Le 13 juillet 2021 | Mis à jour le 13 juillet 2021

La séduisante école de Concarneau

par Diane Zorzi

Non loin de Pont-Aven, la petite cité de Concarneau attire à la fin du XIXe siècle des peintres originaires du monde entier. Sa vie portuaire, ses fêtes et marchés locaux constituent une source d’inspiration féconde pour les artistes qui, plus d’un siècle plus tard, séduisent les enchérisseurs, fascinés par leurs paysages et scènes de vie, conjuguant la modernité à l’authenticité. 

 

Entre Quimper et Pont-Aven, la Ville Close de Concarneau, avec son petit port de pêche, ses plages et ses fortifications du XIVe siècle, attire à la fin du XIXe siècle une colonie d’artistes, réunis autour des figures d’Alfred Guillou et de Théophile Deyrolle. Les deux peintres, formés à Paris auprès d’Alexandre Cabanel, font de la cité un centre artistique dynamique qui, à l’instar de l’école de Pont-Aven, compte des peintres originaires du monde entier tels l’Américain Charles Fromuth ou le Russe Emile-Benediktof Hirschfeld. Loin de l’agitation des villes et du Paris Haussmannien en pleine expansion, les artistes puisent leur inspiration dans cette contrée sauvage où persistent un folklore, des rites ancestraux et une catholicité rurale vigoureuse. Ils dépeignent la vie portuaire, les marchés locaux, les travailleurs, tels des pêcheurs ou des lavandières, et les paysans en coiffes, costumes et sabots traditionnels. Les uns adoptent un style réaliste, à l’image d’Alfred Guillou, les autres une touche nerveuse et spontanée tels Eugène Labitte ou Lucien Simon. Ces artistes de la Cornouaille seront réunis à l’occasion de la prochaine vente aux enchères estivale de la maison Thierry-Lannon. Les 16 et 17 juillet à Brest, et en live sur Interencheres, défileront des toiles et œuvres sur papier d’Alfred Guillou, Henri Barnoin, Mathurin Méheut, Edouard Doigneau, Mathurin Janssaud ou Jean-Bertrand Pégot-Ogier.

 

 

Une école bretonne plébiscitée sur le marché

Si l’école de Pont-Aven suscite un attrait particulièrement soutenu, les artistes de Concarneau bénéficient d’une belle cote de sympathie. Ainsi les œuvres de Lucien Simon sont plébiscitées à plusieurs dizaines de milliers d’euros, à l’instar de La foule sur le quai qui a trouvé preneur à près de 50 000 euros le 8 mai dernier à l’Hôtel des ventes de Brest. Cette étude donnait à voir l’un des jeux favoris des ports cornouaillais lors desquels les jeunes bretons en maillots de bain devaient parcourir la longueur d’un mât de beaupré sans tomber à l’eau. L’engouement pour le régionalisme est tel que certains artistes comme Mathurin Méheut voient leur cote grimper ces dernières années. Redécouvert dans les années 1970, ce peintre, illustrateur, décorateur, céramiste et sculpteur, emblématique de la Bretagne, immortalisa à plusieurs reprises le port de la Ville Close. Une gouache figurant les sardinières de Concarneau, traitées au gré d’une touche rapide, était adjugée 13 640 euros, lors de la même vente brestoise. Les peintres des écoles bretonnes jouissent aujourd’hui d’une notoriété à l’international, de la part d’enchérisseurs fascinés par l’identité singulière de cette région parvenue, au fil des siècles, à engendrer des chefs-d’œuvre conjuguant la modernité à l’authenticité.

Enchérir | Suivez les ventes des écoles bretonnes les 16 et 17 juillet en live sur interencheres.com

Haut de page

Vous aimerez aussi

Claude Viallat de retour à Nîmes

Le 2 août 2021 | Mis à jour le 2 août 2021

Le 4 août à Nîmes, la vacation estivale de Pierre Champion et Françoise Kusel sera l’occasion de retrouver l’enfant du pays, Claude Viallat, dont deux œuvres seront proposées de 1 […]

Jean Dufy, de Paris à Stockholm

Le 2 août 2021 | Mis à jour le 2 août 2021

Alors que le Musée de Montmartre expose dans la capitale « Le Paris de Raoul Dufy », une vue du bois de Boulogne signée de son frère cadet, Jean, sera […]

Takanori Oguiss, un peintre japonais à Paris

Le 21 juillet 2021 | Mis à jour le 2 août 2021

Sensible au charme pittoresque parisien, Takanori Oguiss s’est illustré à travers ses vues de la capitale où il s’établit durant l’entre-deux-guerres. Le 24 juillet à Vannes, Jack-Philippe Ruellan présentera aux […]