Le 16 juin 2020 | Mis à jour le 19 juin 2020

De Backer, Giampietrino, Cranach l’Ancien : des enchères jusqu’à 500 000 € pour les maîtres de la Renaissance

par Interencheres

De Backer, Giampietrino, Lucas Cranach l’Ancien, les maîtres de la Renaissance étaient à l’honneur la semaine dernière en Île-de-France, avec des œuvres adjugées jusqu’à 500 000 euros. Retour sur les résultats enregistrés dans les maisons de vente du 8 au 14 juin.  

 

Jusqu’à 500 000 euros pour « Suzanne et les vieillards »

La Renaissance était à l’honneur la semaine dernière en salle des ventes avec les peintres italiens, flamands et allemands Giampietrino, Nicolò dell’Abbate et Lucas Cranach l’Ancien. Versailles enchères présentait lors de sa vacation du 14 juin une toile du flamand Jacob de Backer (ca. 1545-1585). Formé à Florence, et influencé par l’école de Fontainebleau, l’artiste encore méconnu a vu son oeuvre Suzanne et les vieillards s’envoler à 500 000 euros (frais compris), pulvérisant son estimation fixée autour de 70 000 euros. Conservé dans la même collection depuis 1968, le tableau figurait l’un des sujets bibliques les plus représentés de l’histoire de l’art, prisés des grands maîtres anciens tels que Rembrandt, Rubens ou Véronèse. 

 

Les maîtres anciens adjugés jusqu’à 70 000 euros 

A l’instar de Jacob de Backer, les enchères se sont envolées pour plusieurs autres maîtres anciens. Ainsi, la Madeleine repentante attribuée à Giampietrino (76 560 euros), le Portrait de Martin Luther de l’atelier de Lucas Cranach l’Ancien (51 040 euros), le Portrait d’un enfant en tunique blanche tenant une grappe de raisin d’Elisabeth Vigée Le Brun (40 832 euros) ou encore le Portrait en buste de gentilhomme attribué à un suiveur de Nicolò dell’Abbate (30 624 euros) ont largement dépassé leurs estimations, de même que l‘Etude de jeunes hommes agenouillés de Guy François (vers 1578-1650) qui, estimée autour de 500 euros, a créé la surprise en trouvant preneur à 50 400 euros.

 

Zao Wou-ki, une épreuve d’artiste à 31 200 euros

Du côté de l’art moderne et contemporain, la maison Cornette de Saint Cyr présentait quant à elle une large sélection d’estampes et multiples signés Invader, Soulages ou encore Arman. Lors de cette vacation, qui se tenait le 8 juin à Paris, les enchérisseurs se sont ardemment disputés une épreuve d’artiste de Zao Wou-ki (1921-2013) datée de 2010 (31 200 euros). L’artiste, très en vogue, était également représenté dans la vente à travers trois autres lithographies adjugées de 1 950 à 2 340 euros.

 

Découvrez en images notre sélection de résultats du 08 au 14 juin 2020 dans notre galerie en image ci-dessous. Tous les prix de la galerie sont indiqués hors frais de vente.

Haut de page

Vous aimerez aussi

A Cannes, une vente en hommage à Jean Marais

Le 23 juillet 2020 | Mis à jour le 23 juillet 2020

Le 15 août à Cannes, se tiendra une vente en l’honneur de Jean Marais, personnalité influente dans le monde de l’art et du cinéma. La vacation proposera bronzes, lithographies et […]