Le 4 octobre 2022 | Mis à jour le 4 octobre 2022

Un vase chinois estimé 2 000 euros s’envole à 9 millions d’euros aux enchères à Fontainebleau

par Diane Zorzi

Un vase chinois s’est envolé à 9,1 millions d’euros lors d’une vente aux enchères organisée par Jean-Pierre Osenat le 1er octobre à Fontainebleau. Un résultat surprenant pour cette pièce que l’expert de la vente datait du XXe siècle et estimait autour de 2 000 euros. Décryptage.

 

Un vase chinois, bleu et blanc, en porcelaine et émaux polychromes a décroché la plus haute adjudication française de l’année lors d’une vente aux enchères orchestrée par Jean-Pierre Osenat samedi dernier à Fontainebleau. Disputé par une trentaine d’enchérisseurs, il a été remporté par un collectionneur chinois pour la modique somme de 7,7 millions d’euros, soit 9,1 millions d’euros avec les frais. Un résultat surprenant eu égard aux mentions portées au catalogue qui présentait ce vase comme une pièce du XXe siècle et annonçait une estimation autour de 2 000 euros. « Quinze jours avant la vente, des dizaines et des dizaines de collectionneurs et conservateurs de musée sont venus de Chine avec leurs loupes pour examiner le vase sous tous les angles, raconte Jean-Pierre Osenat. Face à cet afflux inattendu, nous avons décidé de bloquer les enchères sur internet et avons demandé aux enchérisseurs une caution de 15 000 euros pour participer à la vente. »

Si l’expert, dont le commissaire-priseur préfère taire le nom, reste convaincu qu’il s’agit d’un vase du XXe siècle sans grande valeur, le marché n’a pas été de cet avis. Pour les enchérisseurs, le vase serait beaucoup plus ancien et daterait du XVIIIe siècle, une époque marquée par le règne de l’empereur Qianlong. Un verdict que semble partager Jean-Pierre Osenat. « Est-ce qu’un expert seul peut avoir raison contre trois cents personnes ? », s’interroge-t-il, convaincu que le vase rejoindra bientôt les cimaises d’un grand musée chinois.

 

« Quinze jours avant la vente, des dizaines et des dizaines de collectionneurs et conservateurs de musée sont venus de Chine avec leurs loupes pour examiner le vase sous tous les angles.»

 

Décoré de neuf dragons féroces, évoluant dans les nuages, ce grand vase, de 54 cm de haut, arbore une rare forme dite « Tianqiuping », signifiant « sphère céleste », sa panse globulaire symbolisant l’univers. Il était vendu avec un ensemble de pièces de mobilier provenant d’une demeure de Saint-Briac-sur-Mer, en Bretagne. « Sa propriétaire le tenait de sa grand-mère qui collectionnait des œuvres d’art au début du XXe siècle, précise Jean-Pierre Osenat. Suite à son installation dans les Dom-Tom, il y a déjà une quinzaine d’années, elle a décidé de se séparer de son mobilier resté en Bretagne et nous a ainsi sollicité en juin dernier pour organiser une vente. » Si sa collection comptait de jolies pièces, dont plusieurs tableaux anciens, la vendeuse ne soupçonnait pas la valeur de son vase qui trônait depuis plus de trente ans dans sa demeure. « Lorsque j’ai annoncé le résultat à la propriétaire, elle ne me croyait pas, confie le commissaire-priseur. Il n’y a que dans les ventes aux enchères ou au loto que l’on rencontre de telles situations. Aussi, de même que la Française des jeux assure un suivi psychologique, nous faisons en sorte d’accompagner au mieux la vendeuse qui pour l’heure ne sait plus réellement où elle habite ! Elle vit très simplement en Outre-mer, et il faut du temps pour intégrer une telle nouvelle ! »

 

« Lorsque j’ai annoncé le résultat à la propriétaire, elle ne me croyait pas. Il n’y a que dans les ventes aux enchères ou au loto que l’on rencontre de telles situations.»

 

Avec cette adjudication, Jean-Pierre Osenat établit quant à lui un record d’enchères dans l’histoire de sa maison de vente bellifontaine, après avoir vendu en 2007 pour 4,2 millions d’euros un sabre porté par Napoléon lors de la bataille de Marengo en 1800. « Une telle adjudication n’arrive qu’une fois dans la vie d’un commissaire-priseur, conclut Jean-Pierre Osenat. Il va falloir que je trouve quelque chose de sérieux pour battre ce nouveau record ! »

Vase Tianqiuping en porcelaine et émaux polychromes adjugé 9 121 000 euros le 1er octobre 2022 à Fontainebleau.

 

Haut de page

Vous aimerez aussi