Le 20 décembre 2023 | Mis à jour le 15 janvier 2024

Le mobilier design d’une propriété de Saint-Tropez vendu aux enchères

par Magazine des enchères

Le 4 janvier, la maison Planète des Arts dispersera plus de 200 pièces provenant d’une propriété exceptionnelle de Saint-Tropez. Des créations signées Garouste et Bonetti côtoieront un ensemble de mobilier design dédié à l’aménagement extérieur.

 

[Mise à jour, 15 janvier 2024] Le canapé « Marie France » de Martin Szekely & Néotu a trouvé preneur à 25 600 euros (frais inclus). La méridienne modèle Koala d’Elisabeth Garouste et Mattia Bonetti a été adjugée 6 400 euros et le tapis en laine tuftée 7 936 euros. 

 

« Tout dans cette maison a été choisi dans les arts décoratifs du XXe siècle, il n’y a rien de plus ancien, annonce la commissaire-priseur Véronique Dubois de la maison Planète des Arts, et quelques designers sont particulièrement bien représentés ». C’est le cas du duo Elisabeth Garouste et Mattia Bonetti, avec pas moins de 27 lots. Retenons l’ensemble table basse et deux fauteuils modèles « Jour et Nuit » daté de 1990 (4 000 à 6 000 euros), des lampes de parquet modèle Nanette (de 1990) en fer forgé patiné, estimées 3 000 à 4 000 euros pièce, ou une méridienne modèle Koala de 1995 (2 500 à 3 500 euros). « Choisir un tel ensemble de meubles, tapis, tables, luminaires… venu des mêmes designers n’est pas un hasard, je pense que cette famille a été conseillée à un moment où à un autre, par un architecte d’intérieur, avance la commissaire-priseur, ces objets sont connus, à l’image du cendrier Tortue dont un exemplaire en faïence est au Centre Pompidou ! ». Edité par En attendant les Barbares (le duo français travaille avec cet éditeur depuis 1983), ce petit bronze figurant une tortue à tête de femme est estimé 1 000 à 2 000 euros. 

 

 

Plus de 200 pièces de mobilier design

Autre designer très présent dans cette maison de vacances familiale, Hervé van der Straeten. Le créateur belge a été choisi pour éclairer la maison, et sept de ses lampes figurent à l’inventaire : trois lustres en bronze patiné, laiton et verre (entre 3 000 et 5 000 euros pièce), des appliques coque en laiton martelé et nickelé (3 000 à 5 000 euros l’une), ou deux très amusantes paire d’appliques en forme de coquillage, en bronze datées de 2002 (1 000 à 4 000 euros la paire). « Pour les objets en métal, c’est assez évident, mais il faut savoir que pour le mobilier, y compris celui recouvert de tissu, tout est en excellent état, avec seulement quelques marques d’usage », précise Véronique Dubois. Rien à reprocher donc au canapé Marie-France recouvert de tissu or par Martin Szekely, édition Néotu de 1989 (400 à 600 euros).

Si ce n’est peut être pas (encore) la saison des soirées en extérieur, la vente sera également l’occasion de dénicher des meubles et objets design dédiés à l’aménagement des terrasses et balcons. Au catalogue figurent notamment quarante lots de meubles d’extérieur signés de la maison d’édition italienne Paola Lenti, avec notamment des tables recouvertes de carreaux en lave et pierre rouge, modèle Sciara par Marella Ferrera (entre 300 et 500 euros l’une), ou une méridienne ronde modèle Ease en tissu (400 à 600 euros) qui sera proposée aux enchères avec sa housse de protection pour l’hiver, comme d’autres meubles de jardin de la vente. Un bon moyen de mettre ces pièces à l’abri en attendant les beaux jours. 

Enchérir | Suivez la vente du mobilier design d’une propriété de Saint-Tropez le 4 janvier en live sur interencheres.com

 

 

 

Haut de page

Vous aimerez aussi

Une montre Cartier centenaire aux enchères à Paris

Le 10 avril 2024 | Mis à jour le 11 avril 2024

Une rare montre de gentleman Cartier datée autour de 1911 sera présentée aux enchères chez Vermot et Associés le 16 avril à Paris. Dans son état d’origine, avec une charmante […]

Les outsiders de l’art aux enchères à Paris

Le 3 avril 2024 | Mis à jour le 5 avril 2024

Le 10 avril, la maison de vente Tajan mettra en avant les inclassables de l’histoire de l’art, des artistes du XXe siècle n’ayant jamais appartenu à un courant, mais qui […]