Le 8 décembre 2023 | Mis à jour le 8 décembre 2023

Jean Roudillon, les archives de l’expert en arts extra-européens aux enchères à Rennes

par Magazine des enchères

Décédé en mai 2020, l’expert en arts extra-européens Jean Roudillon a laissé une immense documentation, rassemblée durant ses 70 ans d’exercice. Son fils Michel a pris le temps d’organiser cette masse qui sera proposée aux enchères à Rennes le 12 décembre.

 

« Ces livres, catalogues, archives couvrent tous les secteurs auxquels il s’est intéressé, de l’archéologie à la Haute époque, en passant par l’art préhispanique, d’Océanie et d’Afrique », énumère Michel Roudillon. Durant sa longue carrière, son père Jean Rouillon a été l’expert de 1920 ventes ! Certaines sont restées dans les esprits, à l’image des masques d’Helena Rubinstein (le catalogue complet est dans la vente, estimé 200 à 300 euros), d’André Lhote, ou de Pierre Lévy. « Ces 180 lots représentent sa documentation personnelle, il achetait des livres sans arrêt, c’était un expert à l’ancienne qui ne se servait pas d’internet, sourit Michel Roudillon, et d’ailleurs certains ouvrages sont introuvables même sur internet ! » Quelques curiosités figurent effectivement au catalogue, dont deux publications du Comte Rodolphe Festetics de Tolma, intitulés Chez les cannibales et Vers l’écueil de Minicoy respectivement datés de 1903 et 1904 (2 500 à 3 000 euros le lot).

 

Des publications sur les arts primitifs, d’Afrique et d’Océanie

Jean Roudillon a commencé sa carrière en s’intéressant à l’archéologie et à la Haute époque comme le montre l’ensemble de douze portfolios réunis sous le titre « Le trésor Artistique de la France », édition de 1878 (600 à 800 euros), qui traite notamment de la Cassette de Saint Louis ou du sceptre de Charlemagne. Mais sa rencontre avec Stephen Chauvet, médecin passionné d’art africain, va peu à peu l’entraîner vers les arts primitifs, d’Afrique et d’Océanie. En témoignent les lots de la vente, classés par pays : ensemble de neuf publications sur le Zaïre, de vingt-cinq sur le Congo, de vingt sur le Bénin (300 à 400 euros pièce). « Il a également beaucoup voyagé pour aller voir sur place, et fréquenter les musées, les marchands, ajoute Michel Roudillon, il rapportait des livres aujourd’hui introuvables, des ouvrages en espagnol des années 1950… ». A la vente figure un ensemble de dix-huit publications anciennes en espagnol, toutes traitant des arts en Colombie (300 – 400 euros).

 

 

De mystérieux manuscrits

Son appétit pour les connaissances est allé jusqu’à des manuscrits parfois curieux. C’est le cas du Recueil ethnographique de l’industrie et de l’art de nos Primitifs contemporains pour permettre à nos Collectionneurs den définir lOrigine, signé de Charles Blin, daté de 1923, et illustré de dessins et de cartes géographiques (800 à 1 200 euros). Et jusqu’aux photos contenues par exemple dans un manuscrit de 1890, traitant des Antiquités préhistoriques américaines, et rédigé par le Marquis de Monclar (500 à 600 euros). A noter qu’aucun de ces livres n’est signé Jean Roudillon… Son fils le confirme : « Il n’en a jamais écrit, mais nous a laissé un manuscrit, qui sera édité l’année prochaine. Il s’agit de ses anecdotes de marchands et d’expert, mais il parle bien plus des gens que des objets… »

Enchérir | Suivez la vente hommage à Jean Roudillon le 12 décembre en live sur interencheres.com

 

 

Photo de Une © DR

Haut de page

Vous aimerez aussi

Le flipper, du bistrot aux salles des ventes

Le 20 mai 2024 | Mis à jour le 20 mai 2024

Emblèmes de la culture populaire, les flippers se sont faits une place dans les ventes aux enchères, alimentant un marché dynamique, composé aussi bien de collectionneurs et joueurs, que d’amateurs […]