Le 5 mars 2020 | Mis à jour le 19 mars 2020

Une vue orientaliste de Jacques Majorelle découverte dans les communs d’un château en Sologne

par Diane Zorzi

Estimée à plus de 15 000 euros, une huile sur carton orientaliste de Jacques Majorelle, perdue depuis plus de cinquante ans, a été découverte dans les communs d’un château en Sologne. Peinte en 1927, elle sera mise en vente le 28 mars à Blois.

 

Une vue orientaliste perdue depuis plus de 50 ans

En octobre dernier, Guillaume Cornet est sollicité pour effectuer un inventaire successoral dans un grand château en Sologne. Tapisseries anciennes, meubles Haute époque, objets d’art de l’Ecole de Nancy… Les œuvres qui habillent le salon et les chambres de ce lieu prestigieux, longtemps ouvert au public, ne manquent pas d’enthousiasmer le commissaire-priseur. Celui-ci ignore encore qu’une découverte plus étonnante l’attend quelques étages plus haut. « L’inventaire était déjà conséquent, mais nous devions expertiser l’ensemble des biens conservés dans ce lieu. Pour terminer, nous nous sommes donc rendus dans les communs du château et notamment dans les chambres de bonnes. Des meubles, tableaux et objets, sans grande valeur, y avaient été entassés depuis des décennies. » Au fil de l’inventaire, le commissaire-priseur recueille une pile de toiles et gravures poussiéreuses. Parmi elles, une huile sur carton arbore une illustre signature. « J’ai immédiatement compris qu’il s’agissait d’une toile orientaliste de Jacques Majorelle (1886-1962). Elle dormait là depuis plus de cinquante ans et ses propriétaires, qui possédaient quelques œuvres de l’ébéniste Louis Majorelle, père de l’artiste et chef de file de l’Ecole de Nancy, ignoraient sa valeur. » Estimée à plus de 15 000 euros, la toile sera la vedette de la vente de prestige organisée le 28 mars prochain à Blois et en live sur interencheres.com

Enchérir | Suivre la vente du 28 mars en direct sur interencheres.com

 

Jacques Majorelle (1886-1962), La kasbah du Caïd Larbi Dardoui ou Tamgout, vallée du Souss, 1927, huile sur carton, signée, datée et située en bas à droite, 50 x 61 cm. Estimation : 15 000 – 25 000 euros.

 

La kasbah, un thème majeur dans l’œuvre de Jacques Majorelle

Signée, datée et située, l’œuvre est connue des spécialistes. « Elle a été reproduite dans un ouvrage de référence sur Jacques Majorelle publié en 1931 (Majorelle peintre du Sud par Florent Fels dans L’Art et les Artistes), avant de tomber dans l’oubli jusqu’à ce jour d’octobre 2019. » Peinte en 1927, elle dévoile une vue d’une kasbah dans la vallée du Souss, au Maroc. « L’œuvre est très stylisée, avec des traits presque cubistes, et se situe assez tôt dans la carrière du peintre. »

Après un séjour en Egypte, c’est en 1917 que Jacques Majorelle fait du Maroc sa terre de prédilection. Envoûté par les couleurs et les odeurs des lieux, il s’y fait construire une villa de style mauresque en 1923 et devient rapidement une célébrité locale, s’imposant comme « le peintre de Marrakech ». Sillonnant le pays, il s’émerveille devant les paysages majestueux de l’Atlas et ses forteresses de terre rouge ou ocre. Témoins d’un patrimoine millénaire, ces kasbahs s’imposent dès lors parmi ses thèmes de prédilection.

 

Une huile sur carton estimée à plus de 15 000 euros

Ce thème, les collectionneurs aussi lui réservent une place de choix. Ainsi, c’est une vue de La Kasbah rouge, adjugée à 1,3 million d’euros (frais compris) à Paris, qui détient depuis 2011 le record mondial pour une huile sur toile de l’artiste. « L’art orientaliste a accusé une légère baisse ces dernières années, mais, de par son sujet et sa grande qualité, notre huile sur carton devrait attirer de nombreux amateurs. » Si l’œuvre affiche une estimation comprise entre 15 000 et 25 000 euros, elle devrait ainsi réserver une belle surprise. « Les collectionneurs, particulièrement français, sont encore nombreux à s’intéresser à cette figure majeure de l’art orientaliste qu’est Jacques Majorelle. Il leur sera de plus délivré un certificat d’authenticité d’Amélie Marcilhac, auteur du catalogue raisonné de l’artiste dans lequel notre huile est reproduite sous le numéro 92.»

Haut de page

Vous aimerez aussi