Le 17 mars 2015 | Mis à jour le 18 mars 2015

Le projet perdu d’un hommage monumental à Napoléon

par Interencheres

[Le lot du jour] Appelée par une famille de Blois pour l’estimation de son mobilier, Maître Edith-Pousse Cornet aperçoit soudain ce bronze posé sur un meuble de la salle à manger. Les propriétaires des lieux racontent alors à la commissaire-priseur que ce Napoléon à cheval a toujours été conservé comme un trésor dans leur famille depuis plusieurs générations.

.

Ce bronze équestre à l’effigie du Premier Empereur est l’étude d’une statue monumentale qui devait être érigée en plein Paris à la fin du XIXe siècle. « Dès l’annonce du retour des cendres de Napoléon 1er de l’Ile de Sainte-Hélène, vers 1840, le Roi Louis-Philippe souhaite ériger une statue pour l’Empereur aux Invalides, sur le rond-point en avant des fossés. Après un concours, le projet fut confié à Carlo Marochetti (1805-1867), sculpteur réputé pour ses œuvres historiques. L’artiste propose alors deux versions de sa sculpture : une sur laquelle Napoléon serait représenté en empereur romain, et l’autre le montrant en train de monter un cheval », explique Maître Guillaume Cornet. Le modèle équestre est alors retenu, qui selon les instructions de la commission devait mesurer cinq mètres au garrot du cheval

.

D’après les recherches d’une conservatrice du Louvre, il resterait deux esquisses en cire de Marochetti représentant Napoléon en empereur romain, dont l’une appartenait au sculpteur Antoine-Louis Barye avant d’être conservée à la Walters Art Gallery de Baltimore. Le seul témoin en bronze de ce projet reste donc ce modèle de 46 par 42 centimètres qui sera mis aux enchères dimanche 22 mars 2015 à Blois et sur le Live d’Interencheres par Maîtres Edith et Guillaume Pousse-Cornet avec une estimation de 10 000 à 15 000 euros.

.

.

Les bronzes étaient encore très rares dans les années 1840. Cette fonte du célèbre Louis-Auguste Asse s’avère exceptionnelle pour l’époque. « Il s’agit d’un bronze de très grande qualité. Tous les détails des muscles du cheval en train de parader et des plis de la veste notamment sont représentés avec beaucoup de réalisme », détaille Maître Guillaume Cornet. C’est également Asse qui a fondu la version monumentale de cette statue qui devait être érigée aux Invalides. Le bronze monumental fondu fut démonté et déménagé à plusieurs reprises. Mis en vente en 1852, on n’en retrouve aujourd’hui aucune trace.

.

Lien vers l’annonce de la vente aux enchères

Haut de page

Vous aimerez aussi

Expertise : un cartel d’époque Régence en marqueterie Boulle

Le 21 janvier 2021 | Mis à jour le 21 janvier 2021

Les cartels comptent parmi les rares objets encore fabriqués en marqueterie Boulle au milieu du XVIIIe siècle. Jacques Dubarry de Lassale décrypte ce travail d’une extrême minutie à travers l’expertise […]