Le 25 mars 2021 | Mis à jour le 25 mars 2021

Václav Radimsky, sur les traces de Monet à Giverny

par Lucie Rocher

Un tableau inédit de Václav Radimsky fera sa première apparition sur le marché sous le marteau de Philippe Thonier le 27 mars aux Andelys. Retrouvée dans un grenier, cette vue de Saint-Etienne-sous-Bailleul peint par l’ami de Paul Cézanne et Claude Monet est estimée à 30 000 euros.

 

Une toile signée Václav Radimsky sera mise en vente par Philippe Thonier le 27 mars prochain aux Andelys et en live sur Interencheres. Accrochée derrière un mur, sous les combles d’une maison normande depuis près de 80 ans, elle a été découverte à l’occasion de travaux de rénovation. Elle avait probablement été dissimulée par ses propriétaires au moment de la Seconde Guerre mondiale et oubliée depuis.

 

Václav Radimsky, maître de l’impressionnisme tchécoslovaque

Fils d’un avocat et industriel tchécoslovaque, Václav Jan Emanuel Radimsky (1867-1946) quitte sa Bohème natale à l’issue de ses études au lycée pour s’initier à l’art en Europe. Il étudie d’abord à Vienne puis à Paris, où il se lie d’amitié avec la peintre tchèque Zdenka Braunerova, avant de prendre la direction de Barbizon en 1991. Dans ce village proche de Giverny, Radimsky fait la rencontre de Paul Cézanne qui deviendra son modèle et proche confident. Les deux peintres fréquentent l’Hôtel Baudy de Giverny, lieu d’émulation artistique où les artistes venus de toute l’Europe rêvent de fonder une nouvelle école artistique. « Certains spécialistes supposent que les deux hommes auraient partagé un studio à Paris et que c’est Cézanne qui aurait présenté Radimsky à son ami Claude Monet », détaille l’expert Marc-Henri Tellier. Désireux d’égaler le talent de ce dernier, Radimsky crée un atelier flottant sur la Seine, à l’image de celui du peintre aux Nymphéas, pour pouvoir dépeindre à son aise le mouvement et les reflets de l’eau.

 

Une vue de Saint-Etienne-sous-Bailleul 

Václav Radimsky vécut en France pendant 28 ans, partageant sa vie avec son épouse Louise Fromont, qui pose pour les peintres de Giverny. « Fort d’une peinture vivante, d’une palette riche et lumineuse, Radimsky est très rapidement reconnu en France et obtient une médaille d’or à Rouen en 1895 et à l’Exposition universelle de Paris en 1900. Il expose au Salon de Paris puis rapidement dans toute l’Europe ». Malgré ce triomphe, il ne s’établit pas à la capitale, mais s’installe dans un moulin surnommé « La Bergamote » au hameau du Goulet, proche de Giverny. Ce sont les abords de ce lieu calme et isolé qu’il aurait représenté sur la toile découverte par Philippe Thonier. « La vue du tableau aurait pour point central un bâtiment dénommé gîte des Grandes Vignes situé à moins de deux kilomètres de sa demeure, dans une zone vallonnée ressemblant au Jura au printemps », précise l’expert. Dans la lignée de Monet, Radimsky dépeint une campagne paisible au gré de touches rapides, illuminée d’un soleil voilé. 

 

Une toile inédite estimée à 30 000 euros

Peint en 1911, ce tableau est l’un des derniers réalisés en France par Václav Radimsky. Lorsque débute la Première Guerre mondiale, il est fait prisonnier en tant que ressortissant d’un pays ennemi et bien que libéré après l’intervention de Clemenceau, grand admirateur du peintre, il ne peut effacer sa déception. « Désenchanté par cette attitude, il quitte la France et retourne en Bohême, à Kolin, pour peindre la vallée de l’Elbe jusqu’à la fin de sa vie ». Souvent éclipsés par ses homologues américains venus peindre au même moment sur les terres de Monet, Václav Radimsky continue néanmoins de fasciner de nombreux amateurs des peintres de Giverny. Il est particulièrement apprécié du public tchèque et certaines de ses toiles dépassent les 100 000 euros aux enchères. Cette toile unique, probablement achetée il y a plus de 100 ans, est estimée à 30 000 euros et devrait attirer de nombreux collectionneurs. 

          Enchérir | Suivez la vente de la toile de Václav Radimsky le 27 mars en direct sur interencheres.com

 

Václav RADIMSKY (1867-1946). Vue de Saint-Etienne-sous-Bailleul près de Giverny, 1911. Huile sur toile signée et datée en bas à droite. 54 x 73 cm. Estimation : 25 000 – 30 000 euros.

Haut de page

Vous aimerez aussi

Un paysage italien de Corot en vente à Montpellier

Le 9 avril 2021 | Mis à jour le 9 avril 2021

Un tableau de Corot sera présenté aux enchères par Bertrand de Latour et Jean-Christophe Giuseppi le 8 mai prochain à l’Hôtel des ventes Montpellier-Languedoc. Estimé entre 150 000 et 250 […]