Le 14 mai 2021 | Mis à jour le 14 mai 2021

Expertise : un coffret d’aquarelliste d’époque Napoléon III

par Jacques Dubarry de Lassale

Qu’elle soit destinée au rangement, au transport ou à la conservation, la boîte est un objet commun à toutes les civilisations. Si elle n’a connu aucune période de déclin, le XIXe siècle vit fleurir des boîtes et coffrets spécialisés, d’une grande diversité. Jacques Dubarry de Lassale revient sur cet âge d’or à travers l’expertise d’un coffret d’aquarelliste d’époque Napoléon III.

 

Au XIXe siècle, les matériaux utilisés sont souvent très raffinés : placages de bois précieux, incrustations d’écaille, d’ivoire, de nacre, de laiton… La boîte d’aquarelliste que nous vous présentons est conçue avec des matériaux couramment utilisés dès le XVIIe siècle en ébénisterie et tabletterie : marqueterie de type Boulle avec placage d’ébène et de palissandre de Rio, laiton, cuivre, nacre et étain, sans oublier les filets d’os et de laiton (photo 1).

 

Photo 1 : Coffret d’aquarelliste fermé et ouvert, garni de tous ses accessoires. Dimensions : 49 cm, 33 cm, 14 cm.

 

La présence de nacre dénote cependant une fabrication Napoléon III, époque où ce matériau fut très à la mode. Les boîtes ou coffrets d’aquarellistes sont des objets assez rares et peuvent être d’une dimension importante. J’ai eu l’occasion de restaurer un modèle exceptionnel sur piètement à colonnes torses, le tout en palissandre de Rio, dont un des rangements intérieurs était réservé aux pastels. Toutefois, à l’inverse du modèle que nous allons vous présenter, il ne possédait pas de tiroir contenant un chevalet.

 

Conception et structure du coffret

Le corps du coffret est en peuplier plaqué d’ébène noir du Gabon pour l’extérieur et de palissandre de Rio pour l’intérieur. Certains éléments, intercalaires et casiers, sont eux en palissandre massif. Les marqueteries qui décorent l’extérieur de la boîte sont composées de laiton, cuivre, étain et nacre (photo 2).

 

Photo 2 : Le décor de marqueterie du coffret, à cartouche et écoinçons, est marqueté de laiton, cuivre, étain, nacre et os.

 

Les filets sont de laiton et d’os. En partie inférieure, le petit tiroir contient un chevalet articulé sur la face avant du tiroir (photo 3).

 

Photo 3 : Le coffret comporte, dans sa partie inférieure, un tiroir contenant un chevalet articulé.

 

De chaque côté, des crémaillères de palissandre massif permettent d’incliner le chevalet à sa convenance, grâce à deux petites pattes de laiton qui viennent s’engager dans des crémaillères. Dans la partie supérieure formant coffret, on trouve, au premier rang, deux casiers, un mobile et un fixe, qui contiennent chacun quatre godets en faïence destinés à la dilution de l’aquarelle (photo 4).

 

Photos 4 et 5 : Le coffret comprend, sous le couvercle, des casiers fixes et amovibles. Certains contiennent des godets de faïence de différentes tailles, d’autres des logements pour les pinceaux et les bâtons d’aquarelle.

 

La partie centrale est organisée, à chaque extrémité, en deux logements de forme carrée et d’un casier amovible coiffant quatre petits compartiments au centre (photos 5 et 6).

 

Photo 6 : Le coffret comprend, sous le couvercle, des casiers fixes et amovibles. Certains contiennent des godets de faïence de différentes tailles, d’autres des logements pour les pinceaux et les bâtons d’aquarelle.

 

Enfin, dans la partie arrière, un grand casier amovible comprenant deux compartiments cache un logement à pinceaux. L’aménagement de ce casier amovible est constitué d’une rangée de huit petits godets en faïence, de même usage que les précédents, et de trente-cinq alvéoles destinées aux bâtons d’aquarelle (photos 4, 5 et 6). L’ensemble de ces casiers est en palissandre de Rio. L’intérieur du couvercle est également plaqué de palissandre de Rio, scié en bois montant, et décoré d’un triple filet de laiton. Le petit tiroir à chevalet a les côtés en palissandre massif et le fond plaqué de palissandre sur chêne. La serrure permet de fermer simultanément le couvercle par un mécanisme à deux auberons et le tiroir par un pêne. Cette serrure est actionnée par une petite clé avec un anneau à facettes, typique des productions réalisées sous Napoléon III.

 

La décoration

Le bas du coffret est souligné par deux filets, un d’os et un de laiton, sur les quatre faces (photos 7 et 9). Sur la façade et autour de l’entrée de serrure, sont marquetées des arabesques de laiton, cuivre, étain et nacre (photo 9). Le bord du couvercle est également souligné de deux filets, un de laiton et l’autre d’os (photo 7). L’arête du couvercle est, sur les quatre côtés, en ébène massif guilloché. Ce décor est également très à la mode sous Napoléon III. Enfin, le dessus du couvercle est décoré d’un médaillon central qui encadre un monogramme (photo 8). Le monogramme A. L. est celui d’Albert de Laprade, ancien propriétaire du coffret. Sur les côtés du coffret, deux poignées en laiton escamotables sont incrustées (photo 7), ainsi qu’une plus petite sur la façade du tiroir (photo 9). Il s’agit ici d’un coffret rare et de grande qualité, non seulement par la composante de ses matériaux et la perfection de son exécution, mais aussi par l’excellence de son état de conservation et la présence de la totalité de ses accessoires.

 

 

 

 

Photos © Jacques Dubarry de Lassale.

Image en Une : Coffret d’aquarelliste en bois de placage et filets de laiton et os. Décor marqueté sur le couvercle d’une chimère tenant une palette sur fond en bois noirci. Epoque Napoléon III. 24.5 x 32 cm. Adjugé 200 euros par Hugues Cortot en 2019.

Haut de page

Vous aimerez aussi

Une Mise au tombeau de Delacroix aux enchères dans la Marne

Le 2 juin 2021 | Mis à jour le 10 juin 2021

Le 20 juin à Châlons-en-Champagne, Jean-Charles d’Ornano proposera aux enchérisseurs une Mise au tombeau d’Eugène Delacroix. Cette composition, caractéristique du style tardif du maître romantique, constitue une variation sur un […]