Le 20 février 2017 | Mis à jour le 3 juillet 2018

L’univers pop et seventies d’un artiste atypique

par Diane Zorzi

sauvegarde-banniere-modele

Vendredi 24 février 2017 à Paris, la maison Morand & Morand mettra en vente la collection et le fonds d’atelier espiègle et acidulé de Luc Mertens (1931-2004). L’occasion de découvrir, aux côtés de meubles et objets design originaux, l’œuvre peinte et sculptée de cet artiste inédit sur le marché.

 .

sauvegarde-accueil-carrouselUn univers original

C’est à Château-Renard, dans le Loiret, dans une petite maison blanche ornée en façade de figures enfantines en céramique, que Lucien Mertens laissa libre cours à son imagination.  « L’ambiance en arrivant est très particulière. La visite débute dans le jardin avec des sculptures qu’il réalisait grâce à son propre four de potier », raconte Maître Diem Crenais de la maison de ventes Morand & Morand. A l’intérieur, l’atelier révèle l’univers de ce représentant en parfum, peintre-sculpteur à ses heures qui signe Luc Mertens. Un chevalet, des outils, des livres d’art servent de cadre à ses œuvres peintes et sculptées. L’ensemble sera mis en vente le 24 février 2017 par la maison Morand & Morand.

.

sauvegarde-accueil-carrousel-2Des œuvres oniriques

En peinture, Luc Mertens expérimente les styles les plus divers, de l’expressionnisme à l’abstraction géométrique. Sa palette marquée par des tons bruns et gris alterne avec des couleurs vives. Les sujets d’abord réalistes  se mêlent à des natures mortes et sites vénitiens, pour laisser place à partir des années 1980 à la représentation d’animaux fantastiques. Un même onirisme se retrouve dans ses sculptures en céramique et en bronze, dans lesquelles un totem, un couple aux formes organiques, un masque hybride, des créatures imaginaires pourvues de cornes témoignent d’un art qui tend à renouer avec la candeur originelle des peuples primitifs.

.

sauvegarde-accueil-carrousel-1Une première aux enchères

Si les œuvres ont déjà été exposées à plusieurs reprises en galerie, elles ne se sont encore jamais confrontées au marteau. « La famille de Luc Mertens a souhaité disperser les œuvres aux enchères pour lui rendre un dernier hommage en inscrivant son nom dans une vente publique. » Avec des estimations attractives allant de 20 à 300 euros, ces œuvres originales signées et de grand format devraient attiser la curiosité des collectionneurs et amateurs. Mais pour connaître la cote de l’artiste, qui passe pour la première fois aux enchères, il faudra attendre la vente du 24 février prochain !

.

.

.

Lien vers l’annonce de la vente

.

Retrouvez une sélection des œuvres de Luc Mertens dans la galerie ci-dessous 

.

.

Retrouvez notre sélection de meubles et objets pop dans la galerie ci-dessous 

La collection personnelle de Luc Mertens sera également dispersée. Cet ensemble devrait séduire les adeptes de meubles et objets pop et seventies avec une lampe zoomorphe de Roger Capron, des fauteuils Djinn oranges d’Olivier Mourgue, des meubles en bois massif de Pierre Chapo

 .

Haut de page

Vous aimerez aussi

Expertise : la garniture des sièges au XVIIe siècle

Le 6 juin 2024 | Mis à jour le 6 juin 2024

La garniture d’un siège comprend à la fois la garniture en tapisserie, soit l’ensemble des matériaux utilisés pour garnir un siège, et la couverture, soit le revêtement d’étoffe qui recouvre […]

Un rare fauteuil d’apparat aux enchères dans l’Aisne

Le 4 juin 2024 | Mis à jour le 4 juin 2024

Un rare fauteuil d’apparat daté autour de 1840 sera vendu aux enchères par la commissaire-priseur Sophie Renard le 20 juin à Brasles, dans l’Aisne. Il pourrait émaner des ateliers de […]

Rencontre avec un couple de collectionneurs voyageurs

Le 3 juin 2024 | Mis à jour le 3 juin 2024

Frédérique Astier a œuvré, par l’intermédiaire de la Société des Amis, à l’enrichissement des collections du musée du Louvre pendant plus de 20 ans, avant de rejoindre un établissement enseignant […]