Le 20 juillet 2021 | Mis à jour le 21 juillet 2021

5 choses à savoir sur le designer danois Hans Wegner

par Diane Zorzi

Surnommé le Master of chairs, Hans J. Wegner est l’un des pères du design scandinave. Cet artisan-designer danois a révolutionné l’histoire du mobilier avec ses meubles modernes et élégants, alliant perfection, simplicité et fonctionnalisme. Retour sur cette figure emblématique de l’âge d’or du design scandinave.

 

1. Il est l’un des fondateurs du design scandinave

Dès l’âge de quatorze ans, Hans J. Wegner (1914-2007) suit une formation d’ébéniste auprès du maître allemand Stahlberg, avant d’entreprendre en 1936 des études de designer à l’École des Arts et Métiers de Copenhague. S’il interrompt prématurément son parcours académique, il est nommé dès 1938 chef de projet pour la création des meubles de la bibliothèque de Nyborg. En collaboration avec les architectes Erik Møller et Arne Jacobsen, il imagine la totalité du mobilier de l’édifice. Ce projet, premier d’une longue série, lui permet de perfectionner sa maîtrise technique des matériaux et d’affirmer son style. Le jeune homme, déjà, manifeste son appétence pour l’utilisation de matériaux naturels à travers des créations au design fonctionnel et épuré. Cette approche fonctionnaliste, en continuité avec l’esprit du Bauhaus, il la partage avec d’autres créateurs scandinaves, à l’instar de Arne Jacobsen, Børge Mogensen, Verner Panton ou Alvar Aalto qui écartent le superflu pour ne retenir que des formes simples et strictement adaptées à leur fonction. Leurs créations novatrices révolutionnent l’histoire du mobilier d’après-guerre, marquant la naissance du design scandinave. 

 

Hans J. Wegner (1914-2007), paire de fauteuils « JH501 » en palissandre, assise cannée en moelle de rotin, dossier souligné de rotin. Editeur Johannes Hansen, circa 1960. H. 75,5 cm, L. 64 cm, P. 50 cm. Adjugée 6 760 euros (frais inclus) par Cornette de Saint Cyr le 10 décembre 2018 à Paris.

 

2. Il se considérait comme un artisan

Ce fils de cordonnier est profondément attaché aux métiers manuels depuis sa plus tendre enfance. S’il imagine des meubles au design innovant, il se considère avant tout comme un artisan et valorise les savoir-faire traditionnels. Au prise avec la nature, cet ébéniste de formation privilégie les matières nobles et naturelles, à l’instar du bois, dont il sélectionne minutieusement les essences en fonction de la forme et de la fonction du meuble. L’artisan-designer porte une attention soutenue à la pérennité de ses pièces, soignant la qualité des finitions et adoptant des bois de qualité, provenant des forêts danoises. A rebours de l’industrialisation, il livre ainsi des meubles élégants, arborant des formes organiques et alliant perfection, simplicité et fonctionnalisme. 

 

Hans J. Wegner (1914-2007), paire de fauteuils en teck, dossier incliné à claire-voie, coussins mobiles recouverts de velours bleu saphir. Estampille de l’éditeur Getama. Circa 1965. H. 76 cm, L. 69 cm, P. 76 cm. Adjugée 3 900 euros (frais inclus) par Cornette de Saint Cyr le 10 décembre 2018 à Paris.

 

3. Il a collaboré avec les éditions Hansen

La démarche d’Hans Wegner séduit la société danoise Hansen qui devient son principal éditeur. Hans Wegner travaille en étroite collaboration avec les artisans de l’usine Hansen, afin d’adapter au mieux ses pièces artisanales à une production en série, sans rien sacrifier de leur qualité. Grâce à ses créations, l’entreprise familiale, née en 1908 et spécialisée dans le mobilier haut de gamme, acquiert une renommée mondiale. En 1949, Hans Wegner connaît ainsi son premier succès commercial avec son iconique Chaise CH24, aussi appelée « Wishbone Chair », en référence à son dossier en forme de brèche de poulet. Inspirée par la forme des chaises Ming, cette pièce éditée par Hansen fait partie d’une série de « fauteuils chinois » au look innovant et dont l’assise s’adapte à toutes les positions.  

 

Hans J. Wegner (1914-2007), paire de fauteuils « CH24 », dit « Wishbone » à structure en bois laqué noir, à piétement fuselé, montants du dossier mouvementés d’inspiration chinoise, montant central en Y soutenant le dossier en arc de cercle, assise tendue de fins cordages végétaux au paillage. Edition Carl Hansen, circa 1960. H. 75 cm, L. 52 cm, P. 53 cm. Adjugée 1 250 euros (frais inclus) par Gérald Richard le 27 mars 2021 à Villefranche-sur-Saône.

 

4. Il a confectionné la chaise du président Kennedy

Réputé pour ses meubles au design innovant, Wegner n’en est pas moins attentif à la fonctionnalité et au confort de ses pièces. En septembre 1960, sa chaise 501, aussi appelée « The Chair », est ainsi sélectionnée pour le premier débat présidentiel télévisé opposant les candidats John F. Kennedy et Richard Nixon. Le premier, souffrant du dos, aurait jeté son dévolu sur « The Chair » en raison du confort de l’assise. En choisissant cette chaise résolument moderne, Kennedy entendait dans le même temps s’imposer comme le « candidat du futur ». 

 

Hans J. Wegner (1914-2007), canapé lit « GE 258 » en palissandre et dossier rotin, assise garniture marron à ressorts. Circa 1960. Editeur Getama Denmark. H. 68 cm, L. 198 cm, P. 86 cm. Adjugé 1 625 euros (frais inclus) par Morand & Morand le 9 novembre 2018 à Paris.

 

5. Il est l’un des designers danois les plus cotés sur le marché

Hans Wegner connaît de son vivant une carrière internationale et se voit décerner des prix prestigieux, à l’instar du prix Lunning qu’il reçoit en 1951. L’année précédente, sa Round Chair, dite « The Chair », est même qualifiée de « plus belle chaise du monde » par le magazine américain Interiors qui fait paraître en couverture le fauteuil emblématique du designer. Aujourd’hui, ses meubles aux lignes intemporelles parent une vingtaine de musées dans le monde, dont le Museum of Modern Art de New York, et enregistrent des records en salles des ventes. Hans Wegner compte parmi les designers danois les plus cotés sur le marché et profite du regain de popularité que connaît le mobilier scandinave depuis une dizaine d’années. En 2013, une chaise prototype « Roman » en chêne s’envolait ainsi à plus de 145 000 euros à Londres, avant qu’un record ne soit établi l’année suivante avec un ensemble de fauteuils « Cowhorn » adjugé 262 957 euros. Que les amateurs de décoration scandinave se rassurent, les pièces éditées en plus grand nombre demeurent quant à elles plus accessibles, ainsi qu’en témoigne la vente en mars dernier d’une paire de fauteuils « Wishbone » adjugée 1 250 euros par Gérald Richard à Villefranche-sur-Saône. 

Enchérir | Créez une alerte « Hans Wegner » pour suivre les prochaines ventes aux enchères

 

Hans J. Wegner (1914-2007), ensemble de salle à manger comprenant une table et six chaises en teck et bouleau. Modèle « Heart ». 1952. Edité par Fritz Hansen. Adjugé 3 750 euros (frais inclus) par Versailles Enchères le 9 mai 2021 à Versailles.

 

 


Photo en Une : Hans J. Wegner (1914-2007), fauteuil « Peacock » en frêne et teck. Estampillé au fer de l’éditeur Johannes Hansen. Circa 1970. H. 106 cm, L. 77 cm, P. 51 cm. Adjugé 4 680 euros (frais inclus) par Cornette de Saint Cyr en 2019 à Paris.

Haut de page

Vous aimerez aussi

Claude Viallat de retour à Nîmes

Le 2 août 2021 | Mis à jour le 2 août 2021

Le 4 août à Nîmes, la vacation estivale de Pierre Champion et Françoise Kusel sera l’occasion de retrouver l’enfant du pays, Claude Viallat, dont deux œuvres seront proposées de 1 […]

Jean Dufy, de Paris à Stockholm

Le 2 août 2021 | Mis à jour le 2 août 2021

Alors que le Musée de Montmartre expose dans la capitale « Le Paris de Raoul Dufy », une vue du bois de Boulogne signée de son frère cadet, Jean, sera […]

Comment dater une horloge comtoise du XVIIe siècle ?

Le 29 juillet 2021 | Mis à jour le 29 juillet 2021

Les décors, matériaux et mécanismes des horloges comtoises, apparues autour de 1660, évoluent tout au long du XVIIe siècle. Pour les différencier et les dater précisément, le maître ébéniste Jacques […]