Le 28 octobre 2021 | Mis à jour le 28 octobre 2021

Salon Époqu’Auto : une Aston Martin DB4 vendue aux enchères

par Interencheres

Après deux ans de disette, les grands salons de voitures anciennes reprennent. L’un des plus importants, Epoqu’Auto à Lyon, sera le théâtre d’une très belle vente organisée par la maison Osenat le 7 novembre, proposant quelques raretés.

 

Alors qu’un nouvel opus de James Bond est à l’affiche au cinéma, la marque Aston Martin, inséparable de l’Agent Secret anglais depuis Goldfinger et sa fameuse DB4, revient naturellement sous le feu des projecteurs, avec une Aston Martin DB4 [photo en une] mise en vente par la maison Osenat le 7 novembre à l’occasion du Salon Epoqu’Auto à Chassieu, près de Lyon. Il s’agit cependant d’une série III de 1961 et non d’une série V à phares carénés comme celle de l’agent secret. Sa rareté et la beauté de sa carrosserie ne sont pas ses seuls atouts. Son origine française, son historique limpide et le soin que lui ont porté ses propriétaires en font un exemplaire particulièrement désirable, estimé entre 350 000 et 450 000 euros.

 

Des Citroën soigneusement sélectionnées

Les amateurs de chevrons seront eux aussi bien servis lors de cette vente. Le véhicule le plus remarquable est bien évidemment la Citroën DS 19 GT de 1963, réalisée par le préparateur Hector Bossaert avec l’aide du styliste italien Pietro Frua. Il s’agit tout simplement du seul exemplaire de coupé qui se trouve encore dans un état remarquable. Cette DS « hors série » emblématique sera accompagnée d’une autre « Déesse » remarquable, une Citroën ID 19 Export à conduite à droite, l’une des dernières sorties des chaînes de Javel avant le transfert de la production dans l’usine britannique de Slough. Plus que sa provenance, c’est sa remarquable patine, son intérieur joliment préservé et son bel état de fonctionnement qui attireront les amateurs (15 000 — 20 000 euros).

 

Citroën DS 19 GT Bossaert de 1963. Estimation : 100 000 – 120 000 euros. 

 

La vente propose par ailleurs une belle Citroën SM de 1971, qui porte un coloris unique puisque son premier propriétaire l’aurait fait repeindre par Chapron dès son achat. Fiabilisée et révisée récemment, elle est estimée entre 35 000 et 40 000 euros. Enfin, les collectionneurs les plus invétérés de la marque pourront difficilement résister à la Citroën M35 de 1971, première tentative de voiture à moteur rotatif de Citroën (20 000 — 25 000 euros).

 

Maserati Khamsin, Alfa Romeo GTC : des Italiennes renommées 

A la période durant laquelle elle appartenait à Citroën, la marque Maserati a lancé elle aussi quelques beaux chefs-d’œuvre, dont la fabuleuse Khamsin, qui reprenait d’ailleurs de nombreux éléments techniques à la marque française, dont la fameuse direction à rappel asservi Diravi. Avec son V8 de 320 ch et sa ligne en coin signée Gandini, la Maserati Khamsin proposée à la vente le 7 novembre se trouve dans un bon état de fonctionnement, même si elle nécessite une révision (100 000 — 150 000 euros).

 

Maserati Khamsin de 1976. Estimation : 100 000 – 150 000 euros.

 

Dans un tout autre genre, l’Alfa Romeo GTC de 1965 réalisée à partir du Coupé Bertone est une véritable rareté produite à moins de 1 000 exemplaires. Celui proposé, dans sa séduisante couleur jaune, a fait l’objet d’une restauration à grands frais dans les années 2000 (60 000 — 80 000 euros).

Enfin, ceux qui ne veulent pas terminer l’année du soixantenaire de la Jaguar Type E sans en installer une dans leur garage auront deux occasions de s’offrir un exemplaire dans les configurations les plus recherchées. Le premier est un roadster Jaguar Série 1 3.8 de 1964, très soigné mais non restauré (100 000  — 120 000 euros). Le deuxième est un coupé Jaguar de la même année, également un 3.8 dans un magnifique état de présentation (120 000 — 140 000 euros). Précisons également que cette vente disperse une magnifique collection de documents d’origine concernant la marque Bugatti, qui est notamment représentée par une belle réplique réalisée par « Pur Sang Argentina » de Type 43 (250 000  — 350 000 euros).

Enchérir | Déposez un ordre d’achat sur la vente d’automobiles de collection du 7 novembre 

 

Alfa Romeo GTC de 1965, série 3. Estimation : 60 000 – 80 000 euros.

Haut de page

Vous aimerez aussi

Une Triumph TR3 de 1959 aux enchères à Toulouse

Le 7 décembre 2021 | Mis à jour le 7 décembre 2021

Archétype du roadster britannique, la Triumph TR3 est aussi l’une des automobiles les plus collectionnées et recherchées. Le 8 décembre à Toulouse, la maison Marambat de Malafosse présentera aux enchères […]