Le 1 février 2023 | Mis à jour le 3 avril 2024

Le bilan 2022 du marché français des véhicules de collection

par Magazine des enchères

Selon une étude menée par Le Magazine des enchères pour les plateformes Interencheres et Auction.fr, le marché des véhicules de collection a été particulièrement dynamique en 2022, démontrant son imperméabilité aux crises.

 

Les tendances observées ces dernières années se confirment, avec un appétit toujours soutenu pour les exemplaires d’exception à faible kilométrage ou dotés d’historiques hors du commun, et une inflation des prix des Youngtimers sportives. De nouvelles tendances se sont également dessinées en 2022 et seront à suivre de près en 2023, à l’instar de l’engouement pour les deux-roues et de l’entrée en collection des sportives récentes.

 

« La crise sanitaire de la Covid 19, la pénurie des semi-conducteurs et, plus récemment, la guerre en Ukraine ont impacté de plein fouet le marché des véhicules neufs, mais aussi d’occasion, créant un déséquilibre entre l’off re et de la demande. Les entreprises qui habituellement cédaient leurs automobiles de seconde main aux enchères ont eu tendance notamment à conclure des accords avec des loueurs, tant et si bien que les ventes aux enchères de véhicules d’occasion ont été deux fois moins nombreuses en 2022. Ce contexte économique instable n’a néanmoins pas impacté le marché des véhicules de collection, bien au contraire. Le secteur affiche une santé presque insolente, avec un volume de transactions en hausse et des prix toujours plus importants pour les modèles d’exception. Avec l’inflation, les véhicules de collection représentent plus que jamais une valeur refuge pour les acheteurs. »

Diane Zorzi, rédactrice en chef du Magazine des enchères

 

Le retour des adjudications millionnaires

La fin relative de la crise sanitaire et la reprise des échanges internationaux ont permis le retour sur le marché de voitures de forte valeur qui s’adressent nécessairement à une clientèle internationale. En 2022, huit véhicules ont ainsi été adjugés à un tarif supérieur à plus d’un million d’euros contre trois en 2021 et six en 2020, par les maisons de vente françaises.

Au classement des dix plus hautes adjudications de l’année 2022 figurent deux véhicules de compétition à palmarès : une Gordini 18S de 1950 et une Porsche 907 usine qui fait la course en tête avec une adjudication à 4 390 400 euros.

 

4 390 400 € pour une Porsche 907 usine. Cette Porsche 907 usine de 1968 affiche un palmarès majeur en Championnat du Monde. Elle a notamment terminé quatrième au 1 000 Km du Nürburgring 1968 et a participé à trois reprises aux 24 Heures du Mans de 1970 à 1972. Elle était dans la collection d’Ernest Schuster depuis près de 40 ans. Ce pilote amateur de haut vol a confié sa Porsche aux meilleurs spécialistes, à l’instar de Robert Hatchman et Butch Dennison, deux restaurateurs américains réputés pour leurs travaux sur des machines de compétition prestigieuses. Elle a obtenu la plus haute enchère de l’année en France en 2022 dans la catégorie des automobiles de collection lors d’une vente organisée par la maison Artcurial le 18 mars 2022 dans le cadre du Salon Rétromobile à Paris.

 

1 013 200 € pour une Gordini 18S de 1950. Cette Gordini type 18S a été pilotée par Juan Manuel Fangio et José Froilán González, et compte à son palmarès une participation au 24 Heures du Mans de 1950 et au Rome-Liège de 1951. Equipée de l’unique moteur Gordini à compresseur existant, elle demeurait dans un état d’origine exceptionnel et a trouvé preneur à plus d’un million d’euros lors de la vente Artcurial du 18 mars au Salon Rétromobile à Paris.

 

Visualiser et télécharger en PDF :

 

 

Ferrari comptabilise 4 adjudications millionnaires

Ferrari suscite toujours autant la passion des enchérisseurs. En témoignent les quatre adjudications millionnaires remportées par les Ferrari de la collection Léandri lors de la vente Artcurial du 18 mars 2022 au Salon Rétromobile à Paris.

