Le 8 novembre 2014 | Mis à jour le 21 novembre 2014

Une vente de bronzes aux petits oignons

par Magazine des enchères

Une rencontre entre l’art et la cuisine : tel est le pari de la vente organisée le samedi 15 novembre 2014 par la maison Conan à Lyon et retransmise sur le Live d’Interencheres. Maître Cécile Conan-Fillatre et le chef étoilé au guide Michelin, Pierre Orsi, ont concocté une vacation aux petits oignons au menu de laquelle seront dispersées les 116 pièces de la collection de bronzes accumulés par le cuisinier depuis plus de 40 ans.  

.

De grands noms côtoient les anonymes dans cet ensemble hétéroclite principalement tourné vers le XIXe siècle. Ainsi, nous trouvons des sculptures en bronze d’Albert Ernest Carrier-Belleuse et des frères Mathurin, Auguste et Hippolyte Moreau, tous sculpteurs de renoms de la seconde moitié du XIXe siècle. Des petits bronzes amusants comme Le buveur et Tête à la casserole se trouvent aux côtés d’œuvres telles que l’allégorie La Nature se dévoilant devant la science de Louis Ernest Barrias dont la précision de la sculpture, le jeu des couleurs et le thème féminin font de cette œuvre un précurseur de l’Art Nouveau (estimation entre 5 000 et 6 000 euros).

.

.
« Ce qui m’attire quand j’achète un bronze, c’est la ciselure et le travail des drapés. Je fonctionne toujours au coup de cœur, explique Pierre Orsi. Au début, l’acquisition de ces bronzes n’avait pour but que de meubler mes restaurants, puis c’est devenu une passion ! » Le cuisinier n’en est pas à sa première collection. Initié durant son enfance par sa mère amatrice de flacons de parfum, il a amassé par le passé des cuivres anciens et des cuisinières d’enfants. « Mes collections sont un dérivatif, une activité à côté de la cuisine. »

.
La dispersion de l’ensemble des bronzes est une page qui se tourne pour le cuisinier. « Il m’a fallu deux ans pour me décider à les vendre. Les sculptures commençaient à prendre trop de place », ajoute Pierre Orsi. Le chef étoilé ne veut garder aucune pièce, c’est pourquoi il n’y a pas de prix de réserve. « Tout est à vendre au plus offrant, je ne garde que les catalogues de ventes de mes collections comme souvenir. Je suis déjà passé à autre chose et n’assisterai d’ailleurs même pas à la vente », conclu-t-il.

.
Ouverte à tous, cette vente de bronzes offre une grande fourchette de prix avec des estimations qui oscillent de 200 à 6 000 euros.
.
Lien vers l’annonce de cette vente aux enchères

Haut de page

Vous aimerez aussi

Expertise : la garniture des sièges au XVIIe siècle

Le 6 juin 2024 | Mis à jour le 6 juin 2024

La garniture d’un siège comprend à la fois la garniture en tapisserie, soit l’ensemble des matériaux utilisés pour garnir un siège, et la couverture, soit le revêtement d’étoffe qui recouvre […]

Un rare fauteuil d’apparat aux enchères dans l’Aisne

Le 4 juin 2024 | Mis à jour le 4 juin 2024

Un rare fauteuil d’apparat daté autour de 1840 sera vendu aux enchères par la commissaire-priseur Sophie Renard le 20 juin à Brasles, dans l’Aisne. Il pourrait émaner des ateliers de […]

Rencontre avec un couple de collectionneurs voyageurs

Le 3 juin 2024 | Mis à jour le 3 juin 2024

Frédérique Astier a œuvré, par l’intermédiaire de la Société des Amis, à l’enrichissement des collections du musée du Louvre pendant plus de 20 ans, avant de rejoindre un établissement enseignant […]