Le 10 mai 2022 | Mis à jour le 10 mai 2022

Après 40 ans au marteau, Philippe Kaczorowski tire sa révérence avec une vente de livres

par Diane Zorzi

Après plus de 40 ans au marteau, Philippe Kaczorowski laisse place à Marie Le Bot-Mantrant qui reprend les rênes de la maison de vente nantaise Salorges Enchères. Pour matérialiser le passage de témoin, les deux commissaires-priseurs orchestreront successivement les 13 et 14 mai une vente de livres, des anciens aux modernes…

 

A Nantes, une page se tourne pour Philippe Kaczorowski qui, après plus de 40 ans au marteau, tire sa révérence pour laisser place à la jeune commissaire-priseur, Marie Le Bot-Mantrant. Formé auprès de son oncle, Albert Kaczorowski, à partir de 1972, Philippe Kaczorowski créa une première étude à Brive-la-Gaillarde en 1980, avant de reprendre en 1991 la maison de vente Salorges Enchères. En 30 ans, l’étude s’est imposée dans le paysage nantais, ponctuée de records d’enchères en art, mobilier et souvenirs publicitaires – un tableau d’Henry Moret à 255 000 euros, une plaque émaillée Chocolat Menier de Firmin Bouisset à 37 500 euros, un meuble d’Eileen Gray à 105 000 euros… Pour l’heure, c’est à travers la dispersion d’un ensemble de livres que se matérialisera le passage de témoin. Durant deux jours, des livres anciens puis modernes, défileront au rythme d’un marteau puis de l’autre, en guise de prélude à un nouveau chapitre…

 

 

Des livres anciens…

Pour le premier jour de vente, Philippe Kaczorowski a élaboré avec son ancien complice, l’expert Eric Séguineau, un catalogue propre à attiser la curiosité des enchérisseurs. « Je connais Philippe depuis plus de 30 ans. Etant librairie, j’intervenais en tant que consultant en livres anciens au sein de sa maison de vente. Il m’a fait part de son souhait de porter son dernier coup de marteau avec l’un de mes livres. En élaborant le catalogue, nous souhaitions nous faire plaisir et donner de l’appétit aux enchérisseurs, éveiller leur curiosité, traduire cet esprit d’ouverture qui définit le métier de commissaire-priseur. » Parmi les pièces maîtresses figurent une édition originale du traité musical de Gioseffo Zarlino (1517-1590), « l’ouvrage d’enseignement musical qui a eu probablement le plus d’influence pendant la Renaissance italienne », ainsi que le plus grand exemplaire connu des Œuvres et meslanges poetiques de l’écrivain angevin Pierre Le Loyer (1550-1634). « Nous présentons également un bel exemplaire de L’Ancien Régime et la Révolution d’Alexis de Tocqueville, ainsi que plusieurs ouvrages d’alchimie, dont un remarquable Limojon de Saint-Didier qui a appartenu au minéralogiste et naturaliste Eugène-Louis-Melchior Patrin (1742-1815) ».

 

 

Aux côtés de ces rares éditions, l’expert et le commissaire-priseur ont intégré maintes curiosités pour le moins savoureuses, à l’instar d’un ouvrage satirique sur les péripatéticiennes romaines, d’une édition originale des « Pensées sur les Femmes et le Mariage, dédiées aux hommes, par un vieux militaire » ou d’un fascicule de l’ordre des Chevalières de la Tabatière, un « club » créé au XVIIIe siècle par des femmes revendiquant le droit de priser au même titre que les hommes. Dans ce curieux placard, publié en 1769 sous le titre « Etablissement de l’Ordre de la Tabatière », les Chevalières établissent des règles et le déroulement de leur cérémonie de réception : « Les Chevalières porteront “un ruban bleu au côté gauche”, détaille Eric Séguineau. Elles “auront toujours sur elles une tabatière et du tabac”. Elles ne seront “ni laides, ni vieilles, ni bestes, ni bigottes sur tout”. Il suffira “qu’elles ayent pour le tabac toute la tendresse qu’il mérite” et “elles pourront être reçues.” Enfin, selon le programme de la cérémonie, “la joye finira” sitôt qu’un laquais viendra dire : “Mesdemoiselles, Mesdames, vos Mères vous demandent.” C’est la dernière ligne du placard, et elle est en gros caractères ! » Le dernier ouvrage de la vente du 13 mai donnera enfin la parole à Martial, avec une épigramme émouvante à partir de laquelle l’expert prononcera la fin de la vacation : « Tu te réfugies dans le sein de Faustinus ! C’est avisé. Tu peux maintenant circuler parfumé d’huile de cèdre, et le front paré d’un double ornement fier de tes ombilics coloriés ; couvert d’une élégante étoffe pourpre, et ton superbe index brillera d’écarlate. Avec ce garant tu ne crains rien pas même un Probus. » « Nous quitterons alors la scène pour laisser place, le lendemain, à la nouvelle génération composée de Marie Le Bot-Mantrant, au marteau, et de Caroline Velk, à la table d’expert. »

 

 

…aux modernes

Jeunesse oblige, la deuxième vacation fait la part belle aux illustrés modernes, comptant notamment une sélection d’ouvrages ayant appartenu à des collaborateurs de l’Imprimerie Union à Paris qui, de 1909 à 1995, travailla avec les principaux acteurs du monde littéraire et artistique, à l’instar de Paul Guillaume, Pierre Seghers, Christian Zervos, Aimé Maeght, les Surréalistes, Albert Skira ou encore Jean Dubuffet. Un exemplaire riche de douze dessins, lavis et aquarelles de Picasso (800 – 1 000 euros) côtoiera un poème de Pablo Neruda illustré d’eaux-fortes originales de Joan Miró (800 – 1 000 euros) et une rare édition originale d’Antigravity Book de Vassilakis Takis (500 – 700 euros). « Nous présentons également un ouvrage rare de 1933-1934, réunissant d’émouvants souvenirs et témoignages d’aviateurs et aviatrices de l’époque, à l’instar de Claude Farrère, René Chambe, Antoine de Saint-Exupéry, Mermoz, Hélène Boucher ou Jeanne Helbing, dont les portraits photographiques apparaissent sur japon impérial », ajoute Caroline Velk. Lors de cette vente classique, le XIXe siècle sera représenté quant à lui par un superbe volume donnant à voir, au sein de 73 planches, une suite de costumes de l’Empire Russe en brillants coloris d’époque (600 – 800 euros), ainsi qu’un rare traité d’apiculture (200 – 300 euros). Autant d’ouvrages anciens qui, faisant écho à la première vacation, rappellent en définitive que pour se renouveler, la nouvelle équipe de Salorges Enchères peut compter sur les solides fondations érigées, quarante ans durant, par Philippe Kaczorowski, un commissaire-priseur dont la passion jamais ne s’est tarie.

Enchérir | Suivez les ventes de livres de Salorges Enchères les 13 et 14 mai en live sur interencheres.com

 

Haut de page

Vous aimerez aussi