Le 18 novembre 2022 | Mis à jour le 18 novembre 2022

De Pierre Gole à Lalanne : l’hôtel Lutetia accueille une vente aux enchères d’exception

par Diane Zorzi

Le commissaire-priseur Denis Herbette investira l’hôtel Lutetia le temps d’une vente aux enchères le 24 novembre à Paris. Il présentera dans ce lieu mythique de la capitale ses « Morceaux choisis », dont un rare coffret attribué à Pierre Gole, l’ébéniste de Louis XIV, et un Agneau de François-Xavier Lalanne. 

 

« Nous souhaitons voir du monde et créer une émulation », annonce Denis Herbette à l’approche de sa vente « Morceaux choisis » du 24 novembre. Le commissaire-priseur et son équipe ont décidé de quitter, le temps d’une vacation, leur hôtel des ventes de Doullens, dans la Somme, pour s’établir au cœur de la capitale. Ils investiront un écrin de choix : l’hôtel de luxe Lutetia, un chef-d’œuvre de l’Art nouveau niché dans le quartier de Saint-Germain-des-Près. « Nous avons sélectionné les plus belles pièces qui nous ont été confiées ces derniers mois et elles seront sublimées lorsqu’elles rejoindront ce lieu mythique parisien ». L’hôtel avait déjà servi d’écrin à une vente aux enchères en 2019 organisée par Pierre-Guilhem Métayer. L’établissement, soucieux de se réinventer après quatre ans de rénovation, dispersait à cette occasion une partie de son mobilier et de sa décoration.

 

D’Antonio Susini à Barthélémy Prieur, une collection de bronzes anciens

Une dizaine de collections ont été réunies, couvrant un large pan de l’histoire de l’art. « Un grand collectionneur belge nous a confié quatorze bronzes, datant du XVIe au XVIIIe siècle. Il est rare de réunir autant de bronzes anciens de cette qualité. Ils ont été acquis au cours des cinquante dernières années à l’occasion de grandes ventes internationales », détaille Denis Herbette. Ces bronzes, représentant des chevaux ou des scènes mythologiques, sont principalement issus d’écoles françaises et italiennes. Parmi eux, un Cheval au pas est attribué à l’entourage du sculpteur florentin maniériste Antonio Susini (1558-1624) et un Cheval cabré à la crinière tressée  partage de nombreuses similitudes avec les œuvres équestres de Barthélémy Prieur (1536-1611), le sculpteur attitré du roi Henri IV, dont il façonna le buste autour de 1600 (Ashomolean Museum d’Oxford). « On retrouve sa façon de représenter des nœuds dans la queue et la crinière et la patine rougeâtre est également caractéristique du travail de son atelier », précise le commissaire-priseur, ajoutant que le bronze, estimé entre 10 000 et 15 000 euros, n’est autre qu’une réduction du même cheval cabré conservé, suite à la donation Rothschild, au musée du Louvre.

 

[A gauche] Suiveur de Barthélémy Prieur (1536-1611), « Cheval cabré à la crinière tressée ». Italie du Nord ou France. XVIIe siècle. Hauteur : 35 cm. [A droite] Entourage d’Antonio Susini (1558-1624), « Cheval au pas ». Bronze à patine brune sur un socle en marbre blanc. Italie du Nord. Fin XVIe siècle. Hauteur : 6,5 cm.

 

Un coffret attribué à Pierre Gole, l’ébéniste de Louis XIV

Du Grand Siècle français, une autre pièce se distingue : un rare coffret attribué au maître hollandais Pierre Gole (1620-1684), l’ébéniste du roi Louis XIV. Le coffret, avec son placage d’écaille rouge et d’ivoire, et sa riche garniture de bronzes, évoque les pièces de mobilier luxueuses en marqueterie que Pierre Gole fournit au château de Versailles au cours de la seconde moitié du XVIIe siècle. « Estimé entre 50 000 et 70 000 euros, ce coffret tout à fait exceptionnel est probablement de provenance royale au regard de la fleur de lys qui, surmontée d’une couronne encadrée de deux faunes échevelés, orne le dos de la pièce ».

 

 

Coffret Louis XIV attribué à Pierre Gole (1620-1684) à couvercle bombé en placage d’écaille rouge et d’ivoire et garniture de bronzes. Fin XVIIe siècle. L.35, P.23, H.16 cm. Estimé entre 50 000 et 70 000 euros.

 

Un Agneau de Lalanne et des meubles Art déco

Toujours du côté de l’art ancien, la vente dévoilera également une rare tapisserie des Flandres du XVIe siècle (15 000 – 20 000 euros), de nombreuses pièces de curiosités, des tableaux de Johann Julius Heinsius ou Marie-Geneviève Bouliard, ainsi qu’une collection d’objets d’arts asiatiques, à l’instar d’un ensemble de huit panneaux en laque de Chine du XIXe siècle. Les arts du XXe siècle seront quant à eux représentés par François-Xavier Lalanne, avec un Agneau en bronze patiné et béton epoxy de 1999 (300 000 – 350 000 euros), Emile-Jacques Ruhlmann, avec un guéridon colonnette Art déco en loupe d’amboine de 1920 (30 000 – 50 000 euros), Pierre Jeanneret, avec un ensemble de fauteuils et meubles ou encore Philippe Hiquily, avec un rocking-chair en laiton et acier épousant la silhouette d’une figure féminine (30 000 – 35 000 euros). La vente sera précédée d’une exposition dans l’enceinte de l’hôtel Lutetia les 22, 23 et 24 novembre au matin, et sera retransmise le jour J en live sur Interencheres.

Enchérir | Suivez la vente Morceaux choisis le 24 novembre en live sur interencheres.com

 

Haut de page

Vous aimerez aussi