Le 6 mai 2021 | Mis à jour le 6 mai 2021

Une collection d’automobiles populaires françaises dispersée dans la Sarthe

par Interencheres

Le 16 mai prochain à Cherre, dans la Sarthe, une collection d’automobiles populaires sera mise aux enchères par la maison Balsan. Réunissant une Peugeot 302 Baby Darl’mat, une Simca Beaulieu ou encore une Citroën 5 HP, elle offre un panorama complet de la production française. 

 

Peugeot 404, Simca Beaulieu, Renault 4 CV ou encore Peugeot 304 break : ces automobiles ont fait les beaux jours des routes françaises des Trente Glorieuses. Elles ont été réunies par un collectionneur éclectique qui n’ignorait pas non plus les années 1920 puisque la vente inclut également deux Citroën 5 HP, dont une version commerciale baptisée alors « Boulangère », ainsi qu’une C4 du même constructeur. Si l’on y ajoute un fourgon Peugeot J9 non corrodé de 1981 et un jolie Simca Aronde P60 Montlhéry de 1964, c’est un panorama déjà bien complet de la production française qui sera proposé aux enchérisseurs le 16 mai prochain à Cherre et en live sur Interencheres. Le clou de cette vacation est d’ailleurs une autre Française : une Peugeot « Baby Darl’mat » carrossée après-guerre par un compagnon sur le modèle des fameux roadsters surbaissés dessinés par Georges Paulin. Un modèle unique joliment restauré et estimé entre 75 000 et 95 000 euros.

 

 

Fiat 130, Buick berline, MGB GT… une sélection de rares automobiles étrangères

La vente de Cherre compte également quelques étrangères parmi lesquelles une rare berline Fiat 130 de 1973 dans sa version la plus désirable dotée du V6 3.2, de la transmission manuelle et donc de la deuxième planche de bord, plus richement finie (estimée entre 11 000 et 17 000 euros). Toujours dans l’exotisme, citons la belle Buick berline de 1931, représentant à merveille la période de la Prohibition (estimée entre 20 000 et 31 000 euros). Enfin, deux Anglaises que l’on a plus souvent l’habitude de voir en cabriolet sont proposées dans leur carrosserie coupé : une MGA de 1961 dans un très bel état de présentation (estimée 25 000 – 34 000 euros) et une jolie MGB GT de 1979 qui a fait l’objet d’une restauration complète qui lui a permis d’abandonner ses redoutables pare-chocs en plastique au profit de chromes plus seyants (estimée entre 13 000 et 16 000 euros).

Enchérir | Suivez la vente d’automobiles le 16 mai en live sur interencheres.com

 

Haut de page

Vous aimerez aussi