Le 7 juillet 2014 | Mis à jour le 7 juillet 2014

Le mystère des vases balustres

par Interencheres

[Le lot du jour] Ces deux vases balustres en porcelaine s’avèrent être une véritable énigme… Mise aux enchères mercredi 9 juillet 2014 à Paris par la maison Mica, la paire est en effet stylistiquement comparable à une série d’une vingtaine de vases aussi mystérieux que précieux qui sont déjà passés aux enchères. Dès que l’un d’eux est proposé en vente publique, il enregistre systématiquement un prix stratosphérique (190 000 euros d’adjudication pour l’une des dernières paires présentées aux enchères). Et pourtant, aucun chercheur ni historien de l’art n’a pu déterminer l’origine de ces récipients…

.

Du château de Chantilly au musée Nissim de Camondo à Paris, en passant par les dispersions des grandes collections d’art, ces vases énigmatiques ont été repérés et répertoriés dans les plus prestigieux ensembles. S’ils présentent toujours la même taille et la même forme balustre et parfois la même monture néoclassique en bronze ciselé et doré, leur décor se décline en deux thématiques : à décor caillouté ou craquelé, comme notre paire imitant le céladon de Chine.

.

« Les recherches sur cette série date de 1764, date de l’inventaire après décès de la marquise de Pompadour, la favorite de Louis XV. L’expert de l’époque identifie dans son salon de l’hôtel d’Evreux (l’actuel Palais de l’Élysée) une paire de vases que l’on peut rapprocher de celle figurant au musée Nissim de Camondo. Spécialiste en porcelaine, l’expert de l’époque n’arrive pourtant pas à déterminer l’origine de ces pièces », détaille Hughes de Lencquesaing, expert de la vente.

.

Longtemps présentées comme des porcelaines asiatiques, chinoises, japonaises mais aussi coréennes, il semblerait que ces vases soient plutôt français et datent du milieu du XVIIIe siècle. Mais l’enquête sur l’origine exacte de cette mystérieuse série se poursuit… Compte-tenu des importants résultats d’adjudications remportés par ces vases, cette part de mystère joue indéniablement en leur faveur. L’estimation de 50 000 à 60 000 euros donnée à notre paire devrait donc être rapidement dépassée.

.
Lien vers l’annonce de la vente aux enchères

Haut de page

Vous aimerez aussi

Un ensemble mobilier de Sormani aux enchères à Vendôme

Le 19 janvier 2022 | Mis à jour le 19 janvier 2022

A l’occasion de la vente de l’ameublement d’un Prieuré de la vallée du Loir, la maison Rouillac présentera aux enchères une enfilade et un buffet de Paul-Charles Sormani ornés à […]

Un chef-d’œuvre d’Etienne Rey refait surface à Lyon

Le 18 janvier 2022 | Mis à jour le 20 janvier 2022

Jérôme Duvillard s’apprête à dévoiler aux enchères un chef-d’œuvre d’Etienne Rey, redécouvert dans une propriété lyonnaise. Cette vue de Lyon sous la neige est l’une des rares peintures réalisées par […]

La collection d’un mécène vendéen aux enchères à Nantes

Le 14 janvier 2022 | Mis à jour le 14 janvier 2022

Ancien conservateur du Musée de la Roche-sur-Yon, Alain Jammes d’Ayzac a soutenu toute sa vie les artistes vendéens, à l’instar de Jean Launois et Charles Milcendeau. Sa collection sera dispersée […]