un fut donné au musée de Condé à Chantilly en 1936. « Deux autres ont été vendus en 1987 par notre maison de vente, tandis que le cinquième a disparu », précise le commissaire-priseur. Estimé entre 30 000 et 50 000 euros, sur la base des résultats de ventes de 1987, le transparent s’est envolé à 114 000 euros (frais compris), acquis par un collectionneur français, passionné de jeux animés. « C’était un objet très rare sur le marché. Le catalogue de la vente Carmontelle, organisée suite à la mort de l’artiste le 17 avril 1807, ne mentionnait qu’un seul lot de onze rouleaux transparents.»

 

Haut de page

Vous aimerez aussi

Un collier girafe de Jean Dunand estimé à plus de 10 000 euros

Le 15 septembre 2020 | Mis à jour le 16 septembre 2020

Pièce emblématique des Années folles, un collier girafe de Jean Dunand sera présenté aux enchères le 17 septembre à Saint-Jean-de-la-Ruelle, près d’Orléans. Provenant de la collection de la modiste Louise […]

La collection Trigano aux enchères près de Toulouse

Le 10 septembre 2020 | Mis à jour le 10 septembre 2020

André Trigano est bien sûr devenu célèbre grâce à ses campings. Il est également connu de longue date pour sa collection éclectique d’automobiles. Celle-ci sera entièrement mise aux enchères le […]