Le 8 février 2024 | Mis à jour le 27 février 2024

La cote des lampes Tiffany

par Magazine des enchères

Typiques de l’Art nouveau, les lampes Tiffany diffusent leur douce lumière depuis 1895. Histoire, caractéristiques et cote de ces petits bijoux décoratifs.

 

Inventeur des lampes qui portent son nom, Louis C. Tiffany (1848-1933) est le fils du fondateur de Tiffany & Company, détaillant d’articles de luxe créé en 1837 à New York. Formé à l’Académie américaine des beaux-arts, il s’essaie d’abord à la peinture et à la décoration d’intérieur, avant de se tourner au début des années 1890 vers le travail du verre et du design. En 1893, il ouvre l’usine de la Stourbridge Glass Company, qui prendra plus tard le nom de Tiffany Furnaces. Il exploite dans ces ateliers une nouvelle technique liée au verre soufflé, le Favrile Glass. Son objectif est de simuler l’effet irisé des verres antiques en donnant un aspect lustré au verre, grâce à des sels métalliques ajoutés au verre en fusion. Le verre Tiffany n’est pas transparent, il est translucide avec un côté un peu laiteux.

En 1900, le verre Favrile est récompensé du Grand Prix de l’Exposition universelle de Paris. Louis C. Tiffany utilise son verre sur de multiples supports : des vitraux, des bijoux… et des lampes ! Car entre temps, il a rencontré Thomas Edison et sa nouvelle invention : l’ampoule incandescente. C’est un apport majeur au travail de Tiffany, les lampes en vitrail convenant parfaitement pour adoucir la lumière électrique. Autre apport essentiel, celui de Clara Driscoll, reconnue depuis 2007 comme étant la designer à l’origine des lampes en verre vitrail. Clara Driscoll a été pendant 20 ans la chef d’atelier des Tiffany Girls, personnel féminin chargé de la coupe et de l’assemblage du verre.

 

Tiffany, un travail inspiré par l’Art nouveau

Au total, près de 130 types de lampes voient le jour à partir de 1895, lampadaires, lampes à poser, lampes de table… Et quelques collections resteront dans les mémoires : les Libellules, les Spiderweb, les Glycines, les Dragonfly… Sur ces modèles, les motifs des abat-jours comme des piétements sont inspirés de la nature et typiquement Art nouveau, le courant artistique inspirateur de Louis C. Tiffany. C’est d’ailleurs pour cette raison que son entreprise périclite à la fin des années 1920, ce travail passant alors de mode au profit du modernisme.

 

Tiffany Studios, New York. Lampadaire modèle libellules, début du XXe siècle. Hauteur : 160 cm. En vente le 15 février à l’Hôtel des ventes de Monte-Carlo et en live sur Interencheres. Adjugé 67 600 euros (frais inclus).

 

Des pièces authentiques aux inspirations : l’importance de la signature

En ce qui concerne les estimations de ces luminaires, il faut garder en tête qu’il s’agit, depuis leur création, d’objets de très grand luxe. Les lampes Tiffany n’ont jamais été à prix modéré, et leur qualité leur a permis de traverser le temps sans être bradées. La première chose à vérifier est l’authenticité. Dans certaines ventes, des modèles « dans le goût de », « inspirés de », « dans le style de » ou « dans l’esprit de », peuvent être plaisants mais ne concurrencent pas la beauté des vraies, ce qui justifie leurs estimations très accessibles.

 

Tiffany, lampe dans le style de Louis Comfort (1848-1933). Style Art Nouveau. Epoque 1950. H : 71 cm, Diam : 55,5 cm. Adjugée 5 104 euros par Copages Auction.

 

Chaque lampe Tiffany est signée : les premières avec le nom Tiffany Studio sur une feuille de laiton, puis le nom Tiffany sur la face extérieure de la lampe, mais elle peut également être marquée Tiffany & Co, ou encore des initiales LCT pour Louis Comfort Tiffany. Les lampes portent également des numéros, correspondant aux modèles. Les spécialistes se réfèrent pour vérification au catalogue de Neustadt Tiffany, publié par la Neustadt Collection of Tiffany Glass.

 

Tiffany Studios, New York. Lampe de table modèle cornouiller fleuri, début du XXe siècle. Hauteur : 75 cm. En vente le 15 février à l’Hôtel des ventes de Monte-Carlo et en live sur Interencheres. Adjugé 50 700 euros (frais inclus).

 

Les modèles sophistiqués atteignent des prix records

Il faut ensuite examiner la qualité de la lampe, car ces œuvres d’art ont nécessité des centaines d’heures de travail : sur une authentique lampe, les morceaux de verre sont coupés à la main, assemblés avec une jointure, et le socle en bronze, souvent une branche, une fleur, un tronc d’arbre… est travaillé pour être en parfait accord avec l’abat-jour. Pour exemple, la lampe Sirène et Nautile adjugée 31 850 euros par l’étude Millon en 2020, représentant une sirène en bronze tenant à bout de bras un coquillage en vitrail.

 

Tiffany Studios, New York. Louis Albert Gudebrod (1872-1961), « Sirène et Nautile », vers 1895. Lampe en bronze à patine brune et abat-jour orientable en verre favrile jointé au plomb. Marquée sous la base « Tiffany Studio New York », numérotée 28631 et monogrammée. 41 x 12 x 20 cm. Adjugée 31 850 euros par Millon & Associés en 2020.

 

Les records de ventes sont atteints par les modèles les plus complexes, avec des vitraux détaillés et sophistiqués. Comparons deux lampes de table adjugées en 2022 dans la même vente organisée par Auction Art Rémy Le Fur : la première, vendue 7 571 euros, possède une belle mosaïque géométrique bicolore, mais elle reste assez simple en comparaison de la seconde, adjugée 71 120 euros, qui porte un décor polychrome très travaillé de pommiers en fleurs. Un modèle assez proche de celui proposé à Monte Carlo le 15 février 2024 : lampe de table modèle cornouiller fleuri avec un piétement naturaliste, adjugée 50 700 euros.

Enchérir | Suivez les prochaines ventes de lampes Tiffany sur interencheres.com

 

 

[A gauche] Tiffany Studios, New York. Lampe de table à fût naturaliste en bronze patiné brun ajouré et finement ciselé, trois lumières avec interrupteurs « GECO » d’origine et abat-jour en mosaïque de verre et résille de plomb à décor polychrome de pommiers en fleurs. Diamètre : 50,5cm et hauteur : 76 cm. Vers 1905. Adjugée 71 120 euros par Auction Art Rémy Le Fur en 2022. [A droite] Tiffany Studios, New York. Lampe à fût ajouré télescopique en bronze à patine brune et décor ciselé stylisé, abat-jour hémisphérique à mosaïque de verre et résille de plomb dans les tons de vert et de jaune. Hauteur : 65 cm. Cachet en creux au revers d’un pied et numéroté « 440 », vers 1905. Adjugée 7 571 euros par Auction Art Rémy Le Fur en 2022.

Haut de page

Vous aimerez aussi

Chloë Collin : « Le graffiti est un marché porteur. »

Le 29 février 2024 | Mis à jour le 29 février 2024

Chloë Collin anime depuis six mois les ventes d’art contemporain de la maison Pierre Bergé & associés. Elle a organisé une première session dédiée au graffiti, un marché naissant qu’elle […]