 

4 161 600 € pour une Ferrari F50 de 1996. Surnommé « l’avocat aux Ferrari », Maître Etienne Léandri,avocat défenseur et Conseiller d’Etat monégasque, a réuni une collection exceptionnelle de Supercars Ferrari créées par Maranello depuis plus de trente ans. Sa collection se composait d’une Ferrari F50 livrée neuve en 1996, une Ferrari LaFerrari livrée neuve en 2013, une Ferrari Enzo dans un état de préservation exceptionnel et enfin la Ferrari F40 livrée en 1989. Ces bolides n’étaient sortis par leur propriétaire qu’à de rares occasions et présentaient ainsi un état de conservation exceptionnel.

 

Des adjudications millionnaires pour Lamborghini Miura et une Mercedes-Benz 300 SL

Une Lamborghini Miura S de 1969 et un roadster Mercedes 300 SL de 1958 complètent le podium des adjudications millionnaires en 2022.

 

1 416 000 € pour une Lamborghini Miura S de 1969. Cette Lamborghini Miura S, adjugée 1,4 million d’euros par la maison Artcurial le 16 octobre 2022 à Paris, appartenait au même propriétaire français depuis 1974. Cet octogénaire originaire du sud ouest de la France avait conservé précieusement le véhicule dans son état strictement d’origine.

 

1 025 120 € pour une Mercedes-Benz 300 L Roadster de 1958. Cette Mercedes-Benz 300 L, adjugée 1,025 million d’euros par la maison Artcurial le 2 juillet 2022 au Mans, a été livrée neuve en Allemagne à sa sortie des usines Mercedes en 1958, alors que la majorité des modèles qui arrivent aujourd’hui sur le marché sont d’origine américaine. Sa mécanique avait en outre bénéficié d’une réfection de qualité.

 

De nouveaux records pour les Youngtimers sportives

L’attirance pour les automobiles sportives des années 1980 et 1990 est de plus en plus soutenue, particulièrement pour les Youngtimers peu kilométrées ou les modèles issus d’une série limitée, même si les prix des véhicules plus courants poursuivent leur progression.

 

82 960 € pour une Peugeot 205 GTI de 1987. Cette Peugeot 205 GTI a trouvé preneur à 82 960 euros lors d’une vente organisée par la maison Aguttes le 25 avril 2022 à Paris en raison de ses 7 000 km d’origine. A titre de comparaison, un exemplaire équivalent comptant 45 000 km d’origine vendu par la même maison a été adjugée 36 300 euros le 27 mars à Paris.

 

73 904 € pour une Renault Clio Williams de 1995. Cette Renault Clio Williams phase 1 a été adjugée 73 904 euros par la maison Artucrial le 16 octobre 2022 à Paris. Vendue quasiment neuve, elle n’avait jamais quitté l’usine de Flins et affichait seulement 31 000 km au compteur, offrant aux enchérisseurs une rare opportunité d’acquérir une Youngtimer de première main avec un kilométrage très faible.

 

75 880 € pour une Renault Clio Williams de 1995. Cette phase 2, moins recherchée, a pourtant été adjugée 75 880 euros le 26 juin lors d’une vente de la maison Aguttes grâce à ses 15 km d’origine. Présentée comme la Renault Clio Williams la moins kilométrée au monde, elle a été précieusement conservée par ses propriétaires.

 

Les Youngtimers en série limité dépassent les stars d’après-guerre

D’autres enchères très élevées ont été remarquées en 2022 pour des modèles allemands, à l’instar d’une Mercedes 190 2.5-16 Evo II de 1990 vendue 190 720 euros et d’une Golf 1 16S Oettinger adjugée 60 792 euros. Ces Youngtimers emblématiques produites en série limitée dépassent désormais largement les prix de certaines stars des années 1950 et 1960, comme l’Alfa Giulietta Spider, la Mercedes 220 SE Coupé, la Citroën DS 21 Pallas ou encore la Chevrolet Corvette C1.

 

190 720 € pour une Mercedes Benz 190 2.5-16 Evo II de 1990. Cette Mercedes Benz, modèle produit à seulement 502 exemplaires, n’avait connu que deux propriétaires depuis 1993. Elle a été vendue près du double de l’estimation basse, fixée à 100 000 euros, par la maison Artcurial le 19 mars 2022 à Paris. Le 2 juillet 2022 au Mans, une Mercedes Benz 220 SE Coupé de 1965 trouvait quant à elle preneur à 45 296 euros lors d’une vente organisée par la même maison.

