Le 21 juin 2016 | Mis à jour le 27 juin 2016

Coups de cœurs de commissaires-priseurs

par Interencheres

banniere
L’empereur des bois d’ébénisterie, une mise en abîme du triptyque par T’ang Haywen et l’élégance « négligée » à la mode de la Belle Époque et un le premier ancêtre des Tibétains sont au programme de ces trois ventes aux enchères organisées depuis Toulon, Lorient, Pau et Paris.
.

.

Zitan, l’empereur des bois

zitan« Ce vase est d’une grande valeur en raison du matériau dans lequel il est sculpté, le zitan, l’un des plus rare bois d’ébénisterie. De couleur rouge, il devient pourpre avec l’âge puis marron foncé presque noir, comme celui-ci. Ce bois lourd est très résistant, en vieillissant il acquiert une patine inimitable. Durant les dynasties Ming (1368-1644) et Qing (1644-1911), sous l’influence de la Cour, le zitan devient « l’empereur de bois », très apprécié par les lettrés, les dignitaires et toute la famille impériale.

Avec son ornementation de plaques en bronze doré et émaux cloisonnés notre vase symbolise l’apogée de la technique de l’incrustation sur des objets en zitan. Il s’agit d’une très belle découverte, qui provient de la collection d’une famille toulonnaise dont l’aïeul était officier de marine en Chine. » Maître Richard Maunier, à propos de ce précieux vase en zitan estimé 20 000 à 30 000 euros qui sera mis aux enchères samedi 25 juin 2016 à Toulon et sur le Live d’Interencheres. > Lien vers la vente 

.
.
L’élégance « négligée » de la Belle Époque

neglige« Ce bijou en or gris me plait pour son coté désuet, évocateur de la Belle Époque. Il s’agit d’un collier caractéristique du type « négligé » de par son asymétrie. Avec ses deux diamants ovales d’1,80 carat chacun, suspendus au bout de deux chaînes retenues par un anneau serti de diamants taillés en rose, il s’agit d’un bijou original et rare sur le marché.

La qualité des pierres utilisées est également remarquable, à l’image de tous les autres bijoux proposés lors de cette vente aux enchères et qui proviennent du même écrin. La majeure partie de cette collection reflète la Belle Époque, avec de nombreux bijoux art déco. » Maître Martine Gestas à propos de ce collier négligé estimé de 5 000 à 6 000 euros mis aux enchères samedi 25 juin 2016 à Pau et sur le Live d’Interencheres. > Lien vers la vente 

.
.

.

Triptyques au cube signés T’ang Haywen

tang-maiwen

« L’originalité de ces trois œuvres réside dans la division tripartite de chacune d’elles, comme une mise en abîme du triptyque. Au centre, deux bandes de papier séparent ces aquarelles intitulées « Soleil, feuille et raisin ».

La représentation de la nature et des éléments est récurrente dans le travail de T’ang Haywen (1927-1991), l’auteur de ce triptyque, fortement influencé par la philosophie taoïste. Reconnu aujourd’hui par le marché de l’art, avec des adjudications qui dépassent la barre des 300 000 euros, le travail de T’ang Haywen était encore totalement confidentiel lorsque les propriétaires de ce triptyque en ont fait l’acquisition dans les années 80.Ce couple de collectionneurs avant-gardistes avaient également acquis deux encres, une peinture sur soie et une autre sur papier du même artiste que nous présentons dans la même vente. » Maître Dorothée Galludec à propos de ce triptyque « Soleil, feuille et raisin » estimé de 3 500 à 5 000 euros mis aux enchères samedi 25 juin 2016 à Lorient et sur le Live d’Interencheres. > Lien vers la vente 

.

Méditation au Soleil-Levant

194347_fabb8dd45f14fb6888bc2af182fda4fb_normale

« Coiffé d’un diadème et vêtu du traditionnel dhoti, ce personnage en bronze doré et assis en méditation date du XVIIème siècle. Il s’agit de Padmapani Lokeshvara, ou Avalokiteshvara, un bodhisattva par excellence. Dans le bouddhisme, le bodhisattva est un être humain ou divin qui renonce à l’état d’éveil pour aider les hommes. Considéré par les Tibétains comme leur premier ancêtre, la première partie de son nom Padmapani signifie « celui qui porte le Lotus ». On retrouve d’ailleurs cette plante sur une double rangée à la base de la sculpture. Notre Padmapani Lokeshvara provient de la collection d’un châtelain, heureux propriétaire de plusieurs châteaux en France, qui servent essentiellement d’écrin à ses centaines d’objets d’art. Lundi 27 et mardi 28 juin 2016, nous allons mettre en vente les œuvres asiatiques qu’il affectionnait tant, dont son cher Padmapani Lokeshvara. » Maître Casini Vitalis, à propos de cette sculpture en bronze représentant Padmapani Lokeshvara en méditation, estimée de 25 000 à 30.000 euros, mise aux enchères lors de la vente Copages Auction à Paris, lundi 27 et mardi 28 juin 2016. 

Lien vers l’annonce de vente du lot 

Haut de page

Vous aimerez aussi

Un paysage italien de Corot en vente à Montpellier

Le 9 avril 2021 | Mis à jour le 9 avril 2021

Un tableau de Corot sera présenté aux enchères par Bertrand de Latour et Jean-Christophe Giuseppi le 8 mai prochain à l’Hôtel des ventes Montpellier-Languedoc. Estimé entre 150 000 et 250 […]