Le 12 novembre 2013 | Mis à jour le 13 mars 2014

Le fonds photo de l’Institut catholique de Paris

par Interencheres

Alphonse Delaunay, Edouard Baldus, Charles Nègre, Désiré Charnay… Ceci n’est pas une recomposition du cercle de Gustave Le Gray, dont l’exposition au Petit Palais créa l’évènement en octobre 2012, mais le programme d’une vacation exceptionnelle. Le dimanche 17 novembre 2013 à Paris, la maison de vente Ader mettra aux enchères une partie du fonds photographique de l’Institut catholique de Paris, l’occasion de se procurer des originaux des photographes les plus renommés du XIXe siècle

.

Fondé en 1875 au cœur de la capitale, l’Institut catholique de Paris (ICP), établissement privé d’enseignement supérieur figure parmi les écoles phares du monde entier, membre de la fédération internationale des universités catholiques. Particulièrement tourné vers l’étude de la théologie, la philosophie ou encore le droit, l’ICP s’est également consacré à la construction d’un fonds riche de plus de 600 000 documents d’archives (photographies, ouvrages scientifiques, comptes-rendus des professeurs, fonds du Vatican) réuni dans cinq bibliothèques.

.

Parmi ces documents anciens, un important ensemble de photographies sera mis aux enchères le dimanche 17 novembre 2013 par la maison Ader, une collection constituée grâce à la générosité de nombreux donateurs prestigieux. Véritable trésor caché, l’institut révèle au public près de 70 % du fonds total. Au programme de la vente, plus de 200 lots de pièces inconnues y compris pour le recteur de l’établissement Philippe Bordeyne : « J’ignorais tout de l’existence de ce fonds photographique. Devenu recteur il y a deux ans, j’ai maintenant mauvaise conscience de savoir ces trésors endormis. Il est bien préférable que des institutions publiques ou des collectionneurs éclairés s’en saisissent, les conservent et les communiquent dans de bonnes conditions. »

.

.

Pour ce tout premier passage sur le marché, le fonds photographique de l’Institut catholique de Paris met aux enchères de nombreuses pièces rares, touchant à plusieurs domaines. Parmi ces lots phares, un album du photographe et archéologue Désiré Charnay (1828-1915) est estimé entre 200 000 et 300 000 euros. Ce recueil, rassemblant 45 photographies originales sur papier albuminé issues de son voyage au Mexique entre 1857 et 1860, incarne une référence dans le domaine : certaines planches constituent les premières photographies de sites archéologiques mexicains.

.

.

Signalons également la présence d’Alphonse Delaunay (1827-1906), un des élèves du célèbre Gustave Le Gray. Parmi les nombreuses épreuves du jeune photographe, un ensemble de neuf clichés découpés en ovale datés de 1860 représente la barrière de Clichy. Dans des tons sépia, l’effervescence du quartier où se trouvait son atelier est photographiée de haut.

.

.

Au sein de ces traces du siècle moderniste, la science progressiste trouve également sa place. Un portfolio de clichés d’un des plus grands cliniciens de l’époque, Guillaume Duchenne de Boulogne (1806-1875) fondateur de la neurologie, illustre les réactions et expressions musculaires face à des chocs électriques. Son portfolio, Mécanisme de la physionomie humaine, estimé entre 20 000 et 30 000 euros, dévoile une palette de visages grimaçants et souriants.

.

.

Lot incontournable de la vacation : les épreuves argentiques du Saint-suaire de Turin effectuées en 1931 par Giuseppe Enrie, dix grands tirages en taille réelle (certains mesurent même jusqu’à 2,40 mètres de hauteur) qui furent pendant longtemps les seuls documents d’analyse de la relique la plus étudiée de toute l’histoire. Ces empreintes du corps du Christ sur un linceul, successivement détails et vues d’ensembles pourraient sans nul doute aisément dépasser leurs estimations allant jusqu’à 10 000 euros, selon les lots.

.

Bien plus que de mettre à jour d’exceptionnelles épreuves photographiques du XIXe siècle, la vente aux enchères organisée par Maître David Nordmann s’inscrit dans le cadre du projet « Campus 2018 ». Ce projet de grande ampleur vise au développement des formations en sciences humaines de l’université catholique, son innovation ainsi que ses actions sociales à travers un système boursier plus adapté. Mais plus encore, l’ICP cherche à recentrer son fonds de documentation ainsi qu’à susciter de nouvelles donations en révélant son système au public : à travers cette célébration du passé, l’Institut se tourne vers l’avenir.

Lien vers l’annonce de la vente

Haut de page

Vous aimerez aussi

5 choses à savoir sur Line Vautrin

Le 7 août 2020 | Mis à jour le 7 août 2020

Créatrice de boutons, bijoux et objets de décorations, Line Vautrin s’illustre à Paris dans de nombreux domaines dès les années 1920. Après un succès à l’Exposition universelle de 1937, elle […]