 

60 792 € pour une Volkswagen Golf 16S Oettinger de 1983. Cette Golf n’avait connu que trois propriétaires depuis sa sortie d’usine en 1983. Dotée d’un historique limpide et documenté, et présentée dans un superbe état général, elle a survolé son estimation lors d’une vente organisée par la maison Aguttes le 25 avril 2022 à Paris.

 

Les prix des Youngtimers plus courantes grimpent

Les prix des modèles plus courants grimpent également lorsque leur état le justifie.

 

22 720 € pour une Citroën BX Sport de 1985. Cette Citroën issue de la première série de BX Sport arborait une couleur rouge très rare. Moins de 10 % des exemplaires produits ont en effet été dotés de cette peinture. Autant d’atouts qui ont séduit les enchérisseurs lors d’une vente organisée par la maison Aguttes le 14 décembre 2022 à Paris. 27 730 € pour une Renault Super 5 GT Turbo de 1986. Cette Renault a été achetée neuve en 1985 chez Renault Toulouse et avait été conservée dans son état d’origine par son propriétaire. Elle a pulvérisé son estimation lors d’une vente organisée par la maison Marambat de Malafosse le 8 avril 2022 à Toulouse.

 

Les véhicules Citroën toujours très demandés : M2hari, 2CV, DS…

Les modèles iconiques qui font chaque année l’objet de transactions nombreuses n’ont pas connu en 2022 de grosses variations. Les prix des modèles classiques de Citroën, l’une des marques les plus collectionnées en France,
restent stables. Les bicylindres sont toujours très demandés, avec des enchères atteignant régulièrement les 20 000 euros pour les Méhari en bon état.

 

A gauche : 22 920 € pour une Citroën Méhari de 1975. Cette Citroën Méhari a été vendue à l’estimation par Chauviré Courant le 24 novembre 2022 à Mozé-sur-Louet. A droite : 22 200 € pour une Citroën Méhari de 1969. Cette Citroën Méhari a été vendue à l’estimation par Chauviré Courant le 8 mai 2022 à Cheffes.

 

Une même stabilité des prix a été observée pour les 2CV et les DS/ID qui restent demandées, à l’instar des versions récentes les mieux motorisées.

 

A gauche : 11 400 € pour une Citroën 2CV 6 de 1987. Cette Citroën 2CV 6 a été vendue à l’estimation par Osenat le 6 novembre 2022 à Chassieu. A droite : 20 130 € pour une Citroën ID de 1962. Cette Citroën ID de 1962 en parfait état d’origine a été vendue légèrement au dessus de l’estimation haute par Salorges. Enchères le 10 août 2022 à La Baule.

 

Des adjudications à l’estimation pour les anglaises MGA et Austin Healey

Du côté des voitures de collection anglaises, les classiques MGA et Austin Healey ont remporté en 2022 des adjudications conformes à leurs estimations.

 

31 860 € pour une MGA 1500 Cabriolet de 1957. Cette MGA 1500 entièrement restaurée a trouvé preneur autour de l’estimation le 25 avril 2022 à l’Hôtel des ventes d’Avignon.

 

A gauche : 86 140 € pour une Austin Healey 100BN2 de 1956. Vendue à l’estimation par la maison Mercier & Cie le 25 septembre 2022 au Touquet-Paris-Plage. A droite : 72 800 € pour une Austin Healey 3000 MKIII de 1965. Vendue à l’estimation par la maison Briscadieu le 29 octobre 2022 à Bordeaux.

 

La Fiat 500 et la Coccinelle séduisent toujours autant

La Fiat 500 et la Coccinelle séduisent toujours autant, avec des adjudications qui se maintiennent autour de l’estimation haute.

 

A gauche : 20 650 € pour une Fiat 500. Vendue autour de l’estimation par Denis Herbette le 15 mai 2022 au Touquet-Paris-Plage. Cette Fiat 500 a bénéficié d’une restauration intégrale et a été dotée d’un moteur neuf. A droite : 14 304 € pour une Fiat 500 L de 1970. Vendue à l’estimation par Artcurial le 2 juillet 2022 au Mans. Cette Fiat 500 était depuis 15 ans dans la même collection et a bénéficié d’une restauration au cours des années 2010.

 

27 000 € pour une Volkswagen Coccinelle de 1972. Vendue à l’estimation par la maison Chauviré- Courant le 8 mai 2022 à Cheffes. Cette Coccinelle cabriolet, modèle incontournable des années 1960 à 1980, bénéficiait d’une mécanique récemment révisée, et arborait un très bel état de présentation.

 

Un marché des deux-roues très actif

Le marché des deux-roues de collection connaît un engouement inédit depuis 5 ans, avec une accélération ces deux dernières années, une tendance que nous soulignions dans une étude publiée en décembre dernier. L’année 2022 a ainsi été marquée par de très belles ventes consacrées aux deux-roues, à commencer par la dispersion de 130 scooters de la collection Saboulard par la maison Osenat, lors de laquelle de nombreux véhicules ont dépassé leur estimation.

Sans remonter aux moins de 125 cm3 d’avant-guerre qui intéressent plutôt les passionnés endurcis de motos, les scooters, apparus dans l’immédiat après-guerre, font l’objet d’un marché soutenu, qui a ses « stars » rares et recherchées. Les constructeurs italiens Piaggio et Lambretta qui ont popularisé ces véhicules sont les plus courus. Le record d’enchère revient d’ailleurs cette année à
une authentique Vespa militaire construite sous licence Piaggio en France.

 

17 400 € pour une Vespa militaire. Cette authentique Vespa militaire construite sous licence Piaggio en France a été modifiée pour le transport d’un canon de 75 mm. Elle a été utilisée à la fin des années 1950 par les troupes aéroportées françaises pendant la guerre d’Algérie. En état d’origine et non restaurée, elle a obtenu 17 400 euros lors de la vente de la collection Saboulard organisée par la maison Osenat le 20 juin 2022 à Fontainebleau, soit le double de son estimation basse fixée à 8 000 euros.

 

Les minimotos japonaises, des exotiques à la mode

L’appétit pour les petites cylindrées accessibles sans permis ne se dément pas, avec un engouement toujours bien perceptible pour les Solex, mobylettes et minimotos japonaises. Les constructeurs japonais ont commencé à supplanter les marques européennes de motos à partir des années 1960. Ce mouvement a aussi touché le monde des cyclos, avec pour étendard le fameux Honda Super Cub dont la production se poursuit depuis 1958, dépassant le cap des 100 millions d’exemplaires écoulés dans le monde. Suzuki, Yamaha et Honda ont produit des cyclos originaux classés dans la catégorie des minimotos qui se distinguent par leur esthétique séduisante, copiant l’allure des grosses motos. Faciles à utiliser, ces modèles connaissent un intérêt croissant chez les collectionneurs et suscitent désormais des enchères records.

 

A gauche : 5 084 € pour une Honda Dax ST70 de 1978. Cette Honda Dax ST70 de 1978 a obtenu 5 084 euros sur le Live d’Interencheres, soit le double de son estimation, grâce à son état d’origine exceptionnel, lors d’une vente organisée par l’Hôtel des ventes du Marais le 6 mars 2022 à Chassieu. Prête à prendre la route, elle avait été rachetée en 1992 par son propriétaire qui l’avait conservée dans un très bel état, strictement d’origine sans la moindre restauration. En Europe, le ST70 fut baptisé Dax en raison de la forme de son cadre rappelant celle d’un teckel (« Dax » en allemand). Les premiers ST70 seront présentés au salon de Tokyo à l’automne 1969. A droite : 4 270 € pour une Honda moto Compo. Une Honda moto Compo 50 de 1981 a été adjugée 4 270 euros, soit près du double de son estimation haute fixée à 2 500 euros, lors d’une vente organisée par la maison Carlier Imbert et Morel le 18 avril 2021 dans le cadre du Salon du 2 Roues de Lyon. Conçue pour entrer dans le coffre de la petite citadine produite par le constructeur, cette moto est aujourd’hui plébiscitée des enchérisseurs pour son design emblématique des années 1980.

 

Les motos de compétition enregistrent des records

Alors que l’année 2021 avait été marquée par la vente à succès de la collection du pilote Jean-Paul Toncou, plusieurs motos de course à palmarès ont de nouveau brillé en 2022.

 

61 200 € pour une Pernod 250 Grand Prix de 1981. Cette moto, victorieuse au Grand Prix de Grande Bretagne de 1982, a compté parmi ses propriétaires le champion motocycliste français Jacques Bollé. Elle a survolé son estimation lors d’une vente organisée par la maison Osenat le 5 novembre 2022 à Chassieu, trouvant preneur à 61 200 euros.

 

470 840 € pour la Harley Davidson « Laura Eyes » de Johnny Hallyday. La « Laura Eyes », avec ses courbes sensuelles et sa couleur identique à celle des yeux de sa fille Laura, est la Harley la plus célèbre de Johnny Hallyday. Elle a connu la traversée des Etats-Unis en 1990, emportée par le chanteur sur 5 000 km, et a été applaudie par plus de 240 000 spectateurs venus assister aux trois concerts légendaires de Johnny Hallyday au Stade de France en 1998. Elle a doublé son estimation lors d’une vente organisée par Artcurial le 18 mars 2022 à Paris.

 

Les sportives récentes font leur entrée en collection

Une tendance perceptible au niveau mondial se confirme également en France : certaines Supercars ou sportives récentes atteignent des cotes élevées qui les font entrer de plain pied dans le marché de la collection. Cette situation résulte de la multiplication depuis les années 2010 de lancements de séries très limitées de la part des constructeurs les plus prestigieux, mais aussi de l’avènement des modèles électrifiés qui dessine la fin de l’ère des voitures de sport thermiques.

 

2 714 440 € pour une Ferrari La Ferrari de 2013. Issue d’une production limitée à 499 exemplaires, cette Ferrari, quasi neuv avec 952 km au compteur, a été adjugée plus de 2,7 millions d’euros lors de la vente organisée par la maison Artcurial le 18 mars 2022 au Salon Rétromobile à Paris. En 2013, le prix de vente de cette Ferrari se situait autour de 1,2 million d’euros.

 

381 440 € pour une Lamborghini Murciélago Roadster de 2005. La Lamborghini Murcielago fait également partie de ces supercars qui ne connaissent pas la crise. Avec ses 26 600 km, ce roadster de 2005 à transmission mécanique a ainsi été adjugé 381 440 € par la maison Artcurial le 16 octobre 2022. Le prix de la rareté puisqu’il ne fut produit qu’à 435 exemplaires, dont 20 modèles seulement furent équipés de la boîte mécanique à 6 rapports.

 

345 680 € pour une Porsche 911 R de 2016. Cette Porsche 911 R de 2016 a atteint 345 680 euros lors d’une vente Artcurial le 18 mars 2022 à Paris, alors qu’il fallait débourser à l’époque 192 000 euros pour s’offrir un exemplaire neuf. Une fois encore la rareté justifie l’adjudication : ce modèle n’a été produit qu’à 911 exemplaires. La Porsche était en outre une première main et affichait moins de 7 700 km au compteur.

 

Cette tendance concerne également dans une moindre mesure les modèles à plus grande diffusion, qui connaissent certes une décote par rapport à leur prix neuf, mais davantage contenue que celle observée pour les générations précédentes.

 

A gauche : 54 798 € pour une Porsche 911 type 997 3.6 Carrera de 2008. Cette simple 997 3.6 Carrera PDK blanche de 2008 totalisant 120 501 km a ainsi été vendue 54 798 euros par Hervé Legroux le 3 novembre 2022 à l’Hôtel des Ventes de Rodez. A droite : 81 360 € pour une Porsche 997 4S. cabriolet PDK de 2010. Un cabriolet 4S PDK de 2010, totalisant 68 248 km, a quant à lui trouvé preneur au dessus de son estimation haute, à 81 360 euros, lors d’une vente organisée par la maison Mercier le 15 décembre 2022 à Marcq-en-Baroeul.

En lire plus | Le bilan 2023 du marché français des véhicules de collection

Haut de page

Vous aimerez aussi

Le flipper, du bistrot aux salles des ventes

Le 20 mai 2024 | Mis à jour le 20 mai 2024

Emblèmes de la culture populaire, les flippers se sont faits une place dans les ventes aux enchères, alimentant un marché dynamique, composé aussi bien de collectionneurs et joueurs, que d’amateurs […]