Le 2 mai 2014 | Mis à jour le 2 mai 2014

Les « petits sucres » de Mathurin Méheut

par Interencheres

Une vingtaine de dessins de l’artiste breton, véritable palette de ses talents et de ses thèmes de prédilection sera dispersée samedi 3 mai 2014 à Brest par Maîtres Grannec et Lannon.

.

Spécialiste de la peinture bretonne et grand amateur de l’œuvre de Mathurin Méheut (1882-1958), Maître Gilles Grannec est fier de détenir plusieurs « petits sucres » de l’artiste emblématique de la Bretagne. Rassurez-vous, le commissaire-priseur de Brest ne conserve aucun souvenir culinaire ni gourmandise ayant appartenu au peintre, mais une dizaine de dessins « charmants, vifs colorés qui étaient conservés dans un carton ». Cette véritable « pochette sucrée » lui a été apportée par un client qui la tenait de son père, un ancien imprimeur. « Méheut ayant eu une intense activité d’illustrateur, puisqu’il a participé à la réalisation de nombreux ouvrages sur la Bretagne, de sa flore à ses petits métiers en passant par sa géographie et les menus de ses restaurants. Les deux hommes ont très certainement dû travailler ensemble à l’occasion de l’une de ces collaborations », poursuit le commissaire-priseur.

.

.

Parmi les trésors conservés dans la pochette figurent trois gouaches d’environ 30 par 20 centimètres sur son thème de prédilection : les arts et traditions bretonnes. « A la manière d’un reporter, Méheut croque le quotidien de ses contemporains, du « Pardon de Sainte-Anne-la-Palud » (3 000 à 5 000 euros d’estimation), rendez-vous de piété et de sociabilité immanquable à l’époque, aux « bigoudènes sardinières » (3 000 à 5 000 euros d’estimation), qui traitent les poissons en cadence pendant que leurs coiffes se balancent », s’amuse le commissaire-priseur. Su la troisième gouache, « Pèlerinage des Saintes-Maries-de-la-Mer » (2 000 à 3 000 euros), l’artiste met son art de la composition au service d’une autre région : la Provence. Propriétaire d’une maison à Cassis, il emploie la même gaieté et la même vivacité pour dessiner ce rassemblement gitan, où les hommes jouent de la guitare pendant que les femmes discutent à l’ombre des caravanes.

.

.

Mathurin Méheut s’est aussi beaucoup intéressé au travail des marins et des pêcheurs bretons. Il rend hommage à ces hommes de mer dans une série de quatre triptyques de 15 par 36 centimètres réalisés au lavis d’encre, dans lesquels il représente toutes les postures de leur quotidien : du lever au départ en mer, en passant par la pêche et la préparation des poissons. Cet ensemble (estimé de 2 500 à 3 000 euros) figurait également dans le carton à dessins. Tous les dessins de la pochette seront mis aux enchères samedi 3 mai 2014 par Maîtres Gilles Grannec et Philippe Lannon à Brest. Une fois n’est pas coutume, ces « petits sucres » sont à consommer sans modération !

.
Lien vers l’annonce de la vente aux enchères

Haut de page

Vous aimerez aussi

Expertise : un fauteuil Louis XV estampillé de Père Gourdin

Le 24 février 2021 | Mis à jour le 24 février 2021

L’estampille de Jean Gourdin, dit Père Gourdin, est le signe d’un art menuisier français d’excellence. Jacques Dubarry de Lassale décrypte les particularités de ces sièges remarquables à travers l’expertise d’un […]