Le 19 août 2020 | Mis à jour le 19 août 2020

Oudry, Le Guerchin : jusqu’à 55 000 euros pour le dessin ancien

par Interencheres

De Morlaix à Saint-Malo, la Bretagne a été le théâtre de batailles d’enchères soutenues ces dernières semaines. Des dessins signés Jean-Baptiste Oudry et Le Guerchin ont été adjugés jusqu’à 55 800 euros les 8 et 10 août, tandis qu’une marine du peintre romantique russe Ivan Aïvazovsky a trouvé preneur à plus de 170 000 euros. Retour sur les résultats enregistrés dans les maisons de vente du 27 juillet au 16 août 2020. 

 

Lynx tapi d’Oudry adjugé à plus de 55 000 euros

Maître de la peinture animalière du XVIIIe siècle, Jean-Baptiste Oudry (1686-1755) reçoit, entre 1738 et 1753, du chirurgien du Roi, La Peyronie, une commande de dessins d’animaux pour illustrer l’Histoire naturelle pour le jardin botanique de Sa Majesté, dont serait issue l’étude de Grande aigrette conservée au musée du Louvre. Le 10 août dernier, l’étude Dupont & Associés présentait une étude de lynx datant probablement de la même époque. Estimé entre 8 000 et 12 000 euros, le dessin a créé la surprise, s’envolant à 55 800 euros (frais compris).

 

Jusqu’à 20 000 euros pour une étude préparatoire du Guerchin

Figure phare du baroque italien, qui exerça tant à Bologne qu’à Rome, Giovanni Francesco Barbieri (1591-1666), dit Le Guerchin, fut l’un des artistes les plus prolifiques de son temps, livrant à la postérité plus de 250 tableaux et œuvres sur papier. Une Vierge à l’enfant, mise en vente par Françoise Kusel et Pierre Champion le 8 août dernier à Nîmes, dévoilait tout le génie du peintre qui, en quelques traits, réussit à mettre en exergue le jeu de regard d’une mère et son fils. Identifié par le spécialiste Nicholas Turner comme l’étude préparatoire pour le grand retable La Vierge à l’Enfant avec quatre Saints peint par l’artiste en 1617-1618 et conservé aux Musées Royaux des Beaux-Arts de Bruxelles, le dessin, estimé autour de 10 000 euros, a attiré nombre d’amateurs qui n’ont pas hésité à pousser les enchères jusqu’à 20 529 euros (frais compris).

 

Les Beaux-Arts du Viêt Nam ont la cote

Nombre des pièces issues de l’Ecole des Beaux-arts du Viêt Nam, fondée en 1925 à l’époque de l’Indochine française, sont présentes depuis de longues années sur le territoire français du fait du lien colonial qui unit le Viêt Nam et la France. De retour sur le marché, ces peintures sur soie et laques sur panneau de bois ne cessent de prendre de la valeur, avec de nouveaux records pour les artistes les plus emblématiques de l’école. En témoignent les résultats enregistrés par deux panneaux en laque polychrome à Morlaix lors de la vente d’art asiatique du 10 août dernier : Bananiers devant un village tonkinois a trouvé preneur pour 47 120 euros (frais compris), tandis que Les Chinois et leurs bateaux de pêche à l’île de Cat-Ba de Nguyen Tien Loi, exécuté par les maîtres laqueurs Tovsan, était adjugé à 24 800 euros (frais compris). A noter qu’un panneau figurant Le retour des rizières et signé Tran Van Ha avait été adjugé quelques jours plus tôt à 12 200 euros (frais compris), lors d’une vente organisée par Salorges enchères.

 

Plus de 170 000 euros pour le romantisme russe

Le 1er août à Saint-Malo, Bateau vapeur russe secourant un navire en déperdition, signé Ivan Aïvazovsky, a quant à lui été adjugé à 173 600 euros (frais compris), sous le marteau de Stéphane Prenveille. Conservée dans la même famille depuis les années 1950, cette huile sur toile dévoilait un sujet caractéristique du peintre romantique russe, célèbre pour ses marines agitées, théâtres de naufrages, tempêtes ou combats navals.

En savoir plus |Une marine du plus grand peintre romantique russe Aïvazovsky aux enchères à Saint-Malo

 

Découvrez en images notre sélection de résultats du 27 juillet au 16 août 2020 dans notre galerie en image ci-dessous. Tous les prix de la galerie sont indiqués hors frais de vente.

Haut de page

Vous aimerez aussi

Un dessin inédit du Bernin découvert à Compiègne

Le 1 mars 2021 | Mis à jour le 1 mars 2021

Quelques mois après l’adjudication record à 24,2 millions d’euros d’un panneau du peintre primitif italien Cimabue, la maison Actéon présentera aux enchères le 20 mars une sanguine inédite du Bernin. […]

Expertise : un fauteuil Louis XV estampillé de Père Gourdin

Le 24 février 2021 | Mis à jour le 1 mars 2021

L’estampille de Jean Gourdin, dit Père Gourdin, est le signe d’un art menuisier français d’excellence. Jacques Dubarry de Lassale décrypte les particularités de ces sièges remarquables à travers l’expertise d’un […]