Le 20 décembre 2017 | Mis à jour le 21 décembre 2017

A LA UNE : un chef-d’œuvre de la Sicile normande, un panneau d’Eugène Boudin…

par Interencheres

Les ventes aux enchères se poursuivent tout au long des vacances de Noël. Au programme : une table d’apparat en hommage à la Grande Sicile normande, un paysage maritime du peintre russe Ivan Aïvazovsky (1817-1900), une huile sur panneau d’Eugène Boudin (1824-1898), une paire de fauteuils signée Warren Platner (1919-2006), un livre d’Heures… Découvrez notre sélection en images d’objets annoncés dans les ventes aux enchères du 25 décembre 2017 au 7 janvier 2018.

.

Coup de cœur de la rédaction

Dans les années 1880, la Sicile est traversée par un mouvement indépendantiste réclamant l’autonomie de l’île et sa scission avec l’Italie. Cette pièce d’ouvrage a été créée à l’époque pour appuyer ces revendications séparatistes. Réalisée pour l’exposition nationale de Palerme (1891-1892), elle fait directement référence au royaume normand de Sicile qui prospéra au Moyen-Âge. « Cette remarquable table d’apparat en bois naturel à décor incrusté et recouvert d’os sculpté, rend ainsi hommage à cet art millénaire. Grâce à leurs nombreuses conquêtes, les Normands développèrent un art unique, né de l’influence des civilisations rencontrées. Maîtres dans l’art du travail du bois, de l’os, de la corne ou du métal, ils réalisaient de magnifiques pièces ouvragées dont ce chef-d’oeuvre s’inspire directement. Notre table a été réalisée vers 1880-1883 par Andréa Onufrio (1828-1908) qui, avant d’être artiste et ébéniste, était avant tout un érudit et membre du mouvement d’indépendance », détaille Maître Jean-Pierre Besch qui mettra ce lot aux enchères samedi 30 décembre 2017 à Cannes et en direct sur le Live d’Interencheres. « Les références à la Sicile médiévale se retrouvent également dans le portraits des souverains Normands, Souabes et Aragonais représentés dans les trois arcatures du plateau ainsi qu’à l’épitaphe latine choisie qui affirme le pouvoir du roi sur le droit divin », complète le commissaire-priseur avant de préciser que cette œuvre d’intérêt historique et de qualité muséale est estimée de 120 000 à 150 000 euros.

 

Haut de page

Vous aimerez aussi

Des œuvres de Street art en vente à Vannes

Le 22 juin 2022 | Mis à jour le 22 juin 2022

Berthet One, Pakone, Léo & Steph, Tito / Mulk… Une trentaine de Street artistes seront réunis le 25 juin à Vannes à l’occasion d’une vente aux enchères d’art urbain organisée […]

Les broderies royales espagnoles de la collection Fruman

Le 17 juin 2022 | Mis à jour le 17 juin 2022

A l’occasion de leur vente de prestige annuelle, la maison Rouillac dévoilera le 19 juin au Château d’Artigny à Montbazon un ensemble de broderies anciennes provenant de la collection Fruman, […]