Le 15 juillet 2021 | Mis à jour le 21 juillet 2021

Les couleurs du Pays basque

par Clémentine Pomeau-Peyre

Chaque année, la maison Carrère et Laborie organise à Guéthary une vente aux enchères dédiée aux arts du Pays basque. Le 24 juillet prochain, elle dévoilera une sélection d’œuvres aux couleurs chatoyantes, des joueurs de pelote de Ramiro Arrue aux vues de Bayonne d’Henri Achille Zo.

 

Des joueurs de pelote, une vue du port de Biarritz, un panier de pommes et de piments… Vous êtes au Pays basque ! Et au cœur des thèmes exploités par les peintres de cette région. Dans sa vente du 24 juillet prochain, Patrice Carrère présente une belle sélection d’œuvres (huiles, dessins, gouaches…) issues de sa région. « Depuis trois ans, nous organisons cette vente une fois par an, dans un lieu atypique, un trinquet ! C’est une sorte de squash XXL situé à Guéthary », indique le commissaire-priseur. 

 

Les joueurs de pelote de Ramiro Arrue

Lot phare de cette vente qui compte 180 lots, une Partie de pelote par Ramiro Arrue (1892-1971), estimée 60 000 à 80 000 euros. Il s’agit d’une huile sur panneau lumineuse, de très grande taille, en arc de cercle. « Les compositions d’Arrue datent pour la plupart des années 1920, elles étaient souvent destinées à devenir des éléments de décor dans les grandes maisons ou les hôtels. Celle-ci a été encadrée par Louis Malagarie, collaborateur habituel de l’architecte décorateur Benjamin Gomez, lui-même connu pour avoir participé à l’exposition des Arts décoratifs de 1925 », détaille Patrice Carrère. Originaire de Bilbao, Ramiro Arrue a consacré l’essentiel de son œuvre au Pays basque, au travers de paysages, de portraits ou de scènes pittoresques. D’autres œuvres de cet artiste seront présentées dans la vente du 24 juillet : une huile sur toile d’un paysage automnal (estimée 12 000 à 15 000 euros), le dessin d’un jeune bouvier basque à la mine de plomb (1 800 à 2 000 euros), différents projets pour des vases et coupes en céramique (entre 100 et 400 euros)…

 

 

De Pablo Tillac à Charles Louis Mozin, une région touristique

De la même période, attardons nous sur les peintures de Pablo Tillac (1880-1969), sur lesquelles on retrouve des joueurs de pelote (huile sur toile estimée 20 000 à 30 000 euros) ou un marin basque (3 000 à 4 000 euros). Cet artiste n’est pas né au Pays basque, mais l’a adopté à partir des années 1920, prenant comme nouvelle source d’inspiration les coutumes et vues de la région. Selon Patrice Carrère, si les années 1920 représentent effectivement une période artistiquement très riche pour le Pays basque, elle font partie d’un cycle plus large car « l’activité des artistes coïncide historiquement avec les grandes périodes touristiques. Les deux plus importantes étant entre le milieu et la fin du XIXe siècle, et les années 1920. Les styles de peinture sont donc très différents selon la période, et ce qui fait le lien, c’est la représentation du Pays basque ».

Pour illustrer la fin du XIXe siècle, l’étude Carrère et Laborie présente notamment une Fenaison devant la Rhune (20 000 à 30 000 euros), huile sur toile par Louis Floutier (1882-1936), auteur post impressionniste connu pour ses paysages. Du même auteur, mais de petite taille (46×25 cm contre 101 x129 pour le premier tableau) une Vue de la Rhune et de la baie de Saint-Jean de-Luz est estimée 1 000 à 1 500 euros. Notons également une huile sur panneau de Charles Louis Mozin (1806-1862), représentant Biarritz, le port des pêcheurs, l’Eglise Sainte Eugénie et le phare (10 000 à 12 000 euros). Une peinture atypique puisque ce peintre est connu pour ses œuvres représentant la côte normande en général, et plus particulièrement Trouville.

 

Des enchères régionales

Henri Achille Zo (1873-1933) peut faire figure de trait d’union entre ces deux univers stylistiques. Trois de ses œuvres sont mises aux enchères le 24 juillet : un bouvier basque à Bidart, huile sur toile de curieuses dimensions (222 x 60 cm) estimé 45 000 à 50 000 euros, une nature morte aux cerises (3 500 à 4 000 euros), et une vue de Bayonne (1 500 à 1800 euros). « Ce qui relie également le travail de tous ces artistes, c’est la gaieté du Pays basque, quel que soit le thème choisi, personnages, scènes de vie quotidienne, paysages, cette peinture régionale a une vraie personnalité, s’enthousiasme le commissaire-priseur. Nos acheteurs sont d’ailleurs souvent liés d’une façon ou d’une autre à la région. Ce qu’ils apprécient le plus, ce sont les toiles de grandes dimensions et de belle qualité. Il est rare qu’ils se limitent à une seule œuvre…».

 

Haut de page

Vous aimerez aussi

Claude Viallat de retour à Nîmes

Le 2 août 2021 | Mis à jour le 2 août 2021

Le 4 août à Nîmes, la vacation estivale de Pierre Champion et Françoise Kusel sera l’occasion de retrouver l’enfant du pays, Claude Viallat, dont deux œuvres seront proposées de 1 […]

Jean Dufy, de Paris à Stockholm

Le 2 août 2021 | Mis à jour le 2 août 2021

Alors que le Musée de Montmartre expose dans la capitale « Le Paris de Raoul Dufy », une vue du bois de Boulogne signée de son frère cadet, Jean, sera […]

Takanori Oguiss, un peintre japonais à Paris

Le 21 juillet 2021 | Mis à jour le 2 août 2021

Sensible au charme pittoresque parisien, Takanori Oguiss s’est illustré à travers ses vues de la capitale où il s’établit durant l’entre-deux-guerres. Le 24 juillet à Vannes, Jack-Philippe Ruellan présentera aux […]