Le 30 juillet 2021 | Mis à jour le 30 juillet 2021

Les ventes aux enchères de maillots et accessoires de sport ont la cote

par Renaud Hebert

Un maillot de football de Kylian Mbappé, la tunique jaune du Tour de France de Julian Alaphilippe, les chaussures de Michael Jordan… Les ventes de memorabilia attirent un nombre croissant de collectionneurs, avides d’acquérir une relique de l’histoire du sport. 

 

Le 18 juillet à Beverly Hills, une véritable compétition s’est tenue entre des enchérisseurs passionnés de basket. L’adjudication gagnante a été remportée par un maillot porté par le basketteur américain LeBron James lors de la saison 2002, avec son équipe du lycée de Saint Vincent-Saint Mary, dans l’Ohio. Le vêtement, adjugé 500 000 dollars, apparaissait en couverture du magazine spécialisé Sports Illustrated, qui donnait au basketteur le titre « The Chosen One » (« L’Élu »). Cette vente record illustre l’engouement autour des memorabilia de sport. Avec le développement des ventes aux enchères sur Internet, ces événements attirent un nombre croissant de collectionneurs, avides d’accéder à ces lots rares et chargés d’histoire.

 

Un marché codifié

Maillots de football, raquettes de tennis, casques de Formule 1, … Les ventes de memorabilia de sport regroupent des accessoires très divers. Si leur valeur dépend de la popularité du sport en question, les collectionneurs s’intéressent surtout aux athlètes auxquels ils sont liés. L’authenticité des lots est donc capitale, et suppose l’expertise de spécialistes. Le 25 juillet dernier à Cannes, une paire de chaussures « Air Jordan – Barcelone 92 », dédicacée par Michael Jordan, a ainsi trouvé preneur à 4 150 euros lors d’une vente organisée par la maison Aymard Debussy. Cette adjudication témoigne de l’importance de l’actualité sportive. La popularité du basketteur avait été encore raffermie par le succès de la série-documentaire The Last Dance diffusée en 2020. Le 29 février 2020 à Nancy, un maillot de la star du football brésilien, Pelé, a quant à lui décuplé son estimation, trouvant preneur à 30 700 euros, sous le marteau de Pierre Perrin. Floqué du légendaire numéro 10, le vêtement provenait de la collection de l’ancien arbitre international de football, Roger Machin.

 

Maillot de Pelé n°10 avec l’équipe nationale du Brésil (juin 1970). Dédicacé par Pelé. Adjugé 30 700 euros (frais inclus) par Nabécor Enchères le 29 février 2020 à Nancy.

 

A l’instar des œuvres d’art traditionnelles, la provenance de l’accessoire influe considérablement sur le prix. En témoigne encore la vente le 17 septembre dernier à Villeurbanne d’un maillot Nike donné par Kylian Mbappé à l’occasion d’une vente caritative organisée au profit de l’association Les Etoiles Filantes, destinée à soutenir les enfants hospitalisés. La précieuse relique s’est envolée à 160 000 euros, sous le marteau de Gérald Richard. Floquée du numéro 10 et des 2 étoiles de Champion du Monde, elle avait été portée par le footballeur lors du match opposant la France à la Moldavie en mars 2019.

 

Maillot Nike de la Fédération Française de Foot porté par Kylian Mbappé. Adjugé 160 000 euros par Gérald Richard le 17 septembre 2020 à Villeurbanne.

 

Des reliques de l’histoire du sport

En faisant l’acquisition d’un accessoire dédicacé et porté par l’athlète, les amateurs s’offrent un témoignage de l’histoire du sport. En septembre 2020, les passionnés de cyclisme poussaient ainsi les enchères jusqu’à 4 300 euros pour un maillot jaune porté par Julian Alaphilippe sur le podium de la quatrième étape du Tour de France 2020. Ces accessoires s’apparentent à de véritables reliques pour leurs acquéreurs. Le marché des memorabilia de sport ne se limite d’ailleurs plus aux seuls objets sportifs, les collectionneurs souhaitant avant tout s’offrir un bien ayant appartenu à leur athlète fétiche. En témoigne l’adjudication portée à 483 000 euros en mars dernier à Paris pour la Porsche 911 Type 964 de Maradona.

 

 

Photo en Une : Victor SPAHN (né en 1949). Remise de la coupe du monde 1998. Huile sur toile. Signé en bas à droite. 81 x 100 cm. Adjugé 698 euros par Aymard Debussy le 25 juillet 2021 à Cannes.

 

Haut de page

Vous aimerez aussi

Expertise : un coffret rustique du XVIIe siècle

Le 17 septembre 2021 | Mis à jour le 17 septembre 2021

Doté d’un assemblage hétérogène d’essences et d’un placage de bois précieux, le coffret étudié par le maître ébéniste Jacques Dubarry de Lassale n’en demeure pas moins rustique dans sa conception. […]

Raymond Guidot, précurseur du design industriel

Le 10 septembre 2021 | Mis à jour le 20 septembre 2021

Des compositions monumentales, des tableaux et des pièces de mobilier imaginés par le précurseur de l’esthétique industrielle, Raymond Guidot, seront réunis sous le marteau de Valérie Régis le 27 septembre […]