Le 22 janvier 2020 | Mis à jour le 23 janvier 2020

Une bible en arabe de la collection Brölemann s’envole à plus de 24 000 € à Vannes

par Diane Zorzi

Fruit d’une passion familiale transmise depuis le XVIIIe siècle, la collection Brölemann mise en vente le 18 janvier à Vannes avait de quoi faire rêver tout bibliophile. Incunables, livres à emblèmes, danses de la mort… elle comptait nombre de rares ouvrages, dont une bible en arabe du XVIe siècle, adjugée à plus de 24 000 euros.

 

A l’origine de la collection, un homme : Henri-Auguste Brölemann (1775-1854). A la tête d’une famille aisée de négociants en soie d’origine allemande établis à Lyon, ce bibliophile invétéré réunit aux XVIIIe et XIXe siècles un ensemble exceptionnel de quelques quatre milles volumes. « Son fils conserva précieusement sa collection composée notamment de manuscrits et livres d’heures, avant que son petit-fils Arthur-Auguste Brölemann (1826-1904) ne la reprenne et ne l’enrichisse », explique Caroline Velk, experte en livres anciens et modernes. « La collection fut ensuite scindée entre les héritiers. » Plusieurs ouvrages furent légués à des musées ou vendus à Londres en 1926, mais une branche de la famille en conserva jusqu’à ce jour un important ensemble, qui était mis en vente par Jack-Philippe Ruellan le 18 janvier à Vannes.

 

Pierre des Crescens. Le liure des prouffitz champestres et ruraulx. Imprimé nouvellement par Phelippe le Noir libraire le premier iour de Juilet mile cinq cens xxxii [Paris, 1532] – 1 volume In-4° – [12] pages et 136 feuillets. Adjugé à 19 590 euros (frais compris).

 

Des incunables et post-incunables

Parmi les 260 ouvrages qui ont tous trouvé preneur, on comptait plusieurs post-incunables (ouvrages imprimés en Europe entre 1501 et 1530) traitant d’astronomie, de médecine, de dévotion ou d’histoire naturelle (Le livre des profits champêtres et ruraux de Pierre des Crescens, adjugé à 19 590 euros (frais compris), ainsi que deux incunables (ouvrages imprimés en Europe avant 1501), adjugés jusqu’à 5 500 euros (frais compris). « Comme c’est souvent le cas, ces deux incunables traitent de théologie. Le plus ancien, daté de 1486 et adjugé à 3 203 euros (frais compris), est un texte du théologien breton, Hervé Nédellec, qui devint maître de théologie au couvent Saint-Jacques de Paris au début du XIVe siècle. Son mandat fut notamment marqué par le procès de canonisation de Thomas d’Aquin, dont il défendit vigoureusement la doctrine. Mais Nédellec fut dans le même temps un penseur original qui s’écarta sur plusieurs points du système thomiste et devint une référence importante dans les débats philosophiques et théologiques de l’époque. »

 

Incunable. Théologie. Hervaeus Natalis, Hervé Nedellec (ca 1260-1323) – Hervei Britonis [] Quattuor Quodlibeta [] – Venetijs [Venise] ; Per magim Raynaldu[m] de Novimagio Theotonicu[m], 1486 – 1 volume In-folio – 96 feuillets. Adjugé à 3 203 euros (frais compris).

Une bible en arabe du XVIe siècle ayant servi à l’évangélisation au Moyen-Orient

Plusieurs ouvrages du XVIe siècle étaient également dispersés tels qu’un traité du rire (adjugé à 1 170 euros), un rare texte dévoilant les déconvenues amoureuses d’Hélisenne de Crenne, une érudite d’origine picarde (adjugé à 17 865 euros), et une bible en arabe ayant servi à l’évangélisation au Moyen-Orient qui a obtenu la meilleure adjudication de la vente en s’envolant à 24 642 euros. « Il s’agit du premier livre imprimé par la Tipografia Medicea Orientale, ou Medici Oriental Press, créée par Gregorius XIII en 1584 et soutenue financièrement par le cardinal et futur grand-duc de Toscane, Ferdinand Ier de Médicis, détaille l’experte. Le texte arabe, basé sur la Vulgate d’Alexandrie, est imprimé dans la célèbre grande fonte de Robert Granjon, généralement considéré comme le premier type d’impression arabe satisfaisant. La version bilingue était utilisée en Europe pour l’enseignement de l’arabe et a donc survécu dans un nombre d’exemplaires beaucoup plus grand que l’édition en arabe pur, qui a été distribuée au Moyen-Orient pour l’évangélisation. Il semble probable que les belles illustrations incluses dans le livre pour aider les lecteurs n’aient pas du tout été appréciées par les musulmans, qui, selon le Coran interdisent la contemplation d’images de Dieu. Une grande partie de l’impression a ainsi peut-être été rapidement détruite. »

 

Bible en Arabe. Anajil Yasu’ al-Masih Sayyidina al-Muqaddasah – Romæ [Rome] ; In Typographia Medicea [Typographie Médicéenne], 1591 [au colophon] – 1 volume In-folio – 368 pages. Adjugé à 24 642 euros (frais compris).

