Le 22 avril 2020 | Mis à jour le 22 avril 2020

Les cheveux des personnages historiques s’arrachent aux enchères

par Diane Zorzi

Les cheveux de Napoléon Ier, la dernière mèche de l’Impératrice Joséphine, la chevelure blonde de Marie-Antoinette, les poils de barbe d’Henri IV… La toison des personnages historiques vaut de l’or. Démonstration en enchères…

 

Une mèche de Napoléon Ier adjugée à 18 750 €

Le 7 juillet 2019, une mèche de Napoléon Ier a été adjugée à 18 750 euros, lors d’une vente organisée par Jean-Pierre Osenat à Fontainebleau. Cette mèche était exceptionnelle car il s’agit d’une des rares mèches coupées du vivant de l’Empereur, durant son règne. « La grande majorité des mèches de cheveux qui sont parvenues jusqu’à nous viennent de l’île de Sainte-Hélène, coupées post mortem, et transmises par les derniers fidèles« , précise le commissaire-priseur.

Présentée sous verre, dans un médaillon cerclé de laiton et flanqué d’un décor d’aigles impériaux, la précieuse relique était accompagnée d’une lettre attestant de sa provenance : « Vous trouverez ci-inclus, mon cher ami, des cheveux de S.M. l’Empereur comme je vous l’ai promis. Regardez ce cadeau pour très précieux, car je n’ai jamais voulu en donner malgré les demandes réitérées que l’on m’a faites. Agréez l’amitié la plus sincère de votre dévoué ami. Constant. Paris le 21 janvier 1811. » Louis Constant Wairy, dit « Constant », fut l’un des collaborateurs les plus fidèles et appréciés de l’Empereur. Lors des campagnes napoléoniennes de 1805 à 1813, il fut son premier serviteur, avant de disparaître lors de la première abdication. C’est à Barthélémy Michalon (1770-1819), peintre et statuaire connu pour ses bustes en cire et ses perruques, qu’il adressa cette mèche de cheveux de Napoléon Ier. 

 

La dernière mèche de cheveux de l’Impératrice Joséphine adjugée à 20 000 €

Le 15 juin 2014, une mèche de cheveux de l’Impératrice Joséphine a été adjugée à 20 000 euros, lors d’une vente organisée par Jean-Pierre Osenat à Fontainebleau. La relique est aussi rare qu’émouvante puisqu’elle fut coupée à midi, le jour même de la mort de l’Impératrice, le 29 mai 1814. Elle était contenue dans un papier d’époque, portant l’inscription manuscrite à l’encre « Cheveux de l’Impératrice Joséphine coupé le jour de sa mort le 29 mai 1814, à la Malmaison dimanche midi ». 

 

 

Les poils de barbe d’Henri IV adjugés à 8 960 €

Le 19 septembre 2019, des poils de barbe attribués au Roi Henri IV ont été adjugés à 8 960 euros, lors d’une vente organisée par la maison Ader-Nordmann à Paris. Présentés sous verre, ils étaient accompagnés au dos d’une note manuscrite attestant d’une illustre provenance. « Ils furent donnés à Jean-Augustin Capperonnier (1745-1820), conservateur de la bibliothèque du Roi Louis XVIII, par son collègue Louis Mathieu Langlès (1763-1824), qui, au moment de la violation des tombeaux des rois à Saint-Denis, en était le gardien« , détaille Jean-Claude Dey, expert en armes anciennes et souvenirs historiques. 

Au lendemain de la Révolution, d’août 1793 au mois de janvier 1794, les tombes royales de la Basilique de Saint Denis furent en effet profanées, dont le tombeau d’Henri IV, exhumé le 12 octobre 1792, soit près de deux siècles après son assassinat en 1610 par Ravaillac. « Le corps très bien conservé fut exposé jusqu’au 14 octobre et nombre de reliques comme les cheveux, les ongles ou les poils de barbe furent prélevés entre-temps. Une partie de sa moustache compose d’ailleurs le reliquaire de Vivant Denon, conservé au Musée Hôtel Bertrand de Châteauroux. Nous avons ainsi pu comparer les deux reliques qui sont identiques, les poils ayant la même apparence et la même couleur noire. »

En savoir plus | Des poils de barbe d’Henri IV adjugés à plus de 8 000 € à Paris

 

 

Une mèche blonde de Marie-Antoinette adjugée à 8 750 €

Le 17 novembre 2013, une mèche de cheveux blonds attribuée à la Reine Marie-Antoinette a été adjugée à 8 750 euros, lors d’une vente organisée par Jean-Pierre Osenat à Fontainebleau. Nouée d’un ruban de soie ivoire, elle était présentée précieusement sous verre et sur fond de velours bleu. Provenant de la collection de la Duchesse de Fitz James, dame d’honneur de la Reine, elle était conservée auprès de la lettre d’adieux que la Reine lui adressa quelques semaines avant le retour de Varennes.

 

 

Des mèches de la famille impériale coupées lors du couronnement adjugées à 10 000 €

Le 9 juin 2013, des mèches de cheveux de la famille impériale ont été adjugés à 10 000 euros, lors d’une vente organisée par Jean-Pierre Osenat à Fontainebleau. L’ensemble comprenait notamment les cheveux de l’Empereur et de l’Impératrice, coupés le jour du couronnement en 1804. Chacun était contenu dans un papier d’époque comportant des inscriptions manuscrites.

 

 

Une mèche de cheveux du Prince Impérial adjugée à 4 500 €

Le 17 novembre 2013, une mèche de cheveux du Prince Impérial a été adjugée à 4 500 euros, lors d’une vente organisée par Jean-Pierre Osenat à Fontainebleau. Présentée dans un cadre médaillon en métal argenté ciselé et surmonté d’une couronne impériale, elle était encadrée de deux inscriptions : « 11 octobre 1877 » et « Juillet 1870 », la seconde date correspondant au départ du Prince Impérial qui, avec son père, part vers l’Est pour combattre les armées prussiennes. La précieuse relique provenait de la collection de la famille Clary, dont un membre, Joseph Adolphe (1837-1877), fut aide de camp du Prince, puis officier d’ordonnance de Napoléon III lors de son exil en Grande-Bretagne.

 

 

Des souvenirs du Prince Eugène de Beauharnais adjugés à 66 560 €

Le 16 novembre 2014, des souvenirs du fils adoptif de Napoléon Ier, Prince Eugène de Beauharnais (1781-1824), ont été adjugés à 66 560 euros, lors d’une vente organisée par Jean-Pierre Osenat à Fontainebleau. L’ensemble comprenait une importante mèche de cheveux insérée dans une médaille de cou en verre, aux côtés de plaques d’habit de Grand Aigle de la Légion d’honneur et de Grand Croix de la Couronne de fer. Il dévoilait en outre une lettre adressée en 1823 au Chevalier Hénon, son bibliothécaire, dans laquelle le prince annonçait qu’il irait prendre les eaux à Marienbad la semaine suivante. Un témoignage historique puisque c’est dans cette ville de la République tchèque qu’il rencontra Louis Bonaparte et Goethe.

 

 

Haut de page

Vous aimerez aussi

A Cannes, une vente en hommage à Jean Marais

Le 23 juillet 2020 | Mis à jour le 23 juillet 2020

Le 15 août à Cannes, se tiendra une vente en l’honneur de Jean Marais, personnalité influente dans le monde de l’art et du cinéma. La vacation proposera bronzes, lithographies et […]