Le 24 novembre 2020 | Mis à jour le 2 décembre 2020

Record mondial pour un panneau de Lazzaro Bastiani adjugé à 142 600 euros

par Diane Zorzi

Le 27 novembre, la maison Boisseau-Pomez présentait aux enchères un panneau de dévotion exceptionnel de Lazzaro Bastiani, découvert lors d’un inventaire près de Troyes. Acquise par un collectionneur français pour 142 600 euros, cette œuvre inédite du XVe siècle dévoilait une Vierge adorant l’Enfant, dans la lignée des Bellini.

 

La Vierge Marie, la tête ceinte d’une auréole rayonnante, les mains jointes et le regard baissé, adore L’Enfant Jésus nu, allongé sur un parapet : la composition reprend le modèle, bien connu, de la Vierge adorant l’Enfant qui fit florès à Venise au milieu du XVe siècle. Ce thème, Lazzaro Bastiani (actif à Venise de 1449 à 1512) en livrait une première version dès 1465, imprégnée alors des travaux de l’école de Padoue et de son maître Andrea Mantegna. Mais ici nul contour linéaire ou modelé rigide, les volumes se révèlent au gré d’un jeu de nuances subtiles, sont enveloppés d’une lumière délicate. « Notre tableau se dégage de l’influence de Padoue pour se rapprocher, à Venise, de celle de la famille Bellini », explique Stéphane Pinta, expert au cabinet Turquin.

 

 

Une Vierge adorant l’Enfant, dans la lignée des Bellini

Inédit sur le marché, ce panneau de dévotion daterait des années 1470-1480, époque durant laquelle Lazzaro Bastiani travaille au sein de la confrérie de l’école de Saint-Jérôme à Venise, avec pour modèle, Jacopo Bellini (1386-1470). « De Jacopo, il reprend la technique ornementale du manteau de la Vierge constellé d’une poussière d’or, technique brillante de la granigliatura, ainsi que la douceur d’expression et la présentation des personnages derrière un parapet », poursuit l’expert. Bastiani se libère toutefois de cet héritage, répondant sans doute aux souhaits de son commanditaire et proposant ainsi une composition audacieuse, préfigurant la Passion à venir. « Contrairement à la plupart des exemples, l’Enfant Jésus n’est pas endormi mais apparaît ici éveillé, le regard songeur, prémonitoire de son sacrifice, tandis que sa mère ne le tient plus dans ses bras » – avec ce panneau, la Vierge, déjà, offre son fils qu’elle présente sur un parapet placé en saillie, au plus près du dévot.

Lazzaro Bastiani (actif à Venise de 1449 à 1512), La Vierge adorant l’Enfant, panneau de dévotion. Huile sur panneau de bois rectangulaire. Hauteur : 48 cm – Largeur : 31 cm. Adjugé à 142 600 euros.

 

Un panneau de dévotion inédit, adjugé à 142 600 euros

Agencé en deux parties égales, le paysage à l’arrière-plan s’inscrit quant à lui dans l’héritage du fils Bellini, Giovanni (1435-1516). A gauche, un rocher surplombe un cours d’eau, tandis qu’à droite, un chemin sinueux mène à un viaduc et une chaumière, pour disparaître à l’horizon. Donnant à l’œil tout le loisir de voyager de part et d’autre du tableau, le paysage anime ainsi cette image de dévotion dominée par la figure imposante de la Vierge, dont le doux visage n’est pas sans évoquer la poésie qui émane de la Sainte Lucie avec un donateur, un tableau conservé au Museum of Art de Portland et comptant parmi les plus grands chefs-d’œuvre de Lazzaro Bastiani. 

 

Vidéo réalisée par Artcento

Haut de page

Vous aimerez aussi