Des livres à emblèmes richement illustrés

Les Brölemann étaient en outre particulièrement sensibles à la gravure ancienne. En témoignait la présence de plusieurs livres à emblèmes, ouvrages prisés pour leurs gravures en Europe aux XVIe et XVIIe siècles, signés notamment d’André Alciat. « Chaque gravure sur bois ou sur métal était accompagnée d’un titre et d’un texte court expliquant le sens caché de l’image et répertoriant des maximes, des aphorismes ou des adages. L’emblème est en fait une synthèse entre une image à clef inspirée des hiéroglyphes égyptiens et un adage moral emprunté aux philosophes ou sages de l’Antiquité. »

 

ALCIAT (André) – Emblemata D. Alciati, denuo ab ipso Autore recognita, ac, quae desiderabantur, imaginibus locupletata [] – Lugd. [Lyon] ; Apud Guliel. Rouillium [Guillaume Rouillé], execudebat Mathias Bonhomme, 1550 – 1 volume In-8° – 226 pages, [2] feuillets – 197 emblèmes et 14 arbres gravés sur bois, soit 211 figures à pleine page, chacune dans 1 encadrement, certains de ceux-ci signés des initiales P.V. – Reliure début XIXème siècle basane havane (mors, coins et coupes frottés) – Plats encadrés d’1 filet doré et de 2 roulettes à froid – Roulette intérieure – Dos à nerfs titré et daté or et orné de filets dorés et de fleurons à froid. Adjugé à 800 euros (frais compris).

Des danses macabres pour réveiller les vivants

Parmi les livres d’emblèmes proposés à la vente, plusieurs dévoilaient un motif artistique particulièrement populaire à la fin du Moyen-âge : les danses de la mort.

 

Danse de la mort. David Denecker. Todtentantz, durch alle Stendt der Menschen : darinnen Ir herkommen vnd Ende, Nichtigkeit vnd Sterbligkeit, als in einem Spiegel zubeschawen, fu¨rgebildet, vnd mit scho¨nen Figuren vnd guten Reimen gezieret, nottwendig, auch lustig Allermenniglichen zu lesen, ho¨ren vnd wissen – Zu Leipzig : Durch David de Necker Formschneider, 1572 – 1 volume petit In-4° – 50 feuillets. Adjugé à 8 008 euros (frais compris).

 

« Ces danses macabres soulignaient la vanité des distinctions sociales dont se moque le destin. Elles étaient de véritables leçons de morale adressées aux vivants afin de les faire réfléchir sur leur condition de mortels et de leur rappeler que personne n’est au-dessus de la loi et de la vie. Elles étaient souvent composées de manière hiérarchique : on se moque d’abord des grands (papes, empereurs, rois…), puis des petits (laboureurs, enfants…). On y découvrait des squelettes dansant et faisant des cabrioles en entraînant les vivants vers la mort et en s’affublant de leurs attributs (couronne, argent…). Sous le crayon du peintre et graveur Hans Holbein, ces danses de la mort furent largement diffusées dès 1530. »

 

Danse de la mort. Hans Holbein. Simolachri historie, et figure de la morte. La medicina de l’anima. Il modo, e la via di consolar gl’infermi. Un sermone di San Cipriano, de la mortalità. Due orationi, l’una à Dio, e l’altra à Christo. Un sermone di S. Giovan Chrisostomo, che ci essorta à patienzia – Lyone [Lyon], appresso Giovan Frellone, 1549 – 1 volume In-8° – 112 feuillets non chiffrés signés A-A8-O-O8. Adjugé à 7 515 euros (frais compris).

Aux côtés de ces rares ouvrages étaient également dispersés des exemplaires des XVII, XVIII et XIXe siècles, ainsi que plusieurs éditions régionales, notamment lyonnaises.

Haut de page

Vous aimerez aussi

La Mercedes du roi de Jordanie mise en vente en Touraine

Le 10 août 2020 | Mis à jour le 11 août 2020

La maison Giraudeau a réuni des voitures de grand prestige pour sa vente de fin d’été qui se tiendra à Saint-Étienne-de-Chigny près de Tours. Parmi elles, un rare coupé Mercedes […]

A Cannes, une vente en hommage à Jean Marais

Le 23 juillet 2020 | Mis à jour le 23 juillet 2020

Le 15 août à Cannes, se tiendra une vente en l’honneur de Jean Marais, personnalité influente dans le monde de l’art et du cinéma. La vacation proposera bronzes, lithographies et […]