Le 4 mai 2018 | Mis à jour le 4 mai 2018

A LA UNE : un coffret historique, des meubles d’Ettore Sottsass, un paysage de Sérusier…

par Interencheres

Les ventes aux enchères ne font pas le pont et seront encore nombreuses ces deux prochaines semaines ! Au programme : un coffret ayant appartenu à la nièce de Madame de Maintenon, un marbre de Cléopâtre réalisé par Gabriel Jéramec en 1910, un grand vase de Théodore Deck, des pièces designées par Ettore Sottsass, un bronze de Carl Kauba, une nature morte de Suzanne Valadon, un paysage de Paul Sérusier, une sculpture sur pierre de l’artiste bulgare Kamen Tanev, une sanguine de Berthe Morisot, un ensemble mobilier de Pierre Jeanneret… Découvrez notre sélection en images d’objets annoncés dans les ventes aux enchères du 7 au 20 mai 2018.

.

Coup de cœur de la rédaction

Dimanche 20 mai à Louviers en Normandie, Maître Jean-Emmanuel Prunier présentera aux enchères un coffret exceptionnel ayant appartenu à la nièce et dernière héritière de Madame de Maintenon, épouse de Louis XIV. « On reconnaît en effet les armes de Françoise Charlotte Amable d’Aubigné, explique Françoise Rouge, experte en mobilier et objets d’art du XVIIIe siècle. Elles sont accolées à celles de son époux Adrien-Maurice de Noailles ». Ce dernier s’illustra par ses talents de fin stratège lors des nombreuses campagnes menées au service des couronnes de France et d’Espagne. En 1701, il fut même  nommé chevalier de la Toison d’or, ordre de chevalerie le plus prestigieux d’Espagne.

 

Destiné à serrer des papiers ou des objets, ce coffret de travail fut commandé par le couple entre 1701 et 1708 à Thomas Hache (1664-1747), célèbre ébéniste qui travailla auprès de la plus haute noblesse de France. « Stylistiquement, le décor marqueté du coffret correspond à la première période grenobloise de Thomas Hache. En effet, il présente assez peu de fleurs et les rinceaux feuillagés et autres guirlandes de muguet son assez déchiquetés, contrairement à la manière de son fils unique Pierre Hache, qui travaillera dans l’atelier de son père dès les années 1725. » Estimé entre 40 000 euros et 45 000 euros, il était jusqu’alors resté dans l’illustre famille.

 

Découvrez les autres lots mis en vente du 7 au 20 mai 2018 :

Haut de page

Vous aimerez aussi

La collection Veyret, itinéraire d’un Africain de cœur

Le 18 juin 2021 | Mis à jour le 18 juin 2021

Pendant plus de trente ans, Alain Veyret a rassemblé des milliers d’objets d’art africains. Masques, sculptures en bronze, statuettes ou fétiches racontent l’itinéraire de cet Africain de cœur, engagé dans […]