Le 23 septembre 2021 | Mis à jour le 23 septembre 2021

Des chefs-d’œuvre secrets des Lalanne révélés à Fontainebleau

par Interencheres

En parallèle de l’exposition « Les Lalanne à Trianon » présentée au château de Versailles, la maison Osenat organisera le 3 octobre prochain à Fontainebleau une vente événement, révélant le jardin secret de Claude et François-Xavier Lalanne. Trois sculptures monumentales issues des collections du CEDEP seront dévoilées pour la première fois au public. 

 

Depuis le 19 juin, les sculptures animalières de Claude et François-Xavier Lalanne investissent le château de Versailles, peuplant le temps d’une exposition le domaine royal, des jardins du Petit Trianon au Hameau de la Reine. Durant cinquante ans, ce duo prolifique façonna un formidable bestiaire, décliné en sculpture et mobilier, dans lequel une table « Oiseau d’argent » et un secrétaire Rhinocéros côtoient des troupeaux d’agneaux et moutons faisant office de siège. « Sculpteurs et designers au style moderne et pourtant intemporel, Claude et François-Xavier Lalanne demeurent avant tout d’éternels amoureux des beautés de la nature, une nature à laquelle ils consacrent aussi du temps en créant des jardins et des parcs tels que celui des Halles à Paris, qui les réunira pour la première fois, ou encore le parc du Centre Européen d’Education Permanente (CEDEP), situé à quelques kilomètres de leur atelier d’Ury, tout près de Fontainebleau  », explique Jean-Pierre Osenat qui présentera aux enchères le 3 octobre à Fontainebleau trois chefs-d’œuvre inédits des Lalanne, estimés de 500 000 à 800 000 euros et provenant de la collection du CEDEP : La Science, La Loi et L’Enlèvement d’Europe. Cette vente révèle pour la première fois au public trois sculptures parmi les plus monumentales du couple. Ces œuvres ont été conçues en 1990-1991 en parfaite adéquation avec leur environnement. Elles s’inscrivent dans la continuité des commandes publiques et privées en plein-air qui, depuis le début des années 1970, constituent un segment à part entière du travail de Claude et François-Xavier Lalanne. 

 

L’Enlèvement d’Europe de Claude Lalanne : un chef-d’œuvre novateur

Avec L’Enlèvement d’Europe, Claude Lalanne livre un chef-d’œuvre novateur. Il s’agit de la première sculpture monumentale réalisée par l’artiste seule et sans intervention de galvanoplastie, un procédé d’empreinte d’après un objet physique recouvert de couches de métal dont elle s’était fait une spécialité. Ici, Claude Lalanne privilégie la technique traditionnelle de la fonte à la cire perdue, renouant avec la tradition académique de la commande institutionnelle. « Il s’agit également de l’une de ses seules œuvres prenant inspiration dans la mythologie grecque avec l’Olympe de 1994 et le Grand Centaure de 1985, choix classique et atemporel dont on peut supposer qu’il découle de l’exigence de la nature publique de la commande. » De ce thème codifié, rapporté par Ovide, Lalanne choisit le moment de la première séduction précédant le rapt. Sous les traits d’un taureau, Zeus se dresse fièrement devant Europe dont le corps accueille lascivement l’animal. « Ce couple, conçu dans un esprit de proportion synthétique à l’académisme ingresque, propose pour Europe des courbes féminines visibles dans les bras, les jambes, les mains et les pieds d’Europe qui se confrontent avec harmonie aux puissantes lignes angulaires masculines du taureau pour créer la tension érotique, explique le commissaire-priseur. On note enfin, dans les jambes et le cou du taureau, et dans le dos d’Europe, certaines lignes créant des angles de reliefs cubisantes qui conceptualisent les corps, parvenant à placer ce couple improbable hors du temps, accédant par là-même à l’universalité. »

 

Claude Lalanne (1925-2019). « L’Enlèvement d’Europe ». Bronze à patine brune, signé des initiales et du cachet d’atelier, et numéroté ‘1/1 CL LALANNE’ (sur le sabot avant droit). Hauteur : 200 cm ; Largeur : 85 cm ; Profondeur : 202 cm. Estimation : 600 000 – 800 000 euros. 

 

La dernière commande de plein-air d’envergure des Lalanne

Dans la Science, une figure androgyne pose sa main droite sur une sphère tandis que sa tête repose sur sa main gauche, dans une attitude évoquant la réflexion sur le Monde. « Dans La Loi, l’attribut de l’orbe, symbole chrétien de pouvoir religieux, est tenu sereinement dans la main gauche dont le bras repose sur une colonne, lui-même trait d’union entre le ciel et la terre, symbole de stabilité et de longévité. » Les trois sculptures s’intègrent ainsi dans un programme humaniste, concordant avec la démarche académique et éclairé du Centre d’éducation bellifontain. Le projet du CEDEP est la dernière commande de plein-air d’envergure pour le couple de sculpteurs. « Il constitue à ce titre une synthèse des projets passés et un apogée dans l’art de Claude et François-Xavier Lalanne. »

Enchérir | Suivez la vente Lalanne le 3 octobre en live sur interencheres.com

 

Haut de page

Vous aimerez aussi

Augustin Lesage, l’esprit de l’Egypte antique

Le 21 octobre 2021 | Mis à jour le 21 octobre 2021

Le 23 octobre à Saint-Omer, Elodie Peeren présentera aux enchères une toile exceptionnelle d’un artiste emblématique de l’art brut, le mineur, peintre et médium, Augustin Lesage. Cette grande composition hiéroglyphique […]

Une vente aux enchères de NFT organisée à Paris

Le 19 octobre 2021 | Mis à jour le 21 octobre 2021

La maison de vente Boischaut présentera aux enchères plus de 70 NFT le 23 octobre à Paris et en live sur Interencheres. Cette vacation est l’une des premières en France […]