Le 15 juillet 2021 | Mis à jour le 15 juillet 2021

La faïencerie Henriot-Quimper, une manufacture entre tradition et modernité

par Interencheres

Le 17 juillet à Perros-Guirec, l’étude Armor Enchères présentera à la vente plusieurs créations en faïence exécutées au XXe siècle pour la manufacture Henriot-Quimper. Fruits d’un travail collaboratif mené avec des artistes bretons novateurs, ces faïences séduisent les amateurs depuis plus de trois cents ans.

 

La manufacture Henriot-Quimper s’est imposée comme une référence dans le domaine de la faïencerie française, à travers ses créations alliant un savoir-faire séculaire à une capacité d’innovation constante. Toujours en activité, la fabrique fut fondée en 1690 par Jean-Baptiste Bousquet, qui s’installa à Locmaria, un quartier situé près du centre-ville de Quimper, pour profiter des ressources en argile, ainsi que de la proximité de la rivière et de grands bois. Ce maître faïencier originaire de Moustier est le premier d’une longue dynastie qui, au gré de fusions avec les autres fabriques locales, conduit à la création de la manufacture HB-Henriot. Des objets à usage domestique (saloirs, écuelles, bolées, pipes) du XVIIIe siècle au projet “e-faïence” en 2012 qui introduit la réalité virtuelle dans l’univers de la céramique, la manufacture a su se renouveler au fil des siècles, tout en conservant son identité bretonne. Elle livre à la fin du XIXe siècle des tableaux en faïence, imitant la peinture de chevalet et dévoilant l’image naïve du petit breton glazik ou de la bretonne en coiffe, et s’entoure au XXe siècle d’artistes bretons novateurs, à l’instar des membres des Seiz Breur ou de Mathurin Méheut et Robert Micheau-Vernez. Les pièces présentées aux enchères le 17 juillet prochain à Perros-Guirec offrent un témoignage éloquent de la production de cette manufacture parvenue à s’imposer dans le paysage de la faïence, à travers ses œuvres alliant la tradition à la modernité.

 

Des faïences signées d’artistes bretons novateurs

Une rare plaque en bas relief d’Auguste Courcoux (1872-1956) est le fruit de l’une de ces collaborations fructueuses que noua la manufacture avec les artistes locaux. Exécutée en faïence émaillée polychrome, elle figure Notre Dame des Miracles, donnant à voir la Vierge couronnée et l’enfant, sous une arcature à écoinçons d’inspiration celtique. L’enfant, positionné sur les genoux de la Madone, tient le Livre de sa main gauche et effectue le geste de bénédiction de la main droite. Si l’on doit à Auguste Courcoux plusieurs réalisations religieuses dans les Côtes d’Armor (chapelle du couvent des congréganistes Notre-Dame des Rochers, chapelle Sainte-Anne de Trégastel, etc.), cette céramique est la seule qui nous soit parvenue de l’artiste. A ses côtés figure un groupe en faïence émaillée polychrome intitulé Korollerien Pont-Aven et signé Robert Micheau-Vernez (1907-1989). Le groupe dévoile un couple de danseurs enlacés. Tous deux sont coiffés et vêtus d’habits traditionnels noirs et jaunes.

 

 

Des objets domestiques de la faïencerie Henriot-Quimper

Des objets usuels confectionnés par la manufacture seront également proposés aux enchérisseurs. Parmi eux, un pichet à cidre en faïence émaillée figure une famille bretonne en costume de Plougastel (estimé entre 60 et 90 euros). Il est signé de Jim-Eugène Sévellec, l’un des plus fameux artistes avec lesquels la manufacture collabora dès 1928. Un petit vide-poche ou saleron à l’effigie d’un marin-pêcheur breton (estimé entre 20 et 35 euros) et un cendrier en faïence émaillée à décor d’un jeune sonneur de biniou et de filets jaunes (estimé entre 20 et 30 euros) seront également offerts aux enchérisseurs. 

Enchérir | Suivez la vente de faïences Henriot-Quimper le 17 juillet en live sur interencheres.com

 

 

 

Haut de page

Vous aimerez aussi

Claude Viallat de retour à Nîmes

Le 2 août 2021 | Mis à jour le 2 août 2021

Le 4 août à Nîmes, la vacation estivale de Pierre Champion et Françoise Kusel sera l’occasion de retrouver l’enfant du pays, Claude Viallat, dont deux œuvres seront proposées de 1 […]

Jean Dufy, de Paris à Stockholm

Le 2 août 2021 | Mis à jour le 2 août 2021

Alors que le Musée de Montmartre expose dans la capitale « Le Paris de Raoul Dufy », une vue du bois de Boulogne signée de son frère cadet, Jean, sera […]

Takanori Oguiss, un peintre japonais à Paris

Le 21 juillet 2021 | Mis à jour le 2 août 2021

Sensible au charme pittoresque parisien, Takanori Oguiss s’est illustré à travers ses vues de la capitale où il s’établit durant l’entre-deux-guerres. Le 24 juillet à Vannes, Jack-Philippe Ruellan présentera aux […]