Le 19 juin 2020 | Mis à jour le 19 juin 2020

Janine Janet, décoratrice pour Balenciaga, Lanvin et Dior

par Diane Zorzi

Nina Ricci, Hermès, Balenciaga, Dior, Lanvin… Janine Janet travailla pour les plus grandes maisons de luxe françaises des années 1940 à sa mort en 2000. Témoins d’un Paris d’antan, ses projets de décors, sculptures et bijoux feront l’objet d’une vente exceptionnelle de plus de deux cent vingt lots le 23 juin à Paris.

 

Célèbre pour ses sculptures, dont le Musée des Arts Décoratifs à Paris compte de nombreuses pièces, Janine Janet (1913-2000) s’illustra également par ses talents d’artiste-décorateur, réalisant dès les années 1940 des projets de vitrines, bijoux et décorations d’intérieur pour les plus grandes maisons de luxe françaises. « Ses décors ont été convoités par le tout Paris, dont les maisons Nina Ricci, Balenciaga, Hermès, Chantelle, Dior, Christofle, Haviland, Lanvin, Alberto Pinto ou encore Houbigant », précise Pierre-Guilhem Métayer. « On lui doit également des flacons de parfums, des costumes pour le Testament d’Orphée de Jean Cocteau, des bijoux, ainsi que des décorations d’intérieur pour des particuliers tels que Paul-Louis Weiller. »

 

Janine Janet. Projet de vitrine pour les parfums Balenciaga. Gouache sur papier.

 

Une collection inédite de plus de deux cents projets de Janine Janet

Mardi prochain, le commissaire-priseur parisien dispersera une collection exceptionnelle de deux cent vingt-six projets de la créatrice. Des dessins exécutés pour les parfums Lanvin dévoilent des personnages stylisés aux accents Art déco, tandis que des projets de vitrines, imaginés notamment pour Balenciaga dans les années 1950, révèlent le goût de Janine Janet pour les décors baroques peuplés de figures féériques ou mythologiques, et de motifs ou matériaux empruntés à la nature – les coquillages, le corail, le nacre. « Cette vente aux enchères nous offre à découvrir la facette ‘décoratrice de Janine Janet’, et, avec elle, c’est la vie d’un Paris d’antan qui est dévoilé. » Ces œuvres, conservées jusqu’alors précieusement dans des cartons à dessin, sont proposées aux enchères sans indication d’estimation. « Nous nous attendons à des prix allant de 100 à 1 500 euros. Mais ces pièces n’ont pas d’équivalent, il était donc difficile d’en déterminer la valeur sur le marché. Elles intéresseront les collectionneurs aussi bien que les musées et les marques avec qui collabora cette artiste absolument passionnante qu’est Janine Janet. »

 

Enchérir | Déposez un ordre d’achat secret ou suivez la vente du 23 juin en direct sur interencheres.com

 

Découvrez nos coups de cœur parmi les lots en vente le 23 juin à Paris

 

Haut de page

Vous aimerez aussi

Les objets publicitaires vintage ont la cote

Le 4 mai 2021 | Mis à jour le 5 mai 2021

Plaques émaillées, cartons, objets de bistrot, affiches… La publicité a investi de nombreux supports tout au long du XXe siècle. Tour d’horizon d’un marché qui se renouvelle.