Le 8 octobre 2021 | Mis à jour le 8 octobre 2021

Comment reconnaître un tabouret de chantre restauré avec des techniques du XVIIe siècle ?

par Jacques Dubarry de Lassale

Meubles à usage religieux, les tabourets de chantre sont reconnaissables par leur structure, qui peut être avec ou sans agenouilloir, par la forme de leur assise et surtout par le nombre de pieds qui peut varier de trois à six. Rares et prisés des amateurs de mobilier de Haute Epoque, ces tabourets font parfois l’objet de restaurations ingénieuses, destinées à passer inaperçues. Décryptage par Jacques Dubarry de Lassale d’un tabouret de chantre du XVIIe siècle en bois de chêne restauré avec des techniques révolues.

 

Nous avons choisi, pour illustrer les techniques employées en restauration, un tabouret de chantre du XVIIe siècle dont la partie supérieure, c’est-à-dire ceinture et assise, avait été très endommagée. Le restaurateur a œuvré afin de rendre cette restauration la plus discrète possible, allant jusqu’à employer des techniques révolues.

 

La structure du modèle présenté

La structure du tabouret présenté est intéressante car il ne possède que trois pieds, ce qui n’est pas courant (photo 1). Les tabourets de chantre les plus communs sont à cinq ou six pieds (photo 2). Le tournage des pieds est typiquement d’époque Henri Il à colonne baguée, on peut ainsi dater ce modèle vers 1660-1680. Malheureusement ce spécimen avait perdu sa ceinture et son assise qu’il a fallu remplacer (photos 3 et 4).

 

 

La restauration

Afin que cette restauration ne soit pas trop visible, le choix a été fait d’utiliser les techniques de l’époque de production initiale du meuble. On a donc remplacé les trois masses carrées du sommet des pieds par des pièces de chêne qui ont été tourillonnées dans la partie supérieure des pieds (photo 5). La ceinture (photo 6) a aussi été débitée dans du chêne, après en avoir tracé le contour dans l’esprit d’origine.

 

 

Le débit de l’intérieur de la ceinture cintrée a été effectué comme à l’époque du meuble, avec une scie manuelle à chantourner, afin de laisser la trace traditionnelle des outils anciens (photo 7). Tous les éléments refaits ont été sablés afin de faire ressortir la fibre du bois, conformément à l’aspect d’un meuble en chêne de cette époque. Pour l’assise, une vieille étagère d’armoire sciée à la main a fort bien fait l’affaire (photo 8). Elle a été découpée suivant la forme de la ceinture. Le bord de l’assise a été agrémenté d’un bec de corbin auquel on a également fait subir une usure fonctionnelle afin de faire disparaître l’angle vif et donner à cette assise un aspect des plus authentiques. La ceinture et l’assise ont ensuite été montées à cheville.

L’ensemble du siège a été décoloré à l’eau oxygénée pour unifier la coloration des bois d’origine et ceux de la restauration. Puis, la totalité des bois ont été teintés à l’extrait de cassel et encaustiqués. Cette restauration a été effectuée avec des bois vieillis, des techniques de débit laissant apparaître des traces conformes à celles de l’époque. Une usure fonctionnelle apparente pourrait tromper plus d’un amateur et sans doute quelques professionnels. Cependant, pour un œil averti, il y a un détail significatif d’une restauration évidente, c’est la fente visible sur la photo 9 entre le pied et la masse refaite (flèche). Dans la fabrication d’origine, la colonne et la masse étaient fabriquées dans la même pièce de bois.

 

 

 

Image en Une : Paire de tabourets de chantre en chêne aux pieds en colonnes. XVIIe siècle. Adjugé à 900 euros (hors frais) le 6 octobre 2019 par Le Floc’h à Saint-Cloud © Le Floc’h

Autres photos : © Jacques Dubarry de Lassale.

Haut de page

Vous aimerez aussi

Augustin Lesage, l’esprit de l’Egypte antique

Le 21 octobre 2021 | Mis à jour le 21 octobre 2021

Le 23 octobre à Saint-Omer, Elodie Peeren présentera aux enchères une toile exceptionnelle d’un artiste emblématique de l’art brut, le mineur, peintre et médium, Augustin Lesage. Cette grande composition hiéroglyphique […]

Expertise : une commode bureau Louis XVI

Le 21 octobre 2021 | Mis à jour le 21 octobre 2021

Pourvue d’une écritoire, d’un caisson et de tiroirs, la commode bureau a pendant longtemps été une pièce incontournable des intérieurs bourgeois. Mêlant souvent plusieurs essences de bois, ce meuble, ajustable […]

Une vente aux enchères de NFT organisée à Paris

Le 19 octobre 2021 | Mis à jour le 21 octobre 2021

La maison de vente Boischaut présentera aux enchères plus de 70 NFT le 23 octobre à Paris et en live sur Interencheres. Cette vacation est l’une des premières en France […]