Le 15 juillet 2020 | Mis à jour le 15 juillet 2020

Ferrari, Jaguar, Porsche : des véhicules de collection estimés jusqu’à 210 000 euros

par Interencheres

La maison Osenat organise une nouvelle vente dans son fief de Fontainebleau mardi 21 juillet. Ferrari, Jaguar et Porsche seront les marques les mieux représentées parmi les 35 voitures à la vente. 

 

La saison des ventes d’automobiles de collection reprend de plus belle après l’interruption du printemps. Elles se succèdent à un rythme effréné avec souvent des sélections de très grande qualité. Ce sera notamment le cas le 21 juillet lors de la vacation proposée par Osenat, l’une des plus anciennes maisons spécialisées dans ce domaine. On y comptera quatre Ferrari dont deux modèles particulièrement remarquables, à commencer par une 512 TR de 1992. Elle est considérée comme le meilleur « cru » de la lignée Testarossa grâce à son moteur 12 cylindres revu et corrigé en 1991 et sa carrosserie qui conserve la pureté de ses phares rétractables, contrairement à la 512M ultérieure (90 000 – 120 000 euros). Plus récente mais beaucoup plus rare, l’exemplaire de la Ferrari 612 Scaglietti Sessanta est l’un des soixante véhicules édités en 2007 pour célébrer les 60 ans de la marque. Il arbore une combinaison de couleurs extérieure et intérieure unique et se trouve dans un état proche du neuf (170 000 – 210 000 euros). 

 

Ferrari 512 TR de 1992. Estimation : 90 000 – 120 000 euros.

 

Les youngtimers aussi au rendez-vous 

Parmi les quatre Porsche proposées, on remarque la très pure 912 de 1967 estimée entre 40 000 et 50 000 euros. Il s’agit en effet de l’un des premiers exemplaires à châssis court fabriqués. Celui-ci a bénéficié d’une belle restauration au début des années 2000. Autre Porsche très recherchée, la 356B Roadster de 1960, un modèle rare qui profite de la ligne du Speedster agrémentée d’aménagements plus confortables (100 000 – 150 000 euros). Ceux qui préfèrent la volupté anglaise peuvent se tourner vers la Jaguar Type E 4,2 de 1965, qui se trouve dans l’une des configurations les plus désirables, alliant la pureté originelle de la carrosserie coupé au moteur 4.2 plus puissant et coupleux que le 3.8 du lancement. D’origine française, cet exemplaire est estimé entre 80 000 et 100 000 euros. Il est accompagné d’une belle Bentley Mark VI de 1952 carrossée par Park Ward (90 000 – 120 000 euros) et de plusieurs intéressantes youngtimers, dont un cabriolet Volkswagen Golf 1 de 1991 parfaitement de saison. 

Enchérir | Découvrez l’ensemble des véhicules de la vente du 21 juillet sur interencheres.com

 

Bentley Mark VI cabriolet Park Ward de 1952. Estimation : 90 000 – 120 000 euros.

Haut de page

Vous aimerez aussi

A Cannes, une vente en hommage à Jean Marais

Le 23 juillet 2020 | Mis à jour le 23 juillet 2020

Le 15 août à Cannes, se tiendra une vente en l’honneur de Jean Marais, personnalité influente dans le monde de l’art et du cinéma. La vacation proposera bronzes, lithographies